Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cheveux chéris - Frivolités et trophées
Musée du Quai Branly  (Paris)  Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013

Le cheveu dans tous ses états est au coeur de l'exposition "Cheveux chéris - Frivolités et trophées" présentée par le Musée du quai Branly.

Le commissaire, Yves Le Fur, docteur en histoire de l'art, conservateur général, directeur du département du patrimoine et des collections du Musée du quai Branly, a réuni près de trois cents peintures, sculptures, photographies et objets ethnographiques pour, annonce-t-il, "proposer au visiteur une lecture poétique et singulière de ce sujet universel au croisement de l’anthropologie, de l’histoire de l’art ancien et contemporain, de la mode et des mœurs".

De la matière à la symbolique, sociale, culturelle ou cultuelle, le sujet est vaste à l'instar de l'affiche qui présente, au regard de la beauté rayonnante de l'actrice Suzanne Cloutier immortalisée sur papier glacée par Sam Levin, le photographe des stars du grand écran, un autre visage pétrifié, mais en chair et en os, celui d'une tête réduite par les tribus jivaros.

Cheveux chéris : des cheveux et des hommes

A l'image de son intitulé, l'exposition répond à un partti pris fort et navigue entre légèreté et gravité, selon une articulation toujours ambivalente, pour mettre en résonance les images et la matière, la symbolique et la matière et elle se déroule en deux parties foisonnantes même si elles ne peuvent prétendre à l'exhaustivité.

La première est consacrées aux frivolités au sens large du terme avec une sélection de productions artistiques qui illustrent la thématique de la représentation de la chevelure.

Elle commence par les modes capillaires avec une spectaculaire galerie ethnique en noir et blanc qui met face à face les bustes en marbre des rois et dignitaires notamment ceux réalisés par François Joseph Bosio, artiste officiel sous le Premier Empire et la Restauration, aux bustes anthropologiques en bronze de Charles Cordier.

La chevelure constitue un élément de parure essentiellement féminin qui est célébrée de tous temps et sous toutes les latitudes dans des acceptions diverses.

Ainsi, toujours dans un clivage noir/blanc, au regard des ostentatoires portraits officiels de dirigeants africains, la sculpture grandeur nature en pierre du 14ème siècle, chef d’œuvre de la Collégiale d’Ecouis.

Représentée comme le moyen de recouvrir la nudité symbole de péché, la chevelure dans sa somptuosité naturelle habille Sainte Marie Madeleine.

De même, les spectaculaires coiffures africaines contemporaines photographiées par nigérian J. D. 'Okhai Ojeikere voisine avec une magnifique sculpture représentative de la statuaire française académique.

Avec cette délicate sculpture en marbre, Denys Pierre Puech célèbre "L'Aurore" dans sa nudité originelle, sculpture judicieusement éclairée par dessous avec deux miroirs permettant de visualiser le visage caché sous le voile des cheveux.

Femme pécheresse ou femme nymphe, chevelure symbole ambigu de repentir, d'animalité et de séduction, les cheveux s'apparentent également à un caractère sexuel secondaire chez les femmes.

La monstration évoque donc la symbolique sexuelle de la couleur des cheveux avec les portraits photographiques d'actrices de Sam Levin dans une opposition brunes vs blondes, opposition qui constituait la thématique de l'exposition "Brune-Blonde" présentée en 2001 par la Cinémathèque Française qui était consacrée à la chevelure dans l'art et le cinéma.

Les brunes torrides, telles Gina Lollobrigida et Ava Gardner, rivalisent avec les blondes glaciales comme Michèle Morgan, alors que les rousses sont particulièrement prisées par les peintres symbolistes ("Jeune femme" de Charles Maurin et "La liseuse" de Jean-Jacques Henner).

En transition avec la seconde partie, une section est dédiée à la perte des cheveux.

Une perte subie du fait de la maladie, de la punition, avec les saisissantes photos de femmes tondues à la Libération prises par Robert Capa, ou de la vieillesse avec les portraits réalisés par des photographes qui se sont penchés sur cette thématique (Donigan Cumming "Untitled"), Dennis Stock ("Réfugiée chinoise"), Nicholas Nixon ("C.C. Boxon").

La perte peut également être acceptée non seulement lors du passage chez le coiffeur mais également comme une dédition personnelle qui, par son aspect ritualiste, permet de glisser vers la seconde partie de l'exposition qui se penche sur les différents pouvoirs attribués aux cheveux, souvent liés à la mort et au sacré, avec une sélection conséquente d'objets ethnographiques puisés les collections du Musée du quai Branly.

Les cheveux sont utilisés comme matériau pour des parures sur tous les continents avec les capes en feutre et cheveux du Yunnan, les ornements de coiffure en Equateur, les perruques masculines de Papouasie et les coiffes de femme d'Inde.

De l'ornement esthétique à l'objet rituel lié au pouvoir magique attaché aux cheveux, il n'y a qu'un pas.

Le pouvoir magique peut être attaché au culte des ancêtres avec la momification et sont présentées une impressionnante momie assise de la civilisation Chancay du Pérou et une tête de momie égyptienne recouverte de feuilles d'or.

A défaut de momification, comme en Nouvelle Calédonie, sont utilisés pour leur imputrescibilité les cheveux du défunt qui viennent orner des crânes modelés à ses traits.

Et, bien évidemment, impossible de ne pas évoquer la section la plus impressionnante de l'exposition avec les pratiques rituelles qui utilisent les cheveux encore attachés à la tête avec les masques cimiers à tête humaine du Nigéria fabriqués à partir de crânes humains et de cheveux et la pratique du trophée humain tenant au pouvoir attribué aux cheveux des ennemis avec le salp, la tête-trophée momifiée de la civilisation pré-incaïque et les fameuses têtes réduites jivaros.

La note de fin est percutante. Loin de la frivolité. Mais l'exposition quasiment circulaire permet d'admirer une fois encore l'Aurore avant de la quitter.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=