Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hinkemann
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2015

Comédie dramatique de Ernst Toller, mise en scène de Christine Letailleur avec Michel Demierre, Christian Esnay, Manuel Garcie-Kilian, Jonathan Genet, Charline Grand, Stanislas Nordey et Richard Sammut.

Tout est gris, tout est charbonneux, tout est noir sur cette scène jamais totalement dans la lumière. Aucun élément de décor dans ce qui pourrait être une cour avec en arrière plan une grande fenêtre ou plutôt une sombre baie vitrée entourée par deux ouvertures qui font office de portes de part et d'autre de la fenêtre.

Ici, tout est propice au plus strict expressionnisme, celui des films de Murnau par exemple. Mais c'est un expressionnisme qui s'octroie le droit de ne pas être manichéen, de se permettre des jeux de lumière jamais brutaux. Il y a un subtil dégradé dans la dichotomie noir/blanc. Et puis, parfois, explose le carmin vif éclairé d'ampoules jaunes d'un rideau d'entrée de cirque qui prend la place de la béance de la baie vitrée ouverte.

"Hinkemann", c'est donc d'abord un climat dessiné par le puissant contexte imposé par la scénographie d'Emmanuel Clolus et Emmanuel Le Bras. Un climat accentué par la rigueur formelle des lumières subtiles de Stéphane Colin et renforcée par la "bande-son", elle aussi d'une grande expressivité, de Bernard Lechat.

Quelques accords lancinants d'orgue de barbarie, la vulgarité pleine d'entrain factice du forain tonitruant "Viens Poupoule", des bruits de bottes, des cris de miliciens, des hurlements, voilà ce qui entoure la parole désespérée du soldat Hinkemann revenu de guerre.

Car rien ne sera plus comme avant pour cet homme qui n'en est plus un. Blessé au bas-ventre, "eunuque", le voilà face à sa "Grete" tant aimée, mais qu'il ne pourra plus aimer charnellement.

Sur fond d'Allemagne défaite, de révolution spartakiste promise à une répression sanglante, Ernst Toller se sert de son personnage, que la misère et le malheur contraignent à devenir un phénomène de foire, pour asséner des vérités politiques aux curieuses résonances actuelles.

Stanislas Nordey, que l'on sent étonnamment concerné par ce rôle épuisant, est un Hinkemann à la voix fêlée par la colère impuissante dont il porte les stigmates. Ses tirades s'enchaînent jusqu'au manque de lucidité qui le font être injuste avec sa femme aimante, cruellement prise entre les contradictions de sa chair et de son âme.

Les personnages de Toller sont des cœurs purs que le monde impur ballote jusqu'au tragique. Leurs rêves de révolution, de "nouvelle société", de grand amour se fracassent devant la réalité la plus sordide, les faits les plus abjects. Pièce politique, "Hinkemann" n'est jamais dogmatique.

Ce que Toller expose avec la précision et la concision de son absolu pessimisme, c'est le surgissement du chaos d'après-guerre, dans lequel Priape et le matérialisme vont remplacer les valeurs chrétiennes et écraser les rêves révolutionnaires.

Comme Zweig, comme Benjamin, comme tant d'autres, Toller préfèrera se suicider que de voir le triomphe total de ce qu'il anticipait dans "Hinkemann" et qui, quelques années après son écriture, prendra la forme du nazisme.

Dans sa version sans effets démonstratifs inutiles mais d'une force de conviction peu commune, Christine Letailleur permet de découvrir, bien retraduit par Huguette et René Radrizzani, un auteur allemand majeur mal connu en France.

Elle s'appuie sur une distribution impeccable et magnifie le couple formé par Stanislas Nordey et Charline Grand. Elle pose des questions contemporaines sans avoir besoin de les surligner et propose un moment de théâtre qui ne peut que susciter une adhésion enthousiaste.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 janvier 2023 : La culture ne bat pas en retraite !

La 59ème MAG à revoir, un concert et interview de Julie Gasnier en fin de semaine et des tas de découvertes à faire au travers de nos articles de la semaine, c'est le programme qui vous attend en ce début d'année mouvementée !

Du côté de la musique :

"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker
et toujours :
'The big swim" de Augenwasser
"Rendez-vous"de Julie Cherrier-Hoffmann, Lucienne Renaudin Vary, Pierre Arditi, Frédéric Chaslin & Arièle Butaux
"C'est la vie qui veut ça" c'est la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Remember we were waiting for the snow" de Lunt
"Ecrans plats" de Monsieur Lune
"A.P.P. (Accumulation of Profit & Power)" de Muyiwa Kunnuji's Osemako
"Carnaval sauvage" de Nicolas Jules
Not Scientists, Bilbao Kung Fu, Grandma's ashes et Paradis minuit à découvrir
"Brutal pop II" de Sun

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Fin de partie" au Théâtre de l'Atelier
"Delphine et Carole au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Grief and Beauty" au Théâtre de la Colline
"Je pars sans moi" au Théâtre de la Colline
"Le syndrome de l'oiseau" au Théâtre du Rond-Point
"La Chambre des Merveilles" au Théâtre des Variétés
"Dans ce jardin qu'on aimait" au Théâtre de la Bastille
"La (nouvelle) Ronde au Théâtre des Abbesses
"Du bonheur de donner" au Théâtre Le Lucernaire
"Presque égal" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"NYX" au Théâtre Les Déchargeurs
"Rosemary Lovelace fait ça dvant tout le monde !" au Théâtre Montmartre-Galabru
les reprises :
"Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Top Secret" à la Cinémathèque de Paris
dernière ligne droite pour :
"Le Chic ! Arts décoratifs et mobilier de 1930 à 1960" à la Galerie des Gobelins
"L'amour en scène ! - François Boucher du théâtre à l'opéra" au Musée des Beaux-Arts de Tours
"Face au soleil - Un astre dans les arts" au Musée Marmottan Monet
"Walter Sickert - Peindre e transgresser" au Petit Palais
"L'encre en mouvement - Une histoire de la peinture chinoise du 20ème siècle" au Musée Cernushi
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Cutland - Le secret de Jens" de Govinda Van Maele
"The Singing Club" de Peter Cattaneo
"La Jeune fille à la perle" de Peter Webber
Les contes des quatre saisons d'Eric Rohmer
le cinéma de Wim Wenders en 4 films
et pour les cinéphiles "Le Mystère Méliès" d'Eric Lange
en salle pour le jeune public : "Neneh Superstar' de Ramzi Ben Sliman

Lecture avec :

"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
C'est bientôt le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #50
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia
et toujours :
"Petites dents, grands crocs" de Emilie Guillaumin
"Partout les autres" de David Thomas
"Nein, nein, nein !" de Jerry Stahl

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=