Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des jouets et des hommes
Grand Palais  (Paris)  Du 14 septembre 2011 au 23 janvier 2012

Thématique d'actualité en ce dernier quadrimestre qui verra bientôt fleurir les vitrines de Noël que celle de l'exposition "Des jouets et des hommes" organisée par la Réunion des Musées Nationaux et le Grand Palais en collaboration avec le Musée des Arts Décoratifs et l’Helsinki Art Museum où elle sera présentée au premier semestre 2012.

Une exposition ambitieuse qui, sous le commissariat conjoint de Bruno Girveau, chef du département du développement scientifique et culturel à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts, qui fut le maître d'oeuvre en 2007 de l'excellent exposition "Il était une fois Walt Disney" et Dorothée Charles, conservatrice au département des jouets du Musée des Arts décoratifs, dont actuellement "Plastique ludique" consacrée à la designer tchèque Libuše Niklová, s'est donnée un double objectif.

A savoir, présenter une histoire du jouet occidental depuis l'Antiquité et proposer une réflexion autour de la sexuation du jouet à partir d'une sélection comportant pas moins d'un millier de jouets.

Quasiment une histoire du monde avec une sélection opérée dans cinq groupes spécifiques : les jouets fabriqués en série, les jouets d'exception, les jouets de grands fabricants, les jouets d'artistes et les jouets qui ont marqué l'histoire.

Ce pari audacieux a été tenté en écartant tant la chronologie que la typologie au profit d'une approche thématique dont chaque section est clairement identifiée, notamment avec un code couleur fort et une signalétique très graphique, par l'architecte Yves Kneuzé qui a habilement composé avec la contrainte de la vitrine qui est, en l'espèce, judicieusement déclinée pour abriter aussi bien le soldat de plomb que la poupée géante.

Par ailleurs, les commissaires souhaitant rythmer le parcours avec des images et du mouvement pour le rendre attractif et interactif, il a dû y intégrer les 14 installations audiovisuelles, théâtres d'optique ou vitrines holographiques, créées spécialement pour la monstration par Pierrick Sorin, vidéaste devenu l'artiste contemporain français incontournable, et promu directeur artistique pour l'occasion.

Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel avec des jouets par milliers...

C'est ainsi que commence cette exposition, avec le Père Noël automate presque grandeur nature de la vitrine du Bazar de l'Hôtel de Ville en 1925 qui avait déjà troqué son traîneau pour un avion, par le contexte pérenne dans lequel est offert le jouet, celui du don ritualisé.

Un cadeau derrière lequel se cache une importante industrie et surtout un marché d'autant plus florissant que sa cible contemporaine est non seulement captive mais également consumériste.

Et voici une des ambivalences du jouet que l'exposition souligne tout comme chacune de ses sections aborde, davantage par l'illustration que par la théorisation pure et dure, la riche et multiforme symbolique du jouet.

Ainsi dans la section consacrée à l'univers des animaux auquel se réfère souvent les jouets notamment du premier âge et du petit enfant, l'ours, animal sauvage et dangereux par excellence, devenu tendre peluche constitue l'objet transitionnel par excellence.

Le lien étroit entre le rite, dans son acception large, et le jouet constitue au demeurant l'un des deux fils rouge de l'exposition.

Ainsi, celle-ci s'achève par une section intitulée "Renoncer à ses jouets" qui évoque la permanence des rites de renoncement de l'Antiquité et le substitut occidental du rite initiatique primitif d'entrée dans l'âge d'homme.

Les commissaires ont trouvé son pendant contemporain, certes moins formaliste mais tout aussi difficile voire douloureuse et impossible, dans la trilogie d’animation "Toy Story" et dans les oeuvres de la plasticienne Annette Messager qui travaille sur les "cadavres" de l'enfance ("L'éléphant") et les dessins de Valérie Sonnier, professeur à l’Ensba de Paris ("Les vies minuscules"). Quant à Pierrick Sorin il propose un autodafé de jouets avec son "Burning joujoux" imaginé en en résonance avec le film "Citizen Kane" de Orson Welles.

La deuxième constante que révèle l'exposition est la pérennité des grands archétypes du jouet nonobstant l'industrialisation de la fabrication du jouet et la dématérialisation. Ainsi par exemple, l'animal en peluche a trouvé son pendant avec les Zhu Zhu Pets, hamsters électroniques interactifs dotés d'une intelligence artificielle et les jeux de simulation de vie tel "Les Sims"

Du réalisme au virtuel, la sexuation du jouet

Ludique, le jouet qui sert au développement cognitif et affectif de l'enfant et au développement de son imaginaire par la voie du merveilleux et du simulacre, est également un objet éducatif.

Et comme l'indiquent les commissaires, cette histoire du jouet, faite de permanences, notamment formelles, et de métamorphoses, atteste du conservatisme du monde du jouet.

A, à l'instar des parents, des conventions et des normes sociétales, s'il ne conditionne pas totalement l'identité de l'enfant le soumet à un déterminisme radical notamment sexué : tu seras un homme et un héros mon fils, tu seras une épouse et une mère ma fille.

De transitionnel le jouet devient normatif notamment de la différenciation des sexes.

La sexuation du jouet, dont le "Barbie foot" de la designer Chloé Ruchon, qui a customisé l'universel football de table en remplaçant les joueurs musclés en bois par les effigies sculpturales de la non moins universelle poupée mannequin brouille les codes, constitue le coeur de l'exposition

Aux garçons la direction de la cité, l'action et la conquête du monde, de l'automobile à la fusée, qui passe aussi par les jeux guerriers pour lesquels les héros de héroic fantasy ont remplacé les soldats de plomb.

Aux filles la reproduction de l'espèce et l'univers de la maison avec les dinettes, les poupées, de Bilo-Lilli à Barbie, le prototype de la poupée qui a véhiculé les canons de l'american way of life, et les maisons poupées.

La structuration thématique propose également des focus sur le jouet animé avec l'automate et le jouet mécanique avec une histoire du robot, de l'archaïque Radicon, robot à piles des années 50 au tout nouveau Femisapien, robot jouet féminin interactif inspiré d'une célèbre héroïne de manga et des pièces de l'exceptionnelle collection de jouets Ferdinand Martin datant du début du 20ème siècle, considéré comme l'inventeur du jouet moderne, détenue par le Musée des Art et Métiers.

A admirer également les jouets d'exception au rang desquels notamment les jouets conçus pour les rejetons royaux, le cheval de bois de Charles 1er, le cheval mécanique du prince impérial Louis Napoléon Bonaparte et la réplique pour enfant de la fameuse Aston Martin de James Bond réalisée pour le prince Andrew d'Angleterre.

De même les grandes poupées de mode France et Marianne offertes en 1938 par la France aux princesses Elizabeth et Margaret dotées d'un luxueux trousseau créé par les grands couturiers de l'époque, un des rares exemplaires de la poupée avec bijoux-kaléiodoscope Stanhope du 19ème siècle et les jouets signés Alexandre Calder, Felix Garcia Torres ou Benjamin Rabier.

Cette exploration du monde du jouet occidental s'achève au 20ème siècle avec le bouleversement conceptuel qu'ont entraîné l'évolution des sciences et techniques et la la révolution technologique de l'informatique.

De Nicolas et Pimprenelle, les héros de "Bonne nuit les petits" à "Star Wars", les jouets se calquent sur les héros des bandes et dessins animés et des séries télévisées et se dématérialisent au profit des jeux vidéo.

Jeux vidéo dont l'histoire fera l'objet en novembre 2011, dans la même enceinte du Grand Palais, d'une exposition muséographique, la première du genre, intitulée "Game Story - Une histoire du jeu vidéo" qui s'inscrira donc dans le prolongement de la présente.

Ces deux expositions s'inscrivent dans le cadre d'une première saison commune à l'ensemble des galeries du bâtiment destinée à lui donner une identité et une cohérence culturelle. Pour l'automne 2011, trois manifestations sont donc programmées autour du thème du jeu dont la troisième sera, en décembre 2011, la 3ème édition de "Jours de fêtes" pour clore l'année de manière festive.

L'exposition "Des jouets et des hommes", à destination des grands et des petits, s'accompagne de nombreuses activités culturelles, pour la plupart gratuites - conférences, films et rencontres pour les adultes et, à destination du jeune public, des journées thématiques, des concerts et des visites-ateliers - et d'une originale visite-croisière sur la Seine, le samedi 15 octobre 2011, qui ménera le visiteur de Bobigny, lieu de fabrication des fameux coffrets de Meccano, aux Galeries Nationales du Grand Palais pour la visite de l'exposition.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Réunion des Musées Nationaux

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent

Tous les 4 ans c'est le raz-de-marée footballistique. Cette année, avec un peu de chance l'évènement sera éclipsé pour des raisons éthiques, ou parce que c'est proche de Noël. Mais qu'importent vos passions, si vous êtes là c'est que vous aimez la culture. Voici notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian
et toujours :
"Vivelo" de Grupo Compay Segundo
"Praestegårds Melodier / The Parsonage Melodies" de Hasse Poulsen & Henrik Simonsen
"Rap Français, tentative de compilation" est la 7eme émission de Listen In Bed
"Le projet Blasco : Rinascimento" de Mathieu Cepitelli
on découvre Mind Affect, Bonkers Crew et Bat dans ce ni vus ni connus
"Planterose" de Planterose
"Emmanuelle" de Rosie Valland
"Vortex" de Sarah Olivier
on termine par le replay du concert et de l'interview de Olivier Rocabois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Herculine Barbin - Archéologie d'une révolution" au Théâtre 14
"Nouvel Eden" au Studio Hébertot
"C'est un métier d'homme" au Théâtre du Rond-Point
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Un bon job" à La Manufacture des Abbesses
"Un incident" au Théâtre de la Reine Blanche
"Au coeur du temps" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Klaire fait Grr - Le temps des sardines" à la Comédie des 3 Bornes
"Sandra Colombo - Que faire des cons ?" à la Comédie des 3 Bornes
"Filles de personne" au Café Le Laurier
les reprises :
"Tailleur pour dames" au Théâtre de la Boutonnière
"Le Comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"Alain Bernard - Piano Paradiso" au Théâtre Essaion
"Là-bas - Chansons d'aller-retour" au Théâtre du Soleil
"A.I.R." à la Comédie des 3 Bornes
"Rebetiko" au Théâtre Mouffetard
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Louis Boulanger - Peintre rêveur" à la Maison de Victor Hugo
"Niki de Saint Palle - Paradis retrouvé" à l'Opera Gallery
"David Hockney - 20 Flowers and Some Bigger Pictures" à la Galerie Lelong & Co
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La disparition des lucioles" de Denis Tremblay
"Home" de Franka Potente
"Dark waters" de Todd Haynes
"1917" de Sam Mendès
en salle pour les amateurs de documentaire :
"Mauvaises filles" d"Emérance Dubas

Lecture avec :

une sélection spéciale Histoire :
"Espions en révolution" de Joel Richard Paul
"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=