Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saule
Géant  (PIAS)  mars 2013

Il s’est donné le nom d’un arbre, parce qu’il est un "Chanteur bio" ("il y a les choux-fleurs et les petits beurres, maintenant il y a les chanteurs bio !"). Et même si son vrai nom est Baptiste Lalieu, nous le nommerons désormais Saule. Pourquoi Saule et pas Tilleul ? (ça fait un peu tisane à la camomille), pourquoi pas églantier ? (ça fait un peu gland), pourquoi pas pommier ? (ça fait un peu pomme)… on l’aura bien compris, le saule est le meilleur arbre pseudonym-ifiant. Bien joué Baptiste !

Ici, là, tout de suite maintenant, son troisième album Géant, comme le bonhomme tout vert qui ne mange que du maïs ? Ou parce que Saule-le-chanteur fait pas moins de deux mètres de haut… Bref, il a pris le chemin du théâtre pour fonder un groupe, pour s’en séparer et continuer en solo. Et en Belgique. J’ai failli oublier.

Et puis la rencontre d’un clochard : Charlie Winston le hobo. C’est un peu le début de l’envolée. Il paraît que Winston adore ce que fait Saule, il le coache, le pousse au meilleur de l’encore mieux de lui-même, le conseille et l’épaule pour cet album. Précédé d’un duo "Dusty Men" tout à fait charmant, réalisé de même par the Charlie Winston. Une belle rencontre.

Mais avec la patte de Saule, l’album oscille merveilleusement bien entre la pop angliche-men, l’humour ironique (mais jamais satirique), et beaucoup d’auto-dérision. D’abord, le "Chanteur bio" où il décrit ses origines "100% naturel, 100% végétal", que j’ai d’ailleurs rapproché à la grosse société de consommation où les sticker "bio" machin et truc sont apposés sur tout et n’importe quoi pour le plaisir de nous soutirer de la menue et moins menue monnaie. Et rien qu’avec une petite chanson a priori toute gentille, Saule en donne presque une audacieuse gifle au merchandising.

Dans la même veine, "Le bon gros Géant" : "je crois bien que déjà tout petit, on me disait "mais reste assis !"..." Moi on me disait "mais tu peux te lever tu sais !" devient une ode aux bizarres pas faits comme tout le monde. Une ode à nous tous (sauf toi et toi là-bas), qui rejoint "Type normal", loin derrière les plus beaux des plus belles des meilleurs sur papier glacé, c’est-à-dire nous tous (sauf toi et encore toi là-bas).

En fait, Saule est une sorte d’ambassadeur du commun des mortels, mais il ne s’arrête pas à l’humour et à la dérision, sinon j’imagine que personne ne le prendrait au sérieux. Il sait aussi susurrer l’intimité des rêveries et des petits bouts ("Rien que pour soi"), voir la mélancolie d’un avenir certain ("Vieux"). Mais ce n’est pas tout, d’un "rock haletant", il déplore "L’inventaire (tragique) de notre amour" ("300 sanglots, 32 gifles, 2 coups de poing, 3 seaux dans la figure, 600 coups de coussin").

Saule sait même varier les tonalités de sa voix, à faire penser qu’ils sont plusieurs là-dedans. Un bel album, frais, léger qui vous colle à la peau dès les premières notes, vous fera danser, boogie woogier, rêvasser, sourire… et ravivera cette petite étincelle là, tout au fond, l’optimiste et la joyeuse (sauf toi et toi là-bas, bien sûr !).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L’éclaircie de Saule
Saule en concert au Festival FNAC Indétendances 2006

En savoir plus :
Le site officiel de Saule
Le Facebook de Saule


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=