Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Fury Fest 2004 (samedi)
Doggystyle - Jetsex - Transmission O - Morgue - Paint the town red - Defdump - Caliban - I Defy et Dying Fetus - Walls of Jericho - Funeral for a friend - The Dillinger Escape Plan - Killswitch Engage - Meshuggag - Fear Factory  (Le Mans)  26 juin 2004

Samedi, arrivé sur le site vers midi (loupé Doggystyle et Jetsex arghhh), direction la Main puis la Velvet Stage pour Transmission O et Morgue respectivement hardcore doom et death métal, qui ne m’emballèrent guère.

Premier gros rendez-vous de la journée : Paint the town red sur la Main. Un bon gros post hardcore à la Shaï Hulud avec chanteur petit gabarit mais grosse patate.

Ensuite 2ème grosse claque du week-end avec Defdump. Juste ce qu’il faut de métal, de hardcore et d’émo pour un résultat de toute beauté (et oui parler de beauté, de finesse et de hardcore ensemble n’est pas une hérésie, qu’on se le dise). On prend les cris en pleine face et on en redemande.

Direct après c’est Caliban qui entre en lice. La référence métal hardcore allemande (proche d’un Hatebreed ou d’un Arkangel) balance du gros son qui tâche comme du gros rouge. Seul reproche, ce show aurait été encore mieux, encore plus puissant dans l’intimité de la petite salle. Une chose est sûre, le hardcore n’est pas taillé pour les stades (on laisse ça à Johnny), il n’empêche qu’ils ont bien allumés le feu.

Passons sur I Defy et Dying Fetus (quel nom quand même). 15h40 sur la Velvet arrive la 3ème claque du festoch : Walls of Jericho. Un groupe qui déstructure le hardcore classique de par sa créativité à la fois musicale mais surtout vocale. En effet, c’est une femme (Candance) qui pose une bonne voie hardcore, puissante sur cette musique, a priori, de mâles. Je suis soufflé, c’est mieux live que sur albums : à découvrir très vite.

On enchaîne avec le groupe le plus "pop" de ce festival, j’ai nommé Funeral for a friend : des passages emo relou heureusement sauvés par des bons gros moments violents où le batteur beugle comme un cochon, en gros c’est 50/50.

Un saut horaire de 2 heures pour arriver enfin à un autre groupe qui a pesé lourd dans ma venue : The Dillinger Escape Plan, en un mot RAVAGEUR !

Dillinger est le groupe de hardcore torturé, ultra technique par excellence, la référence pour tout bon coreux qui se respecte.

Une musique ultra technique (le batteur est un ouf au même titre que les autres zicos), les gratteux et le bassiste convulsent sur leurs instruments et sautent dans tous les sens alors que le chanteur, ou plutôt le hurleur, est posé tranquille. Une masse de muscle qui hurle comme un damné en prenant des poses bien martiales (un peu trop même).

Personnellement je préférais l’époque Calculating infinity, mais il faut reconnaître que le nouveau (Greg Puciato qui officiera pour la 1ère fois sur l’album Miss machine à venir en août) vaut son pesant de cacahuètes. Un rouleau compresseur à ne pas louper sur scène tant ils sont impressionnants.

Un petit tour à Killswitch Engage, impressionnant même si je n’aime pas beaucoup, et un petit état des lieux du reste du festival s’impose.

On retrouve des stands merchandisings avec tee-shirts, badges, cds (à prix très intéressants), un stand de tatouage, un mini chapiteau avec de la zic non-stop (principalement du punk, pas étonnant c’est Lemon Ed, chanteur d’UMFM, qui fait le d.j). On retouve aussi des stands bouffe, les classiques : sandwichs, frites…, et les originaux : paella, poulet au curry, crêpe. Les grapheurs auront aussi été à l’honneur avec une surface en bois de 50m de long comme support à leur art. Une mini rampe a été même installée pour l’occasion. Bref c’est toute une vie parallèle à la musique sur les scènes qui est en place, c’est ça aussi un festival.

20h30, début du service au bar. On y retrouve les collègues et les éternels piliers de comptoir avec qui il est très drôle de discuter. Je suis parti à servir de la bière jusqu’à 2 heures du mat’ et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est une activité pas vraiment contraignante et très amusante. Parler avec des gens réunis autour de la même passion pour la musique (et pour la bière pour un bon nombre), abreuver les pogotteurs assoiffés, tout ça pendant 5 malheureuses petites heures par jour pour se faire un festival comme celui-là, c’est vraiment un cadeau : vive le bénévolat !.

Bref, un rapide tour à Meshuggah puis à Fear Factory (le grand come-back) histoire de prendre la température, mais pas assez long pour en parler.

La journée toucha à sa fin, et encore une fois elle aura été riche en surprise et en bruits, le repos est bien mérité.

 

A lire également sur Froggy's delight :

Le Vendredi au Festival Fury Fest
Le Dimanche au Festival Fury Fest

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jetsex en concert à La Maroquinerie (26 juin 2006)
La chronique de l'album Miss Machine de The Dillinger Escape Plan
The Dillinger Escape Plan en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
L'interview de The Dillinger Escape Plan (25 novembre 2004)

Crédits photos : Samuel Challéat
pour en savoir et en voir plus : www.leica-gallery.net/antidote


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=