Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce I'm From Barcelona
Growing Up Is For Trees  (Telegram Records / Warner Music)  mars 2015

Il y a des choses qui, quoiqu’il arrive, font toujours plaisir, principalement trois : manger une pizza, faire du sexe, écouter un nouvel album de I’m From Barcelona. Même si la pizza n'est pas top, si le sexe est un peu bâclé, si l’album est un peu moins bon que le précédent, c’est quand même toujours plaisant de manger une pizza, en faisant du sexe, en écoutant I’m From Barcelona, c’est un peu salissant il faut bien l’avouer, mais bon.

Je ne vous parlerai pas de ma dernière pizza qui était vraiment divine, une quatre fromages, enfin une Quattro Formaggi plutôt, à la pâte fine et croustillante, parfaitement garnie et cuite à la perfection. Je ne vous parlerai pas non plus de ma vie sexuelle (comment je me suis disputé), bande de pervers polymorphiques qui, sous prétexte de venir lire des chroniques musicales, voulez simplement vous rincer l’œil et vous repaître des détails croustillants sur les mœurs débridées des chroniqueurs et des attachées de presse dans les backrooms que sont les carrés VIP des salles de concerts parisiennes, vous me dégoûtez !

Aujourd’hui, je vous parlerai simplement du nouvel album de I’m From Barcelona, groupe suédois qui a compté jusqu’à vingt-neuf (!!) membres, et qui reviennent à seulement dix-neuf (!!), d’après la photo de la pochette de l’album du moins, c’est la crise pour tout le monde. Un des soucis de IFB (pour ceux qui sont pressés), à part le fait d’être des menteurs puisqu’ils sont de Jönköping, est à chercher du côté du premier album, il était tellement atypique, tellement particulier que d’une part on a en créé un théorème musical (du moins pour moi) : une chanson pop est réussie si et presque seulement si on peut appliquer dessus un rythme dit "clap-clapclap" et que d’autre part, ils sont apparus comme une bande de joyeux hippies naïfs faisant du Polyphonic Spree sans toge, avec des paroles légères, "on est une bande de copains et on s’amuse, oh cool un feu de bois, venez on fait des chansons, lol !". Voilà l’image que beaucoup ont d’eux et c’est non seulement bien dommage mais totalement faux. Depuis trois albums, IFB a acquis une vraie stature de groupe pop bien loin de ce cliché mais sans jamais pourtant perdre leur univers parfois un peu festif et c’est connu, l’amateur de pop n’aime pas la musique un peu festive, ce n’est pas bon pour la crédibilité de taper du pied.

Aujourd’hui sort leur quatrième album, cinquième si l’on compte leur projet fou de triple vinyle 27 songs où vingt-sept chansons étaient réunies, chacune composée et enregistrée par un membre (à ne pas confondre avec 9 songs où... heu non rien, on a dit pas de racolage). Disons-le tout net, Growing Up For Trees est une réussite, pas partielle, pas "un peu", totale. On retrouve quelques éléments fondamentaux d’IFB, des chœurs, des refrains chantés tous ensemble, des chansons légères et enlevées ("Violins", "Benjamin"), et même certaines qui se conforment au théorème du "clap-clapclap". Mais il n’y a pas que ça, les compositions d’Emanuel Lundgren, le chef de fanfare, n’ont jamais été aussi ambitieuses et pourtant toujours aussi légères et aériennes, certaines totalement Arcade Firienne mais sans, avouons-le, la prétention de ces derniers. La naïveté des débuts a fait place à une profondeur, voire même à une certaine mélancolie même dans les chansons les plus légères. Si les compositions sont toujours aussi pertinentes, l’électronique vient en quelques touches impressionnistes apporter une couleur différente aux chansons, de manière totalement naturelle, là où dans "Get In Line" par exemple sur Forever Today, leur album précédent, ça semblait un peu plus forcé.

Dire que IFB n’a pas le succès mérité est une évidence à la limite du cliché. Ils font comme beaucoup partie des grands oubliés et évidemment c’est totalement injustifié, ce disque regorge de chansons incroyables "Helium Heat", "Sirens". Osant même des moments plus planants, plus doux, plus touchants, "Growing Up Is For Trees", "Summer Skies" et sa coda totalement hypnotique. Chaque morceau s’inscrit parfaitement dans la continuité du précédent sans jamais aucune redite, en formant un disque cohérent et pourtant varié.

Parfois les pizzas sont vraiment immondes, trop cuites, pâtes dégueulasses, fromages industriels et jambon polyphosphaté. Parfois, le sexe ce n’est pas génial, pas d’alchimie, draps sales, odeurs étranges, trop bref, trop long. Heureusement dans ces cas-là, il reste I’m From Barcelona, la seule chose qui, quoiqu’il arrive, fait toujours plaisir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Who Killed Harry Houdini ? de I'm From Barcelona
I'm From Barcelona en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
I'm From Barcelona en concert au Festival Les Inrocks 2006
I'm From Barcelona en concert au Festival Les Trans 2006 (Jeudi)
I'm From Barcelona en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
I'm From Barcelona en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
I'm From Barcelona en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
I'm From Barcelona en concert au Bataclan (31 octobre 2008)
I'm From Barcelona en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)

En savoir plus :
Le site officiel de I'm From Barcelona
Le Soundcloud de I'm From Barcelona
Le Facebook de I'm From Barcelona


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=