Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
Perfect Pussy - Mac DeMarco - Baxter Dury - Toy - Temples - Cheveu  (Fort de Saint-Père, Saint-Malo)  du 14 au 16 août 2014

"Well you love touching cocks…!"

C’est l’esprit ailleurs que je me ballade en front de mer entre St Brillac et St Lunaire. Les souvenirs des concerts de la veille (surtout ceux de Slowdive, Portishead et Liars) restent présents. Que nous réserve cette dernière journée ? Hé bien pas grand-chose… enfin pas vraiment grand-chose. Et elle commencera et se finira de la même manière : par une claque avec les concerts de Perfect Pussy et Cheveu. Entre les deux, il y a à boire et à manger, du bon, du moins bon et de l’anecdotique, mais pas le grand frisson. Les deux jours précédents ont laissé des traces…

C’est donc à Perfect Pussy que revient d’ouvrir le bal. Le groupe originaire de Syracuse dans l’état de New-York porte son rock hardcore comme un étendard. Ils jouent fort, vite et se donnent entièrement et sans compromission pour leur musique. Ne t’étonne pas alors si le concert ne dure que vingt minutes… C’est sympa, ça mélange punk et noise. Meredith Graves tout en tatouages, poils et micro-robe, riot girl des temps modernes est une vraie meneuse. Un concert de vingt minutes donc, le temps parfait pour apprécier le groupe ,plus n’aurait pas servi à grand-chose…

Le temps de se retourner et de regarder vers la grande scène et l’on s’aperçoit de la foule (et les très nombreux fans venus spécialement pour lui, banderoles à la main) qui attend Mac DeMarco. C’est le coup de génie des organisateurs : le programmer aussi tôt a ramené presque tous les festivaliers avant le début de la soirée. Il faut avouer que Mac DeMarco avec ces trois disques (mais surtout deux et Salad Days) et sa pop lo-fi cool et débonnaire est devenu l’un des chouchous du public indé. A peine réveillé selon son propre aveu (il enchaîne les festivals), le canadien arrive sur scène le sourire aux lèvres, clope au bec, bière à la main, casquette Viceroy et t-shirt des Simpsons (la panoplie du parfait slacker).

Le concert est à l’image de ce que l’on attendait, les tubes ("Salad days", "Blue Boy", "Cooking Up Something Good", "Let Her Go", "Ode to Viceroy", "Chamber Of Reflection" ou "Still Together"…) s’enchaînent avec une certaine indolence. Sur scène ça deconne sec (la reprise saccagée de "Yellow" de Coldplay pendant un changement de cordes), mais cela joue bien et derrière le côté branleur du truc se cache quelque chose de plus sérieux. Mac DeMarco finira le concert yeux mis clos pendant un très long slam, appréciant sûrement les mains de tous ces gens qui aiment sa musique. On comprend que cette attitude tellement outrageusement à la cool puisse porter à questionnement quant à sa sincérité et on se demande si le bonhomme n’est pas arrivé déjà au bout d’un truc mais là tout suite, on apprécie pleinement.

Plus en tout cas que le show de Baxter Dury et de son flegme un rien ennuyeux. C’est sympa, mais ça ne casse pas des briques (ce qui est, en passant, en train d’arriver à sa discographie…).

On se dit que tout cela passerait peut-être mieux dans une salle plus petite et que les compositions du bonhomme sont de moins en moins intéressantes.

Alors j’avoue que pour passer le temps, je préfère regarder la plastique très agréable de la chanteuse (que je vous recommande vivement au passage), Marie-Flore faisant partie du backing band…

Toy se révélera tout aussi ennuyeux. Malgré un début plutôt bon, le shoegaze / Krautrock psychédélique du quintette de Brighton est rapidement noyé dans une sorte de mélasse sonore vite insupportable. On zappe.

Nous attendons donc avec impatience, comme il semble une bonne partie du public, le début du concert des jeunes (mais qu’est-ce qu’ils sont jeunes !) Anglais de Temples. Si leur musique n’invente pas grand-chose, elle ressuscite la pop psychédélique (Beatles, Byrds, T-Rex) non sans un véritable brio. Si sur disque les mélodies sont assez enivrantes, la réputation du groupe sur scène est assez mitigée. Malheureusement, dès "Sun Structure", on sent que le concert ne va pas aller dans la bonne direction. Le groupe joue sans conviction, leur musique très soignée au demeurant ne prend aucune ampleur et le public est aux abonnés absents.

"A question Isn’t Answered" (fleurant la neurasthénie) et "Prisms" ne font que confirmer cette impression. Peut-être un poil trop jeune et trop soucieux de vouloir restituer les chansons dans la production d’origine, les Temples sont incapables de redresser vraiment la barre. C’est triste car on sait que ces chansons valent plus que cela, plus que cette prestation gentiment ennuyeuse. Bref, nous préférons quitter le navire pendant "Move With The Season" et attendre le concert de Cheveu de l’autre côté.

Une ambiance assez étrange règne sur le site. Sans vouloir jouer la sainte nitouche, on croise un nombre incroyable de personnes, jeunes souvent, dans des états pas croyables. Pas foncièrement festif, plutôt dépressif. Combien de personnes vous bousculent pour fendre la foule pour être aux premiers rangs pour repartir deux minutes plus tard ? C’est le lot de tous les concerts, me direz-vous… Combien de personnes sont venues me demander de la cocaïne ou de la mda, me proposant même un règlement en nature ? Combien de corps allongés ont servi de tremplins pendant les concerts ? Une armée de walking dead venue plus pour se défoncer que pour la musique.

Donc après Temples, c’est au tour de Cheveu de jouer. Et là pour le coup, nous n’avons pas été déçus. Le groupe Français nous a offert un concert dantesque, brûlant et explosif. Un set diabolique, sans aucun temps mort, totalement déjanté. Plus sèche et violente encore que sur leur dernier et absolument génial album BUM, la musique est assénée avec une violence crue mais jubilatoire. David Lemoine (chant et claviers) est absolument dingue mais Olivier Demeaux et Etienne Nicolas le sont aussi. C’est drôle et vulgaire, tonitruant mais intelligent. Le public est en liesse, en transe même. Les bières volent, les corps s’entrechoquent. C’est le concert idéal pour terminer le festival…

En rentrant sur la route, j’écoute le nouvel album de DadRocks ! : Year Of The Flesh. Sur le côté la mer, les bateaux. Je repense à ces trois jours de musique, aux concerts de Slowdive, Real Estate, Liars, Portishead ou encore Cheveu. Je me dis que la réputation de la Route du Rock n’est pas usurpée…

Ces trois jours de musique sont dédicacés à Sam et son amie, Martial, Fano et Denis, Dotsy et Mickaël, Ester, Toma, Gilles, Rod, Jasmina, Benoit, Mag et Sasha, aux deux Sébastien(s), Greg, Eric, Lara, Julien, Marie et bien sûr à David.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 2 de Mac DeMarco
La chronique de l'album Another One de Mac DeMarco
Une 2ème chronique de l'album Another One de Mac DeMarco
Mac DeMarco en concert à La Maroquinerie (mardi 14 mai 2013)
Mac DeMarco en concert au Festival Rock en Seine 2014 (vendredi 22 août 2014)
Mac DeMarco en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - dimanche 3
Mac DeMarco en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Mac DeMarco en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet
L'interview de Mac DeMarco (mardi 14 mai 2013)
La chronique de l'album Floor Show de Baxter Dury
La chronique de l'album It's A Pleasure de Baxter Dury
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Baxter Dury en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Baxter Dury en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Baxter Dury en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Baxter Dury en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Baxter Dury en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock #30 (édition 2022) - Vendredi 19
La chronique de l'album Bluffer's Guide to the Flight Deck de Flotation Toy Warning
La chronique de l'album Peplum de Toy Fight
La chronique de l'album Dead as a Dodo de Joy as a Toy
La chronique de l'album The Machine Made Us de Flotation Toy Warning
La chronique de l'album Broken Toy de Dirty Bootz
Toy en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Toy en concert à La Guinguette Pirate (3 novembre 2004)
Toy en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
Toy en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
Toy en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - vendredi 21 août
La conférence de presse de Flotation toy warning (août 2004)
L'interview de Flotation Toy Warning (décembre 2004)
La chronique de l'album Volcano de Temples
Temples en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
La chronique de l'album BUM de Cheveu
La chronique de l'album Dakhla Sahara Session de Group Doueh & Cheveu
Cheveu en concert à La Boule Noire (24 septembre 2008)
Cheveu en concert au Fil (vendredi 16 otobre 2009)
Cheveu en concert au Point Ephémère (mercredi 19 octobre 2011)
Cheveu en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival La Route du Rock
Le Myspace du Festival La Route du Rock
Le Facebook du Festival La Route du Rock

Crédits photos : Jasmina Vulic


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Michael Wookey And His Toy Orchestra (6 juin 2014)


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=