Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zëro
Interview  (Paris, Point Ephémère)  19 octobre 2011

C'est juste avant leur concert au Point Ephémère, premier d'une mini tournée de quatre dates, que j'ai rencontré Zëro pour une interview. L'occasion de parler de leur nouvel album, Hungry Dogs (in the Backyard) dont la sortie est prévue le 7 novembre prochain. Une première rencontre dans leur loge, entrecoupée par le staff de la salle.

On va faire un retour en arrière. Quand et comment a débuté Zëro ?

Ivan Chiossone : Cela a commencé en 2006.

Eric Aldea : A la fin de Narcophony en fait. On avait un projet qui s'appelait Narcophony avec Ivan qui jouait de la contrebasse, François jouait du violon, c'était le groupe le plus mou du monde. On a demandé à Franck de venir, et cela s'est fait comme ça, on va au local et on voit ce que ça donne.

Comment travaillez-vous ? Les titres sont préparés en avance, vous jetez beaucoup de choses ou partez sur des improvisations ?

Eric : Non, il n'y a rien de préparé, tout se fait au local. Parfois on s'enregistre, pour pouvoir réécouter plus tard, prendre des parties, les découper et garder ce qui nous plait. Il y a toujours un ou deux morceaux sur les albums qui sont construits comme ça.

Ivan : On réécoute et on prend le petit moment que personne n'avait remarqué et qui était bien. On avait fait un titre comme ça…

Eric : "Sick to the Bone" sur Diesel Dead Machine, on avait écouté une répète et on l'avait joué en bœuf intégralement.

Est-ce que vous avez des sources d'inspiration pour vos compositions ?

Ivan : Ca, on n'en sait rien.

Eric : Rien et tout en fait.

Franck Laurino : Moi je te dirais le rock en fait, en tant que batteur, ça reste assez simple. Mais en terme d'image ou autre, non. C'est le son, essentiellement.

Eric : Ce n'est pas poétique, ce n'est pas politique, on aime la musique et on a envie d'en faire, c'est tout.

Ivan : Ce qu'on écoute, quand on va voir un concert, cela nous influence indirectement, mais ce n'est pas conscient.

Justement, qu'est-ce qui a retenu votre attention en musique que ce soit disque ou concert, dernièrement ?

Eric : Moi je ne suis pas très curieux.

Franck : Tu vas avoir six avis différents. Moi j'aime bien les petits angliches de Manchester, WU LYF. J'aime bien aussi tous ces groupes post-new wave comme Editors, Interpol.

François Cuilleron : Moi j'aime tout ce qui se vend bien je crois (rires). Phoenix, Coldplay… des groupes pop.

Eric : J'écoute surtout des vieilleries, j'aime bien pas mal de groupes que l'on croise sur la route, mais qui n'ont pas forcément sorti de disques. Et puis, ce que tu écoutes chez toi et ce que tu écoutes en concert, ce n'est pas la même chose. Autant j'aime bien les trucs très énergiques en concert, autant à la maison j'écoute beaucoup de jazz, des vieux chanteurs. Ivan, tu écoutes un million de trucs toi.

Ivan : J'écoute beaucoup de trucs, très variés, c'est vrai. J'ai écouté un vieux Bernard Parmigiani dernièrement, c'est très bon, c'est de la musique contemporaine. Enfin, je fouille depuis des années, alors forcément j'écoute des choses de moins en moins connues.

Et un concert qui vous a mis une claque dernièrement ?

Franck : On va rarement voir des trucs ensemble.

Ivan : Si, on a vu un concert bien tous ensemble dernièrement.

Eric : Oui, le concert avec Marvin, Pneu, Papier Tigre et Electric Electric qui jouaient en quadriphonie, c'était chouette. Il y avait aussi un groupe suisse, Hell's Kitchen, avec lequel on avait joué et que l'on a tous trouvé super (assentiment général).

Ivan : Pour revenir à la musique que l'on aime, il y a tous les vieux classiques de base, qu'on aime tous en commun AC/DC, Led Zep… enfin, Led Zep c'est Franck et moi par exemple. Vous n'aimez pas Led Zep, vous autres ?

Eric : Toi, tu n'aimes pas Led Zep !

François : Non, moi je n'aime pas.

Pourtant, c'est un groupe qui vendait.

Ivan : Ouais, c'est un groupe qui vend.

Eric : Putain, ils avaient un jet avec leur nom dessus.

Ivan : Les Residents, ça c'est un groupe consensuel pour nous, les Beatles aussi. Quoi que … tu n'es pas trop Beatles, toi ?

Franck : Non, mais je suis plus Beatles que Rolling Stones, alors je me considère comme Beatles tu vois.

En parlant des Beatles, à l'écoute du dernier album, je trouve qu'il y a un titre où la voix sonne très Beatles, époque Revolver (NDLR : en fait, il s'agit du morceau "Automodown / Space Girls Blues" sur l'album Joke Box… Mea culpa, mea maxima culpa).

Ivan : Comment c'est cool !

Eric : On a lu le livre du sonorisateur des Beatles, qui est exceptionnel. Le mec a dix-neuf ans et il se retrouve propulsé à enregistrer Revolver. Il attaque par "Tomorrow Never Knows" où Lenon lui demande des trucs de fou. Enfin, ce livre est exceptionnel. On a failli bosser sur le pochette de Revolver et mettre nos têtes à la place des têtes des Beatles. C'est une chose qu'on va faire un de ces quatre.

Ivan : Revolver est un album qu'on aime tous vraiment bien.

Où et dans quelles conditions l'album a été enregistré ? Cela s'est fait rapidement ?

Ivan : On l'a enregistré dans le studio du Peuple de l'Herbe à Lyon, ils ont un studio qui est super bien équipé. Ils sont très sympas, compétents.

Eric : On l'a enregistré en deux jours, un jour et demi pour neuf morceaux et une demi-journée pour le premier de l'album.

C'est plutôt rapide !

Eric : Oui, mais il y a beaucoup de boulot après, c'est Ivan qui mixe.

Ivan : On connait les morceaux, donc cela va vite.

Eric : Le studio, c'est surtout pour que la batterie soit nickel. A partir de là, le reste ce n'est pas trop grave. Ivan, François ou moi repassons dessus, on rajoute des guitares, claviers. Mais Franck doit être nickel, la batterie ne peut pas être refaite.

Vous ne vivez pas de votre musique, je suppose ?

Eric : Pas de Zëro en tout cas.

Alors qu'est-ce qui vous fait vivre, d'autres projets ?

Eric : On bosse avec Ivan pour de la danse contemporaine, c'est ce qui nous fait gagner notre croûte. On fait des musiques de courts-métrages aussi. On vient de monter un projet avec Franck et Fabien, un projet très institutionnel avec le conseil régional. Ce sont des concerts-conférences sur les risques auditifs.

François : Cela s'appelle "Dose Le Son".

Ivan : Ce sont des concerts-conférences pour sensibiliser les collégiens sur les risques auditifs. Pour résumer, c'est expliquer aux jeunes les risques encourus et ce qu'il faut faire en cas de sifflement dans les oreilles.

Est-ce que vous vous sentez affiliés à une mouvance musicale française ?

Eric : Il y a des groupes qu'on côtoie, qui sont vraiment cools et avec qui on s'entend bien, mais musicalement je ne pense pas.

Ivan : Ce n'est pas tellement à nous de dire ça. De là à dire on appartient à une scène, je ne sais pas.

Eric : Est-ce qu'on s'influence les uns les autres ? C'est léger je crois.

Et cette appellation de groupe post-rock que l'on vous colle depuis la fin des Bästard ?

Eric : Qu'est-ce que tu veux que je te dise, c'est la musique la plus chiante que j'ai jamais entendue. Tortoise en concert, c'est vraiment de la musique d'étudiant blasé, où il ne se passe rien, c'est pas funky, c'est pas punk pour deux ronds, ce n'est pas tout ce qu'on aime. Si Slint, j'aimais bien.

Pourquoi êtes-vous si rares en concert ?

Eric : C'est parce que l'on n'a pas de tourneur. En plus, on n'a pas envie ou on ne peut pas en faire beaucoup plus. Dans le groupe il y en a qui bossent, qui ont des enfants… Il n'y a pas la volonté d'y mettre tout notre temps, notre passion, on préfère faire ça tranquillement.

Est-ce qu'il y a un pays, en dehors de la France, où Zëro a un public ?

Eric : Wallah, le monde entier ! Rio de Janeiro écoute Zëro (rires). Nous ne sommes pas beaucoup distribués en dehors de France, un peu en Belgique, une centaine de disques en Allemagne. Du coup, on ne tourne pas, ce qui n'entretient pas la machine. Il faut que ça tourne, concerts, vidéos, etc. Une dynamique, quoi !

En entrant, vous parliez d'une vidéo. C'est fait ? Où peut-on la voir ?

Eric : On a une vidéo sur le premier morceau de l'album, on devrait le présenter très prochainement. On va peut-être en faire une autre dans pas longtemps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hungry Dogs (in the backyard) de Zëro
La chronique de l'album Année Zéro de Héléna Noguerra
La chronique de l'album Rituels de Zéro Degré
La chronique de l'album Ain't that Mayhem ? de Zëro
Articles : 2017, une année faste pour le jeu vidéo - Crash Bandicoot - Assassin's Creed - Far Cry - Red Dead Redemption - Life
Zëro en concert au Divan du Monde (9 novembre 2007)
Zëro en concert au Festival Ground Zero
Zëro en concert à La Malterie (lundi 15 novembre 2010)
Zëro en concert au Point Ephémère (mercredi 19 octobre 2011)
Zëro en concert au Fil (jeudi 20 octobre 2011)
Jeux : Horizon Zero Dawn - PlayStation 4

En savoir plus :
Le Bandcamp de Zëro
Le Facebook de Zëro

Crédits photos : Olivier Olivar (Toute la série sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=