Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Métamorphoses
François Vallejo  (Editions Viviane Hamy)  août 2012

François Vallejo, un des auteurs phares - et fidèles - des Editions Viviane Hamy, y publie en 2012 son dixième roman intitulé "Métamorphoses" dont le titre avec le pluriel est déjà par lui seul, un indice de sa densité.

La thématique centrale, qui aborde un sujet sociétal contemporain, pourrait être celle de la conversion religieuse à la religion islamique avec pour intrigue la lutte d'une jeune femme pour extirper son demi-frère, Français de souche né "dans une famille mécréante de naissance et par nature", des griffes de l'intégrisme musulman.

Métamorphoses, mot aux sens multiples, et au pluriel également sans doute parce que, au cours de sa vie, l'homme peut changer, changer de pensée, de vie, de croyance, et, en l'espèce, tandis que le frère gravit le chemin de la radicalisation religieuse pour exterminer les infidèles, la soeur, atteinte d'une sorte de mysticisme profane, part également en croisade mais pour le sauver.

Mais est-ce vraiment "le" seul sujet de ce roman ? Ne serait-ce pas l'arbre qui cache la forêt ?

Et le choix comme illustration de couverture d'une photographie de Andreas Mahl intitulée "Danse dans les arbres", artiste par ailleurs fasciné par le thème du double et du dédoublement, qui évoque la fable "Le Baron Perché" d'Italo Calvino qui a inspiré "L'arbre aux échelles" conçu et exposé in situ dans le Château de Chaumont-sur-Loire par François Méchain, et la métaphore de l'échelle comme accessibilité à la liberté et à la connaissance et invitation à regarder autrement le monde, conforte d'autant plus ces interrogations que François Vallejo ne tisse jamais ses opus avec un seul fil.

En l'espèce, il décline à nouveau la thématique de la famille à travers le paradigme fraternel en explorant, dans un contexte particulier, la relation mimétique et la dualité du lien qui génèrent une affection passionnelle réciproque au sein du couple fraternel sans intervention de la relation parentale, qui conduit à la solitude mais également au soutien indéfectible même s'il passe par une rivalité voire une domination.

Car telle est la relation équivoque entre une soeur et un frère utérins dont la fille, l'aînée non désirée ("le produit d’un accident antérieur ; une mauvaise rencontre de ma mère") est chargée de veiller sur son frère, l'enfant de l'amour d'un couple parental symbiotique ("le seul vrai fils de ses deux parents") qui est toutefois davantage absorbé par sa vie professionnelle que par ses rejetons, une relation d'amour pathogène ("Alban et moi, une sorte de jeu ou de folie à deux") qui rappelle celle des enfants Herzog relatée par Félicité Herzog dans "Un héros" même si les manifestations extérieures en sont différentes.

Se noue alors dès la prime enfance un lien fraternel pervers : la soeur appelle rarement son demi-frère "mon frère" ou "mon demi-frère" mais presque toujours "mon demi" et acquiert sur lui un ascendant aussi naturel que volontaire et déterminé qui explique peut-être pour ce "demi" pour le moins sous influence voire sous domination de l'aînée le besoin d'exister à part entière, de faire ses propres expériences et d'acquérir une identité en dehors de cette relation ("Mon demi a toujours souffert de l’étroitesse de sa vie, il cherche à lui donner une dimension planétaire, à montrer son importance").

Et tous les deux souffrent de propensions névrotiques : lui, "Un enfant inquiet perpétuel taiseux qui répugnait à aligner plus de trois phrases dans la journée" elle, de tempérament solitaire (les amies se marient, les hommes "aucun ne me retient"), et l'épreuve qu'elle va vivre va exacerber les tendances cyclothymiques, délirantes et paranoïaques.

Tout commence quand Alix, artiste plasticienne avortée reconvertie en restauratrice de peintures anciennes, et plus précisément des oeuvres religieuses, apprend que son demi-frère Alban, doctorant en chimie moléculaire s'est converti à la religion musulmane.

Mais pas une conversion religieuse de celle inoffensive pour autrui, révélation personnelle à la Paul Claudel ou mysticisme extatique de la pucelle témoin de la manifestation divine, mais celle à une foi sectaire et intégriste qui prône sa suprématie pour le bien de l’humanité.

Dès lors, atteinte de graphomanie cathartique, elle va tenir un journal relatant tous les épisodes de la lutte engagée, quasiment seule contre tous, pour relater ce qui s'est passé, "sauver" son frère et surtout pour le récupérer ("Ce qui me met en rage, c’est de n’avoir plus aucune prise sur mon demi").

Et ces écrits subjectivisés, s'ils tentent de comprendre le parcours du frère et son argumentaire basé sur la prééminence de la foi musulmane qui "propose un destin collectif, soulage les hommes de tous les tourments de l’injustice et de l’humiliation auxquelles les sociétés de l'hémisphère nord les ont condamnés et ose une conquête universelle et authentique" et la légitimité de son combat ("Les musulmans pacifiques traités en ennemis par les anti-islamistes sont devenus des guerriers de leur foi"), ils se focalisent largement sur celui de la soeur qui est prête à tout ("Tu ne partiras pas. Si je dois me convertir à ta religion pour te retenir, je me convertirai demain").

Une soeur chez qui sévit une confusion névrotique des sentiments ("Je veux être la sœur, la mère, l’amante de tous les innocents", entre ceux de la soeur, de la mère ("... l’intuition, confirmée une fois de plus aujourd'hui, qu’il irait toujours trop loin sans moi"), ("... mes manoeuvres, à l’adolescence, pour soustraire Alban à leur autorité"), de l'amante (Mon frère "l’enfant étroit d’épaules, mon petit frère primitif devenu un athlète bronzé... un petit mec craquant avec un don verbal...") qui est au coeur de son engagement dans un combat qui va finalement s'engager contre tous.

François Vallejo livre un opus à flux tendu, à l'écriture maîtrisée et palpitante, qui aborde à chaud le sujet contemporain récurrent de la montée de l'Islam radical ainsi que la résurgence du communautarisme à un siècle prêchant l'épanouissement personnel et exaltant le parcours individuel à travers l'attrait qu'ils peuvent exercer sur des individus en perte de repères ou en quête d'un absolu donnant un sens à leur vie.

Par ailleurs, par le choix de cette histoire de vies, il conduit le lecteur à s'immerger dans le fonctionnement intime et douloureux d'une fratrie atypique et le récit de deux parcours et combats personnels en symétrique au dénouement aussi incertain et imprévisible que déroutant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Vacarme dans la salle de bal" du même auteur
La chronique de "Le voyage des grands hommes" du même auteur
La chronique de "Ouest" du même auteur
La chronique de "Madame Angeloso" du même auteur
La chronique de "Groom" du même auteur
La chronique de "Pirouettes dans les ténèbres" du même auteur
La chronique de "Les soeurs Brelan" du même auteur


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent

Tous les 4 ans c'est le raz-de-marée footballistique. Cette année, avec un peu de chance l'évènement sera éclipsé pour des raisons éthiques, ou parce que c'est proche de Noël. Mais qu'importent vos passions, si vous êtes là c'est que vous aimez la culture. Voici notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian
et toujours :
"Vivelo" de Grupo Compay Segundo
"Praestegårds Melodier / The Parsonage Melodies" de Hasse Poulsen & Henrik Simonsen
"Rap Français, tentative de compilation" est la 7eme émission de Listen In Bed
"Le projet Blasco : Rinascimento" de Mathieu Cepitelli
on découvre Mind Affect, Bonkers Crew et Bat dans ce ni vus ni connus
"Planterose" de Planterose
"Emmanuelle" de Rosie Valland
"Vortex" de Sarah Olivier
on termine par le replay du concert et de l'interview de Olivier Rocabois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Herculine Barbin - Archéologie d'une révolution" au Théâtre 14
"Nouvel Eden" au Studio Hébertot
"C'est un métier d'homme" au Théâtre du Rond-Point
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Un bon job" à La Manufacture des Abbesses
"Un incident" au Théâtre de la Reine Blanche
"Au coeur du temps" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Klaire fait Grr - Le temps des sardines" à la Comédie des 3 Bornes
"Sandra Colombo - Que faire des cons ?" à la Comédie des 3 Bornes
"Filles de personne" au Café Le Laurier
les reprises :
"Tailleur pour dames" au Théâtre de la Boutonnière
"Le Comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"Alain Bernard - Piano Paradiso" au Théâtre Essaion
"Là-bas - Chansons d'aller-retour" au Théâtre du Soleil
"A.I.R." à la Comédie des 3 Bornes
"Rebetiko" au Théâtre Mouffetard
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Louis Boulanger - Peintre rêveur" à la Maison de Victor Hugo
"Niki de Saint Palle - Paradis retrouvé" à l'Opera Gallery
"David Hockney - 20 Flowers and Some Bigger Pictures" à la Galerie Lelong & Co
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La disparition des lucioles" de Denis Tremblay
"Home" de Franka Potente
"Dark waters" de Todd Haynes
"1917" de Sam Mendès
en salle pour les amateurs de documentaire :
"Mauvaises filles" d"Emérance Dubas

Lecture avec :

une sélection spéciale Histoire :
"Espions en révolution" de Joel Richard Paul
"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=