Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Be Forest
Interview  (La Mécanique Ondulatoire, Paris)  mardi 12 janvier 2016

À La Mécanique Ondulatoire, les gens sortent de la petite salle bondée du sous-sol. La soirée a été ouverte par les parisiens Dead Sea qui, entre shoegaze et electro, ont offert leur dream pop. Le public a très bien accueilli les italiens Be Forest.

Ce trio shoegaze à l'attitude post-punk, après deux albums à leur actif et des tournées entre l'Europe et les USA, viennent nous présenter le nouveau single Glow. Les Be Forest font partie d'une renaissance post-punk / shoegaze de la scène italienne partagée avec leur amis (et concitoyens) Brothers in Law et Soviet Soviet.

Nous les avons rencontrés juste après le concert pour discuter de leur parcours, leurs inspirations et leurs influences.

Comment est né le projet Be Forest ? Est-ce que vous jouiez déjà avant de vous connaître ?

Costanza (voix), interrompue par Nicola (guitare) : C'est toi qui vas commencer Nicola ! Tu as préparé l'argumentation !

Nicola : Moi je jouais déjà de la basse avec d'autres groupes. Au lycée, j'ai connu Costanza qui ne jouait pas du tout, elle a commencé avec nous. Erica est arrivée après, grâce à des amis communs.

Costanza rit : Il dit ça tout le temps quand il raconte notre histoire ! Il la raconte exactement de la même façon depuis 2010...

Erica (batterie) : Allez ! Dis-lui qui est cet ami en commun, juste pour changer des autres interviews... (elle rit)

Nicola : C'est Andrea Giometti, chanteur et bassiste des Soviet Soviet. On a commencé pour s'amuser et après, avec de la chance on est encore là.

En 2013, vous étiez supporters de la tournée européenne des Japandroids, en 2014 vous avez ouvert la date italienne des Slowdive (ndlr : Nicola était là aussi avec son autre groupe les Brothers in Law), et en 2015 vous avez joué au SXSW aux USA. Laquelle de ces expériences vous a le plus marqués ?

Costanza : Slowdive, c'est notre groupe préféré ! Etre en ouverture d'un groupe qu'on aime beaucoup et avec qui on ne pensait pas être réunis, partager la scène avec eux, discuter avec eux a été une des expériences les plus belles !

Nicola : Mais aussi avec les Japandroids, cela a été magique !

Costanza : Un jour, Nicola répétait dans notre studio le riff de "I Quit Girls" des Japandrois. Erica et moi nous sommes dit : "On va la chanter !". On en a fait une reprise qui a été repérée sur YouTube par les Japandroids qui nous ont même contactés pour leur tournée. C'était super surtout parce que ce n'était pas prévu du tout. On venait déjà d'une tournée...

Nicola : Le SXSW a été super, surtout pour le public...

Est-ce que vous trouvez des différences dans les publics des pays où vous avez joué ?

Nicola : Oui, bien sûr ! Moi je suis italien et j'aime bien le public italien mais il faut dire que c'est le plus snob en absolu ! On pense peut-être ça parce qu'on est italien, si on était américain on détesterait les américains...

Après deux ans de Cold, votre premier album, aux sons new wave, Earthbeat est sorti, un album plus shoegaze. Est-ce que votre approche de la musique et votre son ont changé aussi ?

Nicola : Le changement a été naturel, spontané.

Costanza : Nous avons besoin de temps. Le nouvel album est sorti deux ans après.

Erica : C'est normal parce que quand on a commencé, on avait 18 ans... on a grandi et forcément tout a changé.

Qu'est-ce que vous pouvez nous dire à propos de Glow, votre nouveau single ? J'ai lu que vous avez aussi un projet pour un fanzine.

Erica : Tout est commencé par hasard...

C'est toi qui as réalisé la vidéo aussi, c'est ça ?

Erica : Oui, c'est moi. Tout a commencé par un riff de guitare...

Costanza : ... un riff qui tu as réalisé !

Erica : Le morceau est né dans notre studio, on a pris notre temps.

Costanza : On est resté dans le studio pendant 10 jours.

Nicola : Un ami de Rimini nous a offert son studio et on nous a proposé de rester là pour une semaine... et on y est resté pendant deux semaines. On peut dire une expérience d'écriture.

Costanza : "Glow" est vraiment un de mes morceaux préférés.

Nicola : On a eu cette idée de fanzine avec un ami et ensemble on a créé le Coward Records. On a pensé enregistrer un des albums grâce à une machine, et de faire tout ce qu'on aime vraiment, c'est-à-dire des albums, fanzine, des bds aussi peut-être.

Comment vos morceaux voient-ils le jour ?

Costanza : Quand on arrive dans notre studio, on joue tout le temps ensemble. On est inspiré les uns par les autres. Moi j'écris quand j'écoute de la musique, je transcris en mots mes sensations. Pour Earthbeat, j'ai utilisé mes précédentes expériences de vie.

Erica : En tant que batteuse, mon travail est subordonné à ce qu'ils créent. C'est difficile qu'un morceau naisse par la batterie, bien que ce soit déjà arrivé. C'est rare. Moi je suis ce qu'ils font et j'y ajoute de la mathématique !

Costanza : Elle est la science et moi, la magie !

Conseillez-nous des groupes à écouter.

Erica : C'est difficile !

Costanza : Moi je vous conseille les Lantern, les Tallen System, un groupe de Los Angeles avec lesquels on a partagé la tournée aux USA, ils sont un peu notre famille américaine.

Erica : On aime beaucoup les Altro (un groupe hardcore italien), j'ai grandi avec eux. Moi je suis dans la période Lucio Battisti. J'aime les Ibeyi, elles sont très differentes de moi. On a eu la chance de les voir en concert au SXSW dans une église. J'ai pleuré pendant 20 minutes de leur performance.

Costanza : Entre les italiens Fine Before You Came et les C+C Maxigross. Brothers in Law, notre famille (l'autre groupe de Nicola).

Erica : Moi j'aime bien Father Marphy !

Nicola (prend son portable et nous montre ses dérnieres écoutes) : Hier, j'ai écouté pour la première fois ce groupe, les Solid Space, un vieux groupe des années 1980 qui n'existe plus. Cela a été un coup de foudre ! L'amour à la première écoute ! Et j'aime bien les Black Marble aussi, un duo synth pop de Brooklyn.

Merci beaucoup pour votre disponibilité.

Be Forest : Merci à toi ! On se voit en Italie !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Be Forest
Le Bandcamp de Be Forest
Le Facebook de Be Forest

Crédits photos : Paola Simeone


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=