Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mendelson - Fauve
Le Grand Mix  (Tourcoing)  samedi 11 mai 2013

Alors oui, l'affiche ce soir là était quelque peu particulière.

Mais si vous voulez bien, laissons pour le moment ces histoires et évoquons d'abord le seul souvenir que l'on veut garder : ce soir là, on a vu Mendelson en concert.

Groupe rare tant sur scène qu'en qualité, c'est leur deuxième concert depuis 2009. "Autant dire que c'est exceptionnel" comme l'introduit Pascal Bouaziz, chanteur, guitariste, homme des mots du groupe.

Et animateur de la soirée qui ne croit pas si bien dire. L'opportunité de cette venue, c'est la sortie de leur dernier album, éponyme et triple, à la force pour ainsi dire indicible (voir la chronique parlante de Cédric Chort en ces pages).

Dans la vie sur ses albums, Mendelson, c'est surtout une voix en avant. Douce dans sa texture, dure dans ses mots, sans cruauté que celle du quotidien, un quotidien de l'usure, du désenchanté, où le bonheur et l'innocence ne sont qu'a posteriori, passés, dépassés sans que l'on sache. Où parfois la bonté émeut au point qu'on veuille la détruire. C'est une relation intime parce que pas fière et touchante.

Dans la vie sur la scène, on retrouve ça. Et c'est différent bien sûr. Mais à tel point, c'est une joie. Déjà la voix est là, mais l'homme est là. Qui présente poliment, amuse éloignement, "Est-ce que vous êtes froids ?… Tant mieux".

Seul, debout, entouré de quatre musiciens assis en arc de cercle, il occupe l'espace en voix sans effets. Il suffit des premiers mots du premier titre (premier du triple également) : "La force quotidienne du mal…" et boum, coup de poing sourd, on restera sonnés jusqu'à la fin.

Mais c'est aussi l'homme qui à la fin des titres tripote un peu des pédales qu'il semble découvrir, un petit carnet pense-bête à la main, aux croquis illisibles. Tellement accessible à la fin du concert, désarmant de gentillesse. Intelligence des émotions.

Autre étonnement fantastique : ici la musique prend presque le dessus. On la savait riche, elle devient impressionnante de l'ordre de l'empreinte, une pression. Sur certains titres, deux batteries à chaque extrémité de la scène, c'est d'une force copieuse, appuyée, et les guitares électriques en apothéose. C'est le "bruit", la perturbation autour des mots qui prend corps, et ça bouscule, c'est ça le mieux encore que ce que l'on espérait ; et Dieu, qu'est-ce qu'on espérait !

Encore ? A part le traumatisme de tout ça réunit, que dire ? Qu'il y a des projections vidéos en fond de scène ? Des barbelés en rouages ensanglantés, des boucles sur voie sans issue, des courants d'eau – qui illustrent Ville Nouvelle dans cette version toujours aride mais plus urgente –.

Que Mendelson ne vit pas que dans nos cerveaux et nos tripes, ils sont sur scène excellemment, et le 23 mai au Cabaret Sauvage pour Villette Sonique. Qu'attendez-vous ?

Mais il faut recontextualiser un peu, pour que le récit soit complet.

Deux groupes partageaient l'affiche en vérité : pas de première ni de seconde partie, dit-on, toujours est-il que Mendelson jouait avant Fauve. Collectif de jeunes gens aux pratiques professionnelles un peu cloisonnantes, un peu chiqué, un peu "produit". Certes, le public présent est très majoritairement là pour eux (moyenne d'âge à peine pubère faisant foi). Certes, c'est le "phénomène" du moment, et il est sans doute bon qu'il en existe, mais quel étrange enchaînement.

Pour être honnête : deux petits bouts de titres et pas plus auront suffi : le premier concert veut subsister un peu dans nos oreilles, et ce jeune homme qui mitraille sa prose en arpentant la scène, intranquille, dispersé, peu compréhensible, la musique peu variée, peu riche, pardon mais pas ce soir. Evacuez le trop plein, grandissez, il y a de quoi laisser mûrir, sans doute, l'intention est louable, mais le contraste est trop brusque, trop maladroit.

On préfère remercier le bar du Grand Mix, sponsor officiel de nos calamités groupiesques, et dire encore à Mr Bouaziz, que c'est bien ce qu'il fait, putain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Seul au sommet de Mendelson
La chronique de l'album eponyme de Mendelson
La chronique de l'album Sciences politiques de Mendelson
La chronique de l'album Ville Nouvelle / Nouvelle ville de Pascal Bouaziz / Michel Cloup / Patrice Cartier
La chronique de l'album Haïkus de Pascal Bouaziz
La chronique de l'album A la ligne de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
Articles : Listen in Bed - La sélection de Pascal Bouaziz (émission 14 saison 3)
Fauve en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Fauve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Fauve en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Fauve en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre
Fauve en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Fauve en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Fauve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Fauve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
Fauve en concert au Festival Les Francos Gourmandes #4 (édition 2015) - Vendredi 12 juin
Fauve en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août

En savoir plus :
Le site officiel de Mendelson
Le Facebook de Pascal Bouaziz
Le site officiel de Fauve
Le Bandcamp de Fauve
Le Facebook de Fauve

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=