Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soap & Skin
Le Grand Mix  (Tourcoing)  vendredi 26 octobre 2012

Le 26 octobre, en Autriche, c'est le jour de la fête nationale.

Ce 26 octobre, le Grand Mix de Tourcoing accueillait Soap & Skin, artiste issue du pays sus-mentionné, et c'est peu dire qu'on était loin des hymnes à la patrie. Ceci dit le public était dans un état proche du recueillement. Précisons que sans première partie, le bar fermé pendant le concert, toute l'attention était aiguisée à point.

Cette jeune fille d'à peine 22 ans, au corps juste sorti de l'enfance impose une authenticité brute, aboutie qui tient tout le monde en respect. Elle nous offre (vraiment, difficilement) une prestation frontale, une attitude au premier degré, très touchantes. Dès le début, sur une scène plongée dans le noir et la brume, c'est irruption de musique électronique très forte et tribale, lumière stroboscopique, mais dès qu'elle peut, même entre deux phrases, Anja Plaschg part se réfugier derrière le rideau du fond de scène. Tout est dur, tout est donné.

L'ordinateur portable, la scénographie qui se fait fumées et faisceau de lumière pudique, l'intention évoque le froid et la dureté qu'on s'imagine de son pays, de l'histoire et des histoires autrichiennes, un côté Danny Elfman sans le décalage burtonien, du gothique à l'ancienne, sans les dentelles et en gardant le noir, la nuit, les ruines. Mais le piano à queue, sa voix si ronde et puissante font chair : c'est de la lave en plein glacier, une gravité terriblement humaine et charnelle.

Elle enchaîne au piano, accompagnée parfois d'une choriste en fond de scène, les titres nus, crus, rejoints par des pistes programmées tout aussi directes qui peuvent finir sur une irruption de basses qui fait vibrer les os, coupe le souffle. Joli passage où sa reprise de "Voyage Voyage" révèle ce titre, "Au-dessus des barbelés, des coeurs bombardés", comment a-t-on pu ignorer le tragique et la beauté de cette chanson ? (bon, 1986, c'était un autre monde).

Elle qui voudrait s'effacer dans sa musique, est manifestement débordée, à fleur de peau, à fleur de tripes. Et c'est beau de la voir assaillir son clavier, le frapper, démoniaque, il va prendre feu quand entière, elle se lève d'un bond comme brûlée, sans manières, mais ça n'est juste pas possible autrement, c'est trop, ça lâche, elle tente de reprendre ses esprits.

Esprits qu'elle semble perdre quand sa voix défaille. Ce soir-là quelque chose cloche, et cette fragilité renforce d'autant l'impression monolithique qui se dégage d'elle. Le flot de paroles se ralentit, soupir, tenir, se ressaisit, enfle, explose, mais c'est une lutte. Elle s'en excuse mais ça nous fait piquer les yeux.

Revenue de tout elle finit en laissant son piano pour une danse de corps orchestre, incarnation, c'est là qu'elle s'efface. Dans la musique tonitruante de sa Marche funèbre.

Son corps qui s'exprime nous rappelle l'introspection de sa musique que sa présence nous avait fait oublier. Les sens et la pensée étroitement enlacés dans son univers froid et puissant, c'était un concert extraordinaire.

Allons boire un verre pour s'en remettre. Mais non, inutile. C'est là, ça reste là.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Soap and Skin en concert à L'Européen (mardi 3 novembre 2009)
La chronique de l'album Narrow de Soap & Skin

En savoir plus :
Le site officiel de Soap & Skin
Le Myspace de Soap & Skin
Le Facebook de Soap & Skin

Crédits photos : Olivier Ryckebusch (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=