Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Didier Wampas & Bikini Machine - Dandy Freaks
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 23 janvier 2014

Totem sans tabou

Combien d’hommes et de femmes nous entourent et prennent de la place sans pourtant ne nous présenter aucune consistance ? Regardez-les avec attention : ils n’ont pas de corps. Ils sont incorporels autant qu’ils sont temporels, ils sont de leur époque mais pas d’ici. Ils ne sont jamais là vraiment. Remarquez ces simulacres de corps sans odeurs, aux petits pieds, frêles, troubles, aux frontières mal définies. Vous passez sur un corps et sans le savoir vous êtes déjà sur celui du voisin. Ils ne sont ni trop fins, ni trop larges, ni trop grands, il ne sont trop rien, juste un peu, pas beaucoup… lisses, propres, nets, communs, nombreux. Leurs habits bâillent d’être si peu habités. Habillez-les des habits de leurs enfants – un enfant a toujours un corps – ils paraîtront égarés dedans encore. Ils paraîtront sans corps. A se doper l’esprit, à domestiquer les pulsions, à ne plus vouloir dévorer les corps, nous les avons tués. Les corps ont disparu.

Didier Wampas est un corps.

Là où d’autres ne font que passer, il habite le moment présent. Avec Didier Wampas, rien n’est affaire de temps, tout est affaire d’espace. Il campe l’instant. Il incarne et nous réincarne.

Il incarne une énergie punk. Evidemment. La punk attitude, le yéyé punk des Wampas embrasent et se propagent dès l’entrée en scène.

Déjà Dandy Freaks venait de décaper la soirée. Une histoire de corps aussi Dandy Freaks. D’abord nombreux, colorés, latexés, fluotés, enchaînés, soumis, pastichés, passionnés… Des corps au repos puis qui s’électrisent à nouveau pour nous, dans un tout nouvel album – Aquatik Baby et de nouvelles dates. Un beat électro et des riffs de guitare qui capturent les corps, des voix qui se croisent et court-circuitent les têtes. Ça fonctionne et ça évolue bien.

Un "Bruce Lee" avec Didier Wampas. Un rappel. Les corps sont tendus. Didier s’incarne dans Wampas. "Viré de Skyrock", le voilà parmi nous. Il n’y a pas de montée en puissance, de gradation. Un corps, ça ne triche pas. C’est, ou ce n’est pas. Didier Wampas est un corps. Il est : là.

Cloclo punk déjanté, figure christique aux jambes écartées et au poing levé, physiquement sa présence bouscule. Il se passera ce qu’il doit se passer. Il fera voler en éclat les frontières de la scène et le statut même de spectateur. Venez à moi les communiants ! "Prêtre ouvrier, je suis prêtre ouvrier". Punk prolo, il ne pouvait être cardinal, évêque ou pape, évidemment. Mais il est au centre.

Derrière lui, un Bikini Machine impeccable, puissant. Ça joue gros, c’est propre. Habillés de noirs, ces enfants de corps portent Didier Wampas très haut et subliment la prestation. Didier est dressé sur sa croix mais reste le seul clou du spectacle. "Je deviendrai vieux si tu me quittais des yeux". Impossible ! Une telle énergie corporelle, une telle incarnation ne se lâche pas des yeux. Personne ne le quitte du regard. Didier Wampas est dévoré des yeux. Nous dévorons ce père. Il circule dans la salle, cavale jusqu’au guichet d’entrée, se frotte, sue, se faufile, pousse, tire, saute, dérange, surprend le public.

Debout sur le bar, il détourne le concert. C’est une rencontre mystique, une expérience chamanique collective. Personne n’est rassuré, les dames se cachent derrière leur homme lorsque Didier passe à proximité, chantant dans son micro aux 50 mètres de câble, quand d’autres se précipitent pour danser avec lui, se frotter et suer de concert. Cette petite crainte, cette appréhension à l’approche de l’ingérable Didier, de l’imprévisible Wampas, font toute la particularité de la rencontre. Chacun redevient un corps et frisonne, vibre, existe dans le moment. Là où quelques divinités se contentent de se réincarner, Didier incarne et permet à tous de s’incarner, de faire corps, d’occuper l’espace et d’oublier le temps. "Quelle joie le rock’n roll !"

Il finira le concert vidé, entre scène et salle, à moitié nu, baignant de sueur. Les bras en croix, sur une table à l’entrée de la salle de concert, à l’opposé de la scène, il s’écroulera. Un corps mort. "Didier Wampas t’es le roi". Un Corps mort, les bras en croix. "Je sais qu’un jour en Mercedes nous partirons". Non il ne partira pas ! "Comme d’habitude" il renaîtra, comme d’habitude il s’incarnera et s’offrira en festin.

"Didier Wampas t’es le roi !"

Louez-le, mangez-le, ceci est son corps. Ici gît le roi des punks.

Puis il se redresse et repart.

Bienheureux les désincarnés, Didier Wampas est un corps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Taisez Moi de Didier Wampas
Bikini Machine en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Bikini Machine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
La chronique de l'album La Source de Dandy Freaks
Dandy Freaks en concert au Fil (30 avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Didier Wampas
Le Soundcloud de Didier Wampas
Le Myspace de Didier Wampas
Le Facebook de Didier Wampas
Le site officiel de Dandy Freaks
Le Soundcloud de Dandy Freaks
Le Myspace de Dandy Freaks
Le Facebook de Dandy Freaks

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=