Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Spectrals
Bad Penny  (Wichita Recordings / PIAS)  octobre 2011

Comme une envie de te dévoiler un dossier top secret...
C'est l'histoire d'un disque délaissé. Sous son emballage impeccable, il se désolait de passer, de mains en mains, de sacoche en sacoche, de table d'écoute en table d'écoute. Les regards le flirtaient et se détournaient aussitôt ! - Si prêt du but - Un jour, pourtant, il s 'imposa à moi : lui et tous ses secrets.

Imagine...
"Je le ferai vibrant et mystérieux !", cria-t-il d'un ton quasi démoniaque. "Ahahahahahah !". Ce jeune adolescent, cheveux en bataille, yeux furibonds, n'était autre que Louis Jones qui venait tout simplement de péter les plombs. Bercé par les Rollings Stones et quelques autres grands classiques, son désir le plus fort était de monter un groupe qui cartonne, au grand dam de ses parents qui lui imaginaient plutôt une carrière dans le milieu bancaire. Alors, secrètement, il s'entraînait, écrivait, composait, chantait, grattait guitare, basse… sans relâche. Parfois son frère, Will, l'accompagnait à la batterie. Le jeune british voulait à tout prix percer dans la pop, coûte que coûte.

Seulement voilà...
"Bleu électrique ! Ouaiiiiis !", poursuivit-il les yeux illuminés. Plus tôt, apprenant que sa copine le larguait pour son voisin, John, le joueur de hautbois qui avait toujours rechigné à l'accompagner lors de sessions improvisées, il décidait d'en finir les pieds nus dans son bain, la guitare électrique entre les mains. "On se souviendra de Spectrals" avait-il crié en s'élançant dans la baignoire. Emporté par sa folie, il avait cependant oublié les goûts démesurés de sa maman... Dans sa course, sa guitare heurtait violemment le gigantesque lustre qui se décrochait et tombait sur sa tête. Plus tard, nu comme un verre et échevelé, il n'avait qu'une seule idée en tête : enregistrer l'album de sa vie. "Je l'appellerai Bad Penny parce que ça fait hype !" Oui ! Il offrirait au grand jour son œuvre à son public tant chéri et en délire, cette couverture "garage" bleu roi, sur laquelle trônerait le titre hype d'une écriture vibrante. Il s'empara d'un cadre photo et le brisa pour en découper sa photo et "je serai là !", conclut-il triomphal. Il enregistra et mixa toute la nuit...

Et voilà le résultat...
Sur un lit de guitares vaporeuses, "Get a trip" ouvre l'album. Une ambiance vibrante et hawaïenne m'entoure. Je m'imagine cocotiers, surfers et sable chaud - la résonnance de la salle de bain y est sûrement pour beaucoup. Et puis, très vite, Spectrals se met à chanter. Il a cette voix légère, un peu cotonneuse et vaseuse - les effets de tranquillisants, sans aucun doute - il me rappelle un style année 80, rétro. Et à vrai dire, dès ce premier morceau, les clés de compréhension sont là : guitares vaporeuses et voix dissonante. Les onze titres se succèdent, respectant consciencieusement ce fil rouge. Certes parfois plus lent, et langoureux comme sur "Lockjaw" ou "Many Happy Returns", planants comme sur "Luck is There To Be Pushed" ou "Brain Freeze". Le chanteur y parle bien sûr d'amour, le cœur brisé, la tête chamboulée.

De l'appréhension...
Malgré tout, Spectrals porte à la lumière des projecteurs un album joyeux et planant. A déconseiller aux oreilles fragilisées par le foisonnement de notes légères et hawaïennes. Pour les tympans curieux, why not pour démarrer les vacances, ou dans sa baignoire. A vous d'imaginer...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Spectrals en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Spectrals
Le Myspace de Spectrals


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=