Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean Paul Gaultier
Grand Palais  (Paris)  Du 1er avril au 3 août 2015

Pour le printemps 2015, le Grand Palais fait un grand écart stylistique en présentant conjointement "la" rétrospective exceptionnelle consacrée à Velasquez le maître de l'art baroque espagnol et celle consacrée au couturier Jean Paul Gaultier.

En effet, il accueille une exposition initiée en 2011 par le Musée des beaux arts de Montréal dont Paris constitue la dixième étape d'un exceptionnel "World Tour".

Elle a été conçue par Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, comme une exploration de "la planète Gaultier".

Elaborée sous le commissariat de Thierry-Maxime Loriot, assistant de recherche au musée précité, et en collaboration avec le couturier, elle se présente donc comme une création multimédia qui bénéficie d'une scénographie originale et, surtout, spectaculaire réalisée par l'Agence Projectiles qui l'érige en une époustouflante exibition "son et lumières" avec des inédits parisiens telle l'installation "morphing" réalisée par le designer néerlandais Jurgen Bey formé à la prestigieuse Design Academy Eindhoven.

Par ailleurs, se voulant plus immersive que didactique, elle se déroule selon un parcours thématique en huit sections qui s'avère particulièrement adéquat pour appréhender quatre décennies de création échevelée et cependant traversée de récurrences.

Enfin, dans cet étourdissant show muséal à l'américaine, les officiants sont les créations vestimentaires portées par des mannequins qui ne sont pas les ordinaires mannequins d'étalage, clones figés d'une figure déshumanisée.

S'affranchissant de la standardisation et de la rigidité, des créations "humanisées", les mannequins ont été spécialement conçus par le fabricant Jolicoeur International et certains sont dotés des perruques élaborées par la star de l'architecture capillaire Odile Gilbert, et d'un visage animé, parlant et chantant par un procédé de projection vidéo piloté par UBU, la compagnie de création théâtrale québécoise fondée par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin.

Jean-Paul Gaultier - "De la rue aux étoiles"

Les documents d'archives relatifs à son enfance, dont le fameux ours en peluche prénommé "Nana" qu'une chirurgie esthétique artisanale a pourvu de seins, déjà en obus, et le portrait de sa grand-mère qui tenait un salon de beauté, montrent que l'aventure de Jean-Paul Gaultier, devenu "l'enfant chéri de la mode", a commencé comme celle d'un "Tintin au pays des frous-frous", selon l'expression de Elizabeth Gouslan.

Dans la biographie qu'elle lui a consacré et publiée en 2010 ("Jean-Paul Gaultier - Punk sentimental"), elle analyse également avec sagacité sa longévité créatrice comme celle d'un couturier moins avant-gardiste que pratiquant le "copier-coller-sauvegarder l'air du temps" en s'inspirant de la mode de la rue, devenue vocation du "styliste tendance", revisité à l'aune de l'insolence et de l'humour.

Ce qui n'exclut pas la virtuosité technique que le visiteur pourrà, s'il échappe à l'emprise des sunlights, apprécier de visu et à proximité.

En effet, à l'exception de la section "A fleur de peau - Classé X" consacrée aux modèles déclinant des codes esthétiques marginaux du sexe et du fétichisme, les tenues ne sont pas présentées sous vitrine ce qui permet de prendre la mesure de la technicité et de la virtuosité.

Son itinéraire, qui va "de la rue aux étoiles", titre de la photographie-peinture réalisée par Pierre et Gilles, spécialistes du portrait sulpicien-kitsch, qui a été retenue pour l'affiche de l'exposition, est placé sous les auspices non pas d'une muse mais de muses multiples, qui constituent son panthéon personnel.

Un panthéon éclectique qui va de sa Mémé Garrabé, la tutélaire dont les dessous ont généré le corset aux bonnets coniques, à Lady Gaga en passant par Madonna, inspiratrice de la collection "Les Vierges" qui correspond également avec le goût du couturier pour l'imagerie religieuse qui ressortit aux fondamentaux du vocabulaire gaultierien essentiellement syncrétique.

Celui-ci intègre l'iconographie gay avec les figures antinomiques du mauvais garçon, le marin tatoué à la Genet, dont il investit la marinière qui devient emblématique, et son emblème, alors même qu'elle a été liée à la mode depuis les années folles que révélait l'exposition "Les marins font la mode" qui s'est tenue en 2009 au Musée National de la Marine, et de la femme fatale, icône du glamour.

Ainsi qu'une navigation paradoxale entre l'androgynie et l'hypersexuation, le mélange des genres (le perfecto du rebelle à la Brando porté sur un jupon), l'inversion des codes du genre (la jupe pour homme, le tatouage pour la femme).

Ce syncrétisme s'illustre également pare sa pratique d'une "couture fusion" qui conduit à une esthétique du métissage inspirées des customisations auxquelles procèdent la "jungle urbaine".

Jean Paul Gaultier a fait des incursions dans le monde du spectacle, du cinéma et de la danse par la création de costumes que retrace la section intitulée "Metropolis".

Comme nombre de ses homologues mais sans aucun doute de manière plus assidue, tel son long compagnonnage avec la chorégraphe Régine Chopinot, sujet de l'exposition "Jean Paul Gaultier *Régibe Chopinot, Le Défilé" qui s'est tenue en 2007 au Musée des Arts Décoratifs.

Un des points d'orgue de l'exposition est constituée par la section "Punk Cancan" qui reconstitue une mise en situation d'un défilé ordonné autour de la collection Automne-Hiver 2011 intitulée "Les Parisiennes".

Annoncés par Catherine Deneuve, les modèles défilent sur un podium mécanique entre deux rangées d'un public intégralement siglé Gaultier qui se présente comme une confrontation radicale entre le "Beautiful people" du start-system, de Nana Mouskouri à Conchita Wurst, ,et l'undeground punk-rock londonien sur fond de street art.

L'exposition remplit son cahier des charges tenant à "une narration enchantée, contemporaine et vivante" qui ravira le visiteur intéressé par la mode et l'histoire de la mode contemporaine dans laquelle le chapitre Jean Paul Gaultier n'est pas encore clos.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=