Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Reza
Interview  (Villejuif)  3 mars 2012

Alors que la chanson française se réunissait pour sa grand-messe annuelle, c'est avec Reza, dans le studio de répétition du groupe, que nous débutions la soirée. C'est grâce à Microcultures, le site de production participative, que le troisième album Supermaan a pu voir le jour. Nous avons donc rencontré Reza pour en savoir plus sur cette aventure aux couleurs d'une Amérique rêvée depuis la France.

C'est votre troisième album. Sur la pochette de votre précédent disque, on voyait énormément de musiciens. Sur la pochette de celui-ci vous apparaissez seul, est-ce que cela a une signification ?

Reza : Non, il n'y a pas de signification cachée dans la photo de cette pochette. Sur le précédent album, la pochette était une photo d'une fanfare de la fin du 19ème siècle, une photo qu'on aimait bien. Cette fois-ci le graphiste a proposé de faire une pochette à partir d'un portrait. Mais il y a autant de musiciens sur le second que sur le troisième album.

Quelle est l'évolution de cet album par rapport au précédent ?

Reza : L'écriture est plus personnelle. Sur le précédent, je chantais des poèmes que je n'avais pas écrits moi-même. Quant à l'écriture, la méthode n'a pas vraiment évolué. Je pars de maquettes guitare/voix, le référencement se fait ultérieurement, en collaboration avec le groupe. Par contre, pour l'enregistrement et le mixage, nous avons pris plus de temps que sur le précédent. On a commencé avec les basses et la batterie, ensuite les guitares. Puis on a pris plus de temps pour les voix.

Vous êtes allé l'enregistrer à New York ?

Reza : Non, c'est le mastering qu'on a effectué à New York. Une grosse partie de l'enregistrement a eu lieu ici, chez Pierre-Jean, notre batteur. Quant aux voix et aux cordes, elles ont été enregistrées chez William Rigoud, notre producteur, qui a un petit home studio.

Vous tournez beaucoup, vous semblez même avoir tourné plus en Allemagne qu'en France. Pourquoi ?

Reza : Pas vraiment, la tournée en Allemagne est plus récente. Je l'ai effectuée en solo en 2010. En 2011, nous avons très peu tourné parce que nous nous consacrions essentiellement à la réalisation du nouvel album. Mais c'est vrai qu'auparavant nous avons beaucoup tourné en France, et dans de nombreuses salles parisiennes.

Comment expliquez-vous que vous ayez autant travaillé à l'étranger, en Allemagne, au Etats -Unis. Est-ce une histoire de rencontres, de souhaits, de désir ?

Reza : Notre second disque est sorti en allemagne une année après être sorti en France. Pour ma part, j'aimerais beaucoup que notre musique soit entendue à l'étranger, en Allemagne, aux Etats-Unis ou ailleurs. C'est aussi l'avantage de chanter en anglais, ce qui permet de partager avec des personnes qui ne sont pas francophones. Ce qui s'est passé à New-York n'est pas du tout le fruit d'un souhait. Nous avons trouvé à New-York un studio avec un très bon ingénieur. En Allemagne, c'est plus une histoire de rencontre. La tournée s'est montée. Ensuite j'ai rencontré là-bas un label qui a voulu sortir le disque.

Donc partir aux Etats-Unis pour le mastering n'était pas du tout une histoire de se mettre en difficulté, débarquer à l'aéroport en tant que Français d'origine iranienne et chantant en anglais ?

Reza : (rires) Non, en plus ça ne change beaucoup. Le souhait était d'abord d'avoir des morceaux bien mixés pour que le mastering puisse se faire.

Sur "Supermaan" il y a une reprise des Go-Betweens, un groupe pop australien. Vu la coloration de votre album, on s'attendrait plutôt à entendre la reprise d'une balade ténébreuse d'un groupe folk américain.

Reza : Je n'écoute pas que de la musique américaine, mais aussi de la pop des années 80 comme les Smiths ou les Go-Betweens par exemple. Comme j'aimais beaucoup "Love goes on" des Go-Betweens, j'ai eu envie de la reprendre en changeant le son par rapport à l'original dont la production est plus synthétique. J'avais envie de lui donner une ambiance plus chaleureuse avec les guitares sèches et la contrebasse.

Vous participez à une soirée French Toast à l'International. Pouvez-vous nous dire un mot sur les deux groupes avec lesquels vous partagez l'affiche : Old Mountain Station et The Keys ?

Reza : J'aime beaucoup les Old Mountain Station avec lesquels nous avons déjà plusieurs fois partagé l'affiche. Quant à The Keys, je le connais moins bien qu'on ait déjà joué ensemble l'année dernière.

Enfin, à titre personnel, puisque vous faites du rock et êtes d'origine iranienne, avez-vous vu le film "Les chats persans"?

Reza : Bien sûr. J'ai bien aimé le film même si je n'ai pas accroché musicalement. Si, en surface, le film parle de rock indé et présente plein de jeunes groupes iraniens, c'est beaucoup plus le témoignage sur la situation politique en Iran qui m'a interessé. On voit qu'en pleine soirée des surprises très désagréables peuvent se produire.

Retrouvez Reza
en Froggy's Session
pour 2 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Reza parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album Supermaan de Reza
La chronique de l'album Tornado de Reza

En savoir plus :
Le site officiel de Reza
Le Bandcamp de Reza
Le Facebook de Reza

Crédits photos : Thomy Keat (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Reza (14 décembre 2013)
Reza (3 mars 2012)


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=