Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Florence- Portraits à la Cour des Médicis
Musée Jacquemart-André  (Paris)  Du 11 septembre 2015 au 25 janvier 2016

Avec "Florence - Portraits à la Cour des Médicis", le Musée Jacquemart-André présente une exposition en parfaite adéquation avec ses collections résultant de la prédilection de ses fondateurs pour l'art italien de la Renaissance.

Elle propose donc une immersion dans l'âge d'or de la peinture florentine sous un angle très circonscrit et qui s'avère, au gré de la démarche anatytico-synthétique des commissaires, Carlo Falciani, historien d'art et enseignant à l’Académie des Beaux-Arts de Florence, en collaboration avec Nicolas Sainte Fare Garnot, conservateur dudit musée, judicieusement syncrétique.

En effet, avec le parti pris de "monter une séquence narrative et chronologique pour montrer les mutations du goût et les événements historiques" et le choix des oeuvres sélectionnées, ils parviennent, aux termes d'un parcours chrono-thématique, structure souvent taxée de purement monstratoire, à dresser un panorama du portrait médicénéen qui, tout en étant placé sous obédience maniériste, témoigne d'une étonnante polyphonie picturale et induire plusieurs niveaux de lecture selon l'intérêt particulier de chaque - et tout - visiteur.

Ainsi, l'exposition constitue-t-elle une immersion dans le microcosme des Médicis, dans l'art du Cinquecento florentin par le maniérisme et une réflexion sur la représentation de soi et la fonction du portrait qui, pendant cette période, connaît le développement du culte de la personnalité et l'internationalisation du portrait officiel.

Le portrait maniériste au service d'une cour ducale en quête de légitimité et de rayonnement européen

Jouant sur la gamme chromatique et les insertions graphiques pour mettre en résonance les portraits appariés, la scénographie précieuse de Hubert Le Gall exalte un florilège d'une quarantaine d'oeuvres qui illustre et éclaire le propos de l'exposition.

L'espace qui lui est dévolu, constitué d'un ensemble de salles communicantes, et les cartels détaillés permettent au visiteur de se dispenser de suivre le parcours conseillé après, toutefois, le passage incontournable de la première salle.

Celle-ci est consacrée à l'état du portrait au 15ème siècle sous le gouvernement théocratique de Savonarole, portraituré de façon saisissante par Fra Bartolomeo.

Le portrait est soumis aux principes du naturalisme et de l'austérité stylistique, excluant toute fioriture, imposant une palette sombre et imposant la gravité de la physionomie, hors de tout narcissisme constitutif du péché d'orgueil, auquel satisfait le portrait en profil de médaille antique.

Les représentations plus "élogieuses", de face avec un paysage en arrière-plan introduisant la couleur, doivent être occultées telle "La Dame au voile"' de Ghirlandaio, accompagnée de son volet à coulisse sur lequel était inscrit une maxime ("A chacun son masque").

Ensuite le visiteur pourra appréhender la novation stylistique introduite par le maniérisme, qualifié en son temps de "maniera moderna", avec notamment l'expressionnisme subjectif, le traitement des carnations et la palette chatoyante.

Toujours au plan artistique, l'exposition met en évidence les différentes typologies du portrait, du portrait héroïque au portrait officiel en passant par le portrait d'apparat, le portrait élitaire et le portrait intime avec les miniatures réalisées dans des matériaux précieux et des effigies composant un album de famille installé dans le premier des cabinets de curiosités que fut le "studiolo" conçu pour François de Médicis..

Tout comme elle fait état du tropisme culturel qui tient à l'ancrage du portrait dans le corpus littéraire florentin fondateur de l"identité florentine, composé des oeuvres de Dante, Boccace et Pétrarque, avec les personnages tenant un ouvrage clairement identifiable, comme la facétieuse "Jeune femme au livre" d’Andrea del Sarto, les portrait de Lorenzo Lenzi et de la poétesse Laura Battifiero de Bronzino et la musique avec le portrait des joueurs de luth dont celui peint par Salviati.

Ce tropisme tient également à la volonté des Médicis qui veulent ériger Florence en centre intellectuel. L'histoire des Médicis peut constituer un autre axe de visite sous l'angle de ce qui ressort aujourd'hui aux stratégies de communication.

Pour les gens de cour et les élites intellectuelles, le portrait joue un rôle identique, à une plus modeste échelle locale, pour étayer leur suprématie sociale. Ainsi sont-ils représentés dans l'attitude oisive et nonchalante des nantis, mis en scène dans un décor et une mise qui évoquent leur statut social ("La dame en rouge de Bronzino, "Jeune homme en compagnie d'une biche" de Salviati, "Portrait de l'homme au chien" de Tosini).

Et les Médicis choisissent des peintres qui ne sont pas de petits maîtres-artisans d'atelier mais des artistes et érudits et notamment la triade formée par Pontormo, Bronzino et Salviati pour lesquels le portrait, genre dans lequel ils excellent, ne constitue pas la seule production.

Pour les Médicis, famille de bourgeois marchands et banquiers, à la fonction du portrait comme représentation de la puissance du pouvoir et instrument politique des cours royales, s'ajoute celle du portrait héroïque.

Ainsi les portraits à la chromatique monérale de Bronzino célébrant les faits d'armes, officient tant pour la commémoration de leur accession militaire au pouvoir que pour l'iconification des fondateurs de cette nouvelle dynastie.

Par ailleurs, outre l'affirmation publique et personnelle de l’image de soi et de son rang, les portraits médicénéens reflètent l'aspiration à s'inscrire dans une noblesse dynastique à défaut de noblesse de lignage et à porter l'un des grands duchés de Toscane à l'égal des royautés européennes.

A cet égard le portrait de l'épouse de Cosme 1er, Eléonore de Tolède, réalisé par Bronzino retenu comme visuel pour l'affiche de l'exposition, prêt exceptionnel en provenance de la Galerie Nationale de Prague constitue un modèle du genre avec son extrême raffinement.

Le monumental portrait d'apparat qui tient lieu de publcité de la vie ducale, ancêtre de la photo de magazines d'actualités du Gotha, connaît son apogée à la fin du siècle.

Mais les peintres maniéristes ne sont plus et le portrait d’État florentin, à l'instar des portraits officiels européens tels ceux de la période élizabéthaine récemment à l'affiche du Musée du Luxembourg ("Les Tudors"), est strictement codifié.

Standardisé, il devient empesé sous le poids des symboles du pouvoir. et des signes ostentatoires de richesse, comme le le portrait en pied de Marie de Médicis, future reine de France, exécuté par Santi di Tito, peintre dont le maniérisme tardif aux frémissements naturalistes dans ses portraits d'enfants.

Riche de chefs d'oeuvre et de prêts exceptionnels, telle "La dame en jaune" de Andrea del Sarto considéré comme le précurseur du maniérisme, l'exposition offre donc de nombreux chemins de traverse pour feuilleter l'histoire de l'art florentin et le maniérisme; Peut-être aussi avec pour fil rouge, le modelé des mains maniéristes suggéré par le visionnage de l'extrait d'un documentaire réalisé par l'historien et critique d'art Hector Obalk diffusé en prologue.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Jacquemart-André

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée Jacquemart-André


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=