Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tigran Hamasyan
Interview  (Paris)  mardi 10 septembre 2013

En cliquant un "j'aime" sur une publication Facebook de Froggy's Delight, ce dernier me demande dans la foulée : "Tiens, on fait une session avec lui demain soir. Ca te dit de l'interviewer ?". Ma réponse fut prompte à venir : "Rhaaa ! Carrément ! J'ai écouté son album solo A fable en boucle pendant un bon moment, ce pianiste est phénoménal !"

Quand Tigran Hamasyan nous ouvre les portes de l'appartement bellevillois d'un ami, il s'installe sans plus attendre sur le quart de queue et se met à jouer, on se rend compte qu'on se trouve en effet en présence d'un phénomène. Une musicalité hors du commun servie par une maîtrise technique, rythmique, harmonique et mélodique impeccable et une voix toujours à propos. Son dernier album, Shadow Theater, témoigne une nouvelle fois de sa créativité exceptionnelle et abonde en trouvailles géniales.

Si on souhaite se procurer un disque de Tigran Hamasyan, c'est dans le rayon jazz des magasins de disques qu'il faut se diriger. Dans ta musique et notamment dans le magnifique "Shadow Theater", on y entend pêle-mêle du rock, du baroque, de la musique arménienne, de l'électro, de la pop, du jazz, des comptines... Et pourtant, loin de sonner "patchwork", ta musique a une identité très marquée. Comment parviens-tu à établir des liens entre toutes ces musiques pour qu'en ressorte ta propre musique ?

Tigran Hamasyan : Pour moi, ce sont des sons. Il y a des sons que j'aime, et c'est tout ce qui m'importe. Les catégories, les classifications ne m'intéressent pas. Un style prend son origine dans d'autres styles. Le jazz vient de quelque part... Finalement, tout vient des musiques populaires, et elles sont toutes interconnectées. C'est le mélange de genres déjà existants qui permet l'émergence d'un nouveau genre. Puiser dans nos racines et les musiques populaires également.

D'album en album, ta musique ne cesse d'évoluer, elle se réinvente constamment. De quoi te nourris-tu pour être à ce point créatif ?

Tigran Hamasyan : Je me fixe des objectifs, des buts à atteindre, et j'essaie de me donner les moyens pour y parvenir. Je veux faire ce projet, l'emmener à tel niveau... Le résultat est toujours différent de ce qu'on a imaginé, ça ne peut pas être exactement pareil, mais avoir une idée globale assez précise est important pour moi. Si tu as un but, alors tu peux aller quelque part. Partir de rien, sans but précis, en allant dans toutes les directions est horrible pour moi, ça ne mène nulle part.

Comment composes-tu ? Seul ou avec les membres de ton groupe ? Est-ce un processus long, ou l'inspiration vient-elle facilement ?

Tigran Hamasyan : En fait j'ai toujours composé tout seul. Cela dépend de la situation. Je peux par exemple enregistrer une mélodie ou un rythme sur l'iPad, et y revenir plus tard devant le piano pour développer l'idée.

Il y a dans ton jeu une maîtrise et une créativité rythmique, harmonique et mélodique exceptionnelle (métriques impaires, équivalence rythmique complexe, modes issus de la tradition arménienne...) qui pourraient dérouter les auditeurs non avertis. Mais au contraire, ta musique touche un public très large, toutes générations confondues. Comment explique-tu cela ?

Tigran Hamasyan : C'est assez délicat. J'essaie de faire en sorte que ma musique soit abordable aux personnes qui l'écoutent. Bien sûr, ça ne fonctionne pas à chaque fois, mais mon objectif est de faire une musique accessible, facile à comprendre et à la fois complexe et profonde.

Comment travailles-tu la musique ? Passes-tu beaucoup de temps devant le piano ? Est-ce que tu abordes le répertoire classique ?

Tigran Hamasyan : Je travaille un peu moins ces temps ci, à cause des tournées et de toutes les choses que j'ai à faire. Mais dès que j'ai du temps, je joue. Si je ne passe pas assez de temps devant le piano, je deviens un "sale type", une personne horrible ! Sérieusement, quand je n'écris pas de musique, quand je ne pratique pas, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie. C'est très important pour moi. Je ne joue que très rarement de la musique classique, mais j'en écoute tout le temps. Je cherche, j'écris beaucoup, je travaille ce que j'ai besoin de jouer, je relève des morceaux de temps en temps.

Quel genre de musique classique écoutes-tu ?

Tigran Hamasyan : Prokofiev, Chostakovitch, Ravel, Ligeti, Bach bien sûr, Beethoven...

Quels sont les musiciens qui ont de l'influence sur toi ?

Tigran Hamasyan : Tous les compositeurs que j'ai cités sont une immense source d'inspiration pour moi. Mais aussi Komitas, la musique arménienne, la musique classique indienne, Meshuggah, Tool, Radiohead, Sigur Rós... Egalement des musiques scandinaves comme les musiques folkloriques norvégiennes, suédoises. Beaucoup d'électro, de hip-hop... Bref, plein de choses très variées !

Tu as joué avec de grands musiciens comme Ari Hoenig, Trilok Gurtu, Dhafer Youssef (la liste est longue !). Envisages-tu ta carrière plus en tant que leader ou continuer à jouer pour d'autres musiciens ?

Tigran Hamasyan : C'est vrai, je compose beaucoup pour mes propres projets, et c'est ce qu'il y a de plus important pour moi. Mais je ne peux pas imaginer ne plus jouer sur d'autres projets. Par exemple, avec Jan Bang, dès que nous avons joué ensemble, c'était magique ! C'est un artiste qui joue sur des machines, mais son rôle a la même importance que celui d'un instrumentiste. Avec Jan et Arve Henriksen, dès les premières notes, on a tout de suite su qu'il fallait qu'on fasse quelque chose ensemble. En fait, je suis un grand fan de la scène musicale scandinave, norvégienne notamment, avec des musiciens comme Jan Garbarek, Terje Rypdal, le quartet européen de Keith Jarrett, toute cette merveilleuse musique qui vient de ces pays... Cela a toujours été un rêve de cotoyer cet univers dans lequel j'y trouve une vraie source d'inspiration pour ma propre musique.

Retrouvez Tigran Hamasyan
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Shadow Theater de Tigran Hamasyan
Tigran Hamasyan en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Tigran Hamasyan
Le Myspace de Tigran Hamasyan
Le Facebook de Tigran Hamasyan

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Arnaud Gransac         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Tigran Hamasyan (10 septembre 2013)


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=