Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iron & Wine
Kiss each other clean  (Beggars Banquet)  janvier 2011

Sam Beam se confond avec Iron and Wine et inversement.

Depuis une petite décennie, le texan se cache derrière ce nom pour prodiguer ses mélodies enchanteresses. Une créativité insolente et une évolution contrôlée depuis ses débuts car partant d’un postulat folk, le bonhomme s’est inventé et se réinvente sans cesse jusqu’à être devenu une quasi-icône.

Cet album, on l’attendait fébrilement depuis 2007, date du précédent opus The shepherd’s dog  qui possédait une originalité et des directions empruntées en rupture avec premiers disques. Difficile, pensait-on naïvement, d’aller plus loin, plus beau.
Difficile mais pas impossible…

Kiss each other Clean est le quatrième opus de l’homme barbu que l’on retrouve sur la pochette dessiné par ses soins à l’instar du deuxième album  Our Endless Numbered Days. A ses débuts, à l’aube de notre présent siècle, on a découvert un Sam beam folkeux, puis acoquiné avec Calexico pour un EP In the reins  en 2005, il s’est fait expérimentateur, touche à tout génial.

On voyait bien l’évolution album après album. Et difficile de savoir ce que l’on attendait exactement pour ce nouveau disque. La continuité, la rupture, le changement dans la continuité? Toujours se laisser bercer par des douces mélodies ou un peu d’excitations nouvelles ?

Le précédent opus, The sheperd’s dog avait étonné puis enchanté, explorant des univers et des sonorités nouvelles. Et si on considère un petit côté midinette de certaines chansons (ce n’est pas pour rien que certains titres été utilisé dans Grey’s anatomy ou Twilight), le compte y est.

Pour ce disque, Sam Beam poursuit son voyage musical et s’approprie des rythmes et des sonorités improbables.

Il s’ouvre sur "Walking far from home" où dans une atmosphère brumeuse, la voix de Sam Beam se cache derrière un effet feutrant. Suivent "Tree by the river"  enchanteresse et ensoleillée chanson, aux chœurs lumineux, comme Sam beam sait si bien les faire et "Half moon"  qui ramène un peu  du côté americana. Le texan peut toujours se faire douceur comme sur "Godless brother in love" le purement cantique où sa voix aérienne survole bien haut l’ensemble. "Monkeys uptown"  classique sur le fond mais enrobée d’effets néo-futuristes bruitistes annonce le saxophone jazzy de "Big burned hand"  aux accents groovy seventies. Puis l’album se conclut sur "Your fake name is good enough for me" élégante chanson mosaïque qui débute également avec ses cuivres free jazz, pour se conclure à la manière d’un  "Trapeze swinger"  avec un gimmick vocal obsédant.

Malgré ses incursions jazzique, progressiste, le fond est bien là : L’émotion de la voix sans failles mais pleine de fêlures, la base folk cachée sous quelques kilos  d’enrobage. Car peut-on vraiment lutter contre sa nature ? Car il faut le voir sur scène pour comprendre que c’est dans le dépouillement que les chansons de Sam Beam ont le plus d’ampleur. On monte dans le wagon ou on reste en gare.

Alors forcément, ce disque va diviser. Certains penseront que l’homme s’est perdu en chemin, perdu dans les profusions sonores et d’autres, au contraire, salueront l’évolution et la prise de risque. On n’aime ou pas la direction suivie, les effets appliqués presque trop systématiquement à la voix, elle-même systématiquement doublée, les chœurs indissociables à sa musique.

Mais au final reste un album qui s’écoute, se découvre, se laisse approcher, se brûle, se reconsidère… Et si on se laisse apprivoiser, si on laisse une fenêtre entre-ouverte, une petite brise agréable et addictive viendra sans doute titiller nos oreilles.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Beast Epic de Iron & Wine
La chronique de l'album Years to Burn de Calexico / Iron & Wine
Iron and Wine parmi une sélection de singles (octobre 2007)
La chronique de l'album The Shepherd’s dog de Iron and Wine
La chronique de l'album Around The Well de Iron and Wine
Iron and Wine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Iron and Wine en concert au Divan du Monde (19 janvier 2008 )
La chronique de l'album Love letter for fire de Sam Beam & Jesca Hoop

En savoir plus :
Le site officiel de Iron & Wine
Le Myspace de Iron & Wine


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=