Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Death In Vegas - Motörhead
Le Splendid et Le Zénith  (Lille)  lundi 31 octobre 2011

Les concerts programmés le soir d'Halloween ont toujours laissé place à l'imagination collective.

On se souviendra notamment de cette superbe rumeur balancée par les associations catholiques américaines, comme quoi Marylin Manson allait faire exploser la salle de concert dans laquelle il se produisait.

Pas question de cela cette année, même si les groupes présents ce soir à Lille ont quelque chose de morbide : Motörhead au Zenith (des mecs qui chantent "Kill By Death" ça n'est quand même pas anodin) et Death In Vegas au Splendid (tous deux programmés dans le cadre du festival Ground Zero).

Pour ma part, je m'en vais au Splendid. Halloween toujours, à peine arrivé il fallut faire face à une abomination sonore, un Dj absolument médiocre qui insultait le public qui restait de marbre face à ce grossier personnage qui ne se contentait en fait que de passer des disques de PIL, Prodigy, Grauzone tout en dansant avec une grâce comparable à celle d'un babouin torché. On ne mentionnera donc pas son nom afin de ne pas lui faire de publicité.

Death In Vegas arrive tardivement sur scène à cause d'une intro ambient un poil trop longue, avant d'envoyer la sauce avec "Your loft, my acid" (de l'excellent dernier album) et le fameux "Dirge" de la non moins fameuse publicité pour des jeans. Le groupe est très bon, mis à part le batteur qui s'égare parfois, mais je soupçonne aussi le fait qu'il était sous mixé, rien de bien grave donc.

En y réflechissant bien, voir Death In Vegas en live aujourd'hui c'est un peu comme avoir vu Joy Division (la rythmique et l'ambiance de la setlist proposée rappelle des morceaux comme "Atmosphere") et Hawkwind (pour les lignes de basses, l'omniprésence d'un moog particulièrement spatial et la transe que tout cela procure) dans les années 70. D'ailleurs, le spectre de Ian Curtis est probablement mort d'une crise d'épilepsie à cause des effets stroboscopiques ; en revanche le spectre de Lemmy n'est définitivement pas loin et bien vivant.

Mais tout cela est bien plus planant et l'on reprochera simplement au groupe de Richard Fearless de ne pas avoir développé sur scène le côté dark et industriel de leur dernier disque, dont ils joueront seulement trois morceaux dont un "Savage Love" d'anthologie juste avant le rappel. Commencer le concert, avec "Silver Time Machine"/"Black Hole" (la même intro que sur le disque) aurait était bienvenu.

Le groupe revient sur scène pour rejouer le tube "Hands Around My Throat" qui est l'une des meilleures chansons des années 2000 et qui a vraiment pris de l'ampleur sur scène depuis la tournée pour l'album Scorpio Rising dont il était issu, et qui fut un véritable fiasco car Fearless privilégiait la machine à l'homme. L'excellent concert de ce soir fut donc la preuve que le jugement dernier n'est pas près d'arrivé !

Il est à peine 22h15 et tout le monde est déjà dehors. Je me suis alors dit qu'il était peut être encore possible d'aller au concert de Motörhead. J'arrive donc au Zénith, mais il était déjà trop tard pour rentrer. Le son sur scène a l'air incroyablement lourd, puisqu'il m'était par contre possible d'entendre à la perfection ce qui émanait du bloc.

C'est alors que j'entendis vrombir la double pédale de Mikkey Dee, annonçant un "Overkill" des plus démoniaques. Une fois le morceau fini je compris que le concert l'était aussi puisque la foule se mit à sortir. Je m'y suis donc mêlé et me suis dit que c'était quand même la lose. Alors pour rattraper le coup, j'ai demandé un report du concert à plusieurs fans.

L'un d'entre eux m'a confié que c'était la 34ème fois qu'il les voyait et que c'était toujours aussi puissant, et qu'on ne pouvait décemment pas être déçu. Ce qui est parfaitement logique en fin de compte, puisque Motörhead est considéré comme l'inventeur du Heavy Metal avec Black Sabbath. Ozzy Osbourne himself le reconnait lui-même en disant que l'on hésite souvent entre ces deux groupes alors que l'on devrait hésiter entre Lemmy et Motörhead. A méditer.

Motörhead est un groupe increvable, à l'instar de son éternel leader qui à propos de ça a toujours ironiquement dit que le secret était de ne pas mourir. Pourtant, je meurs de frustration de ne pas avoir aperçu la machine de guerre ne serait-ce qu'une seconde. Me rappelant alors un concert de Bob Dylan en Ecosse auquel j'ai assisté par hasard devant un mur, sans savoir que Dylan était derrière, et apprenant la triste vérité dans le journal du lendemain. Au moins cette fois, j'étais au courant et c'est donc moi-même qui l'écrit dans l'édition de cette semaine, tout en croisant les doigts pour pouvoir en voir et donc en écrire plus la prochaine fois.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Trans-Love Energies de Death In Vegas
Death In Vegas en concert à l'Olympia (26 avril 2003)
Death In Vegas en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Death In Vegas en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Motörhead en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Motörhead en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008 (jeudi)
Motörhead en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Motörhead en concert à Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition

En savoir plus :
Le site officiel de Death In Vegas
Le Myspace de Death In Vegas
Le site officiel de Motörhead
Le Myspace de Motörhead

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=