Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cass Mc Combs
Interview  (Paris)  10 décembre 2004

Interview de Cass Mc Combs, le 10 décembre 2004, suite à son concert en première partie d'Idaho au Point éphémère du 9 décembre 2004. Juste le temps de lui signaler que j'étais au concert la veille et Cass me demande, limite stressé, comment était le son. Car le bonhomme a eu toutes les peines du monde pour avoir le son qu'il voulait. Peut être à cause de la salle du point éphémère principalement faite de béton.

Je lui dis que l'ensemble sonnait aigu… suite de l'interview…

Cass Mc Combs : On entendait la voix ?

Oui, mais le tout était noyé dans beaucoup de réverb.

Cass Mc Combs : Oh, cool !!

Pourquoi tenais-tu à avoir tant de réverb ?

Cass Mc Combs : C'est juste ma marque de fabrique. Et puis c'est plus facile pour chanter, ça me donne plus de confiance.

Le show d'hier était très rock, limite bruyant sur certains morceaux. Ton premier album privilégiait les ambiances plus boisées. Pourquoi ce changement ?

Cass Mc Combs : Ce n'est pas conscient. Et puis je voulais un peu de changement. C'est très ennuyeux de toujours faire la même chose. En fait j'aimerais opérer des changements plus radicaux dans ma musique.

Lorsque "A" est sorti il y a à peu prés un an, on a beaucoup comparé ta musique aux disques de Will Oldham, ou encore aux Red House Painters. Comment a-tu pris ces comparaisons ?

Cass Mc Combs : Ca m'a saoulé, je ne connais même pas ces groupes. De toute façon, je hais les comparaisons en général.

Mais ne penses-tu pas que le public ait forcément besoin de ces comparaisons ?

Cass Mc Combs : Non, je pense que cela fait offense au public. Les gens devraient pouvoir compter sur leur imagination, compter sur eux-mêmes pour juger les choses. Ne pas se fier au genre, à la hype ou je ne sais quoi…

Comment es-tu venu à la musique ?

Cass Mc Combs : Je me suis mis à composer des chansons parce que j'en avais envie, juste pour voir si j'en étais capable.

Quelles ont été tes influences ?

Cass Mc Combs : Il y en a beaucoup.

Tu pourrais nous citer des noms ?

Cass Mc Combs : J'en serais incapable. J'ai beaucoup écouté la radio.

Tu achètes des cd's ?

Cass Mc Combs : Je n'ai pas d'argent pour acheter de cd's…En fait j'aimerais bien avoir un ipod, pour piquer la musique de mes amis.

Il y a une différence entre "A", qui donne la part belle aux mélodies plus introspectives, et entre "Perfection", qui sonne plus pop, plus joyeux. Ca correspond à un état d'esprit ?

Cass Mc Combs : En fait je n'ai pas réfléchi à tout ça… Ces albums sont si proches dans le temps. Il n'y a pas eu de changement particulier dans ma vie, je ne pense pas. J'ai simplement déménagé. Maintenant j'habite à Londres depuis 6 mois, mais je ne vais pas tarder à déménager une nouvelle fois.

Pour aller où ?

Cass Mc Combs : J'aimerais bien m'installer à Paris…

Tu es intéressé par la littérature ? Des auteurs en particulier ?

Cass Mc Combs : Oui, bien sur, pour les noms… Si je donnais un nom, ça poserait problème. Les gens ont tellement d'a priori… Je lis la Bible par exemple…

Et la fiction américaine, Fante, Raymond Carver ?

Cass Mc Combs : Oui, bien sûr.

Quand on va sur ton site, on trouve de jolis dessins. Peux-tu-nous en dire plus ?

Cass Mc Combs : En fait ce sont de dessins de Nathalie, qui joue du clavier sur perfection. En fait tout le monde peut m'envoyer ces créations artistiques pour mes mettre sur mon site, même si c'est obscène, n'hésitez pas à m'envoyer vos dessins…

Sur "A" on pouvait obtenir les paroles en envoyant une enveloppe timbrée. Pourquoi ne pas les avoir incluses dans le livret du Cd ?

Cass Mc Combs : Il y a beaucoup trop de gens qui lisent les paroles sans prêter attention à la musique. La première écoute doit se faire sans les paroles. Si on ne comprend pas, il faut faire marcher son imagination.

Tu attaches une importance particulière aux sens de tes paroles ? Quelle place ont-elles par rapport à la musique ?

Cass Mc Combs : Bien sûr, c'est de loin ce qui me prend le plus de temps, je passe un temps fou sur les paroles… J'écris beaucoup et je garde peu de choses. La plupart du temps, ce sont les mélodies qui sont là en premier, ensuite j'inclus les paroles. C'est une question délicate : ne pas en dire trop tout en évitant les ellipses.

Si tu avais beaucoup d'argent, tu en ferais quoi ?

Cass Mc Combs : J'achèterais une guitare, je n'en ai pas (!!), j'achèterais un ampli, un ordinateur, un clavier. Et puis j'aimerais bien monter un studio, pour enregistrer à la maison, tranquille. C'est très pénible de ne pas avoir un rond !!!

Tu espères que ce nouvel album va t'apporter un public plus large et plus nombreux ?

Cass Mc Combs : Bien sûr ! J'ai envie de tourner plus.

Ce n'est pas trop frustrant d'avoir 40 minutes, comme hier lorsqu'on joue en première partie ?

Cass Mc Combs : Non, pas du tout ? Une demi-heure, c'est largement suffisant.

Tu penses déjà au successeur de "Perfection" ?

Cass Mc Combs : Oui, j'ai beaucoup écrit à Londres, mais je vais prendre un certain temps avant de sortir mon prochain disque.

Tu regrettes d'avoir sorti deux disques en si peu de temps ?

Cass Mc Combs : Je crois que je regrette de m'être lancé dans la musique si tôt. J'aurais du attendre 40 ans, comment un gamin de 20 ans peut-il sa lancer dans la musique… Je vais peut-être attendre mes 40 ans avant de sortir mon prochain disque…

3 mots pour définir ta musique ?

Cass Mc Combs : Musique, sons, mots, sans ordre prédéfini…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A de Cass Mc Combs
La chronique de l'album PREfection de Cass Mc Combs


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=