Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Micah P. Hinson
Interview  (Paris)  vendredi 25 mars 2016

On rencontre Micah P. Hinson dans son hôtel dans le 13ème arrondissement de Paris, pas très loin du Petit Bain où il jouera ce soir. Dans le hall, l'ascenseur s'ouvre et apparaît ce jeune homme aux lunettes, en salopette, et aux cheveux gominés. Il marche avec son cane, suite à l'accident en 2010 à Barcelone, qui l'a forcé à interrompre la tournée et l'enregistrement de son album.

Il m'accueille très gentillement : "Hi, how are you doing ?". Il me demande tout de suite si on peut fumer une cigarette ensemble, dehors. Il est très content d'être à Paris mais avoue être crevé à cause du long voyage en traversant la France.

Devant nous, un jeune couple des parisiens s'arrête un instant pour regarder des bâtiments, Micah remarque leurs chaussures, des Stan Smith, et rit : "Look at them !". Il me dit : "They have the same kind of shoes". Je lui dis en riant : "In Paris everybody wears this kind of shoes, Micah !".

Il commence à me parler de la situation des grandes compagnies, des enseignes, du gaspillage et du consumérisme, il dit qu'il rêve d'un monde qui sort de ce système malade, un monde milleur pour son petit-fils de cinq mois, aussi. Il me demande : "So... do we start with the interview ?".

Ce soir, tu es là pour jouer la réédition de ton premier album enregistré sur Talitres, Micah P. Hinson and the Gospel of Progress. Pourquoi ce choix ?

Micah P. Hinson : Tout le monde fête des anniversaires et moi aussi je voulais en faire un ! Et puis j'ai enregistré cet album il y a 13 ans, j'étais à Manchester, et le son était plutôt le son d'un groupe, et maintenant j'ai changé, en tant que songwriter, j'ai adapté les guitares, les voix, pour obtenir un son plus... songwriting. Je veux écrire des chansons, pas de la musique !

Est-ce qu'il y a eu un moment exact dans ta vie où tu as compris que tu voulais être un musicien ?

Micah P. Hinson : Chez ma grand-mère, il y avait ce piano qu'elle jouait pour amuser ses amis, et c'est là que j'ai mes premiers souvenirs. Moi je nai jamais joué beaucoup, jamais fait trop de promotion, et j'ai realisé que les gens aimaient tout simplement bien ma musique et ils voulaient me voir en concert et écouter mes disques.

Est-ce que tu es en train de travailler à des nouveaux projets en ce moment là ?

Micah P. Hinson : J'ai un projet, The Broken Arrows, enregistré par l'italien Bronson Productions. On a fait un album sans titre, et on sortira en automne un nouvel album qu'en version vinyle, il n'y aura pas de distribution digitale et c'est donc un travail très difficile. Et je travaille à un nouvel album aussi. Ca va être quelque chose de vraiment différent des mes autres albums, quelque chose de très minimaliste, j'ai envie de changer.

En 2010, tu as écrit un roman, No Voy Salir de Aqui. Pourquoi en espagnol ? Quelles ont été tes inspirations pour ce livre ?

Micah P. Hinson : Ils ont dit qu'ils ne trouvaient pas une traduction pour le titre original "You Can Dress Me Up But You Can't Take Me Out"... il était peut être un peu trop long... mais c'est n'importe quoi ! Je ne voulais pas payer de compagnies pour publier mon livre, je cherchais quelqu'un qui était vraiment intéressé par mon idée. L'histoire est juste celle d'un mec, il y a des choses qui me sont arrivées et d'autres inventées. J'ai écrit aussi deux autres livres, et j'ai beaucoup de matière.

Tu aimerais bien les publier ?

Micah P. Hinson : Bien sûr ! J'aimerais bien les publier... Quand j'ai commencé à écrire mes chansons, j'écrivais beaucoup et j'avais une guitare. J'ai commencé par la musique... mais j'aimerais bien être un écrivain...

Quelles sont tes plus grandes inspirations ?

Micah P. Hinson : La musique ! J'ai une très grande collection de disques... J'écoute beaucoup Ministry, Psalm 69, Skinny Puppy, The Cure, Nirvana, Bob Dylan, Johnny Cash, Hank Williams...

Je suis inspiré par la littérature également. J'ai une grande collection des livres aussi : Gregory Corso, Charles Bukowski, Anthony Burgess, Kurt Vonnegut...

Comment naissent tes morceaux ? Comment composes-tu tes morceaux ?

Micah P. Hinson : Tous mes albums ont été enregistrés d'une façon différente, donc je n'ai pas vraiment une façon de le faire. Je peux juste dire que je compose avant la musique, et après je pense aux paroles.

J'aimerais bien faire un jeu avec tes albums. Est-ce que tu peux nous dire pour chaque titre quelle ville peut y être liée ?

Micah P. Hinson : That's cool ! Donc... The Gospel of Progress : je dirai Texas et Manchester. The Baby and the Satellite : c'est 100% Texas, je l'ai enregistré quand j'étais ado sur une 4-pistes. Micah P. Hinson and the Opera Circuit est sorti après mon opération du dos, j'étais chez moi au Texas. Pour The Red Empire, j'étais à Dallas dans cette vielle maison funéraire. Micah P. Hinson and The Nothing a été réalisé quand j'avais mes blessures aux bras, j'ai été invité en Espagne et c'est là que je l'ai enregistré.

C'est très bizarre pour moi tu sais, c'est ma vie ça ! Tous mes albums... c'est ma vie ! Cela fait bizarre de les voir écrits comme ça, je veux juste continuer avec ma musique. Merci pour cette question !

Merci à toi pour ta disponibilité, Micah ! See you !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Red Empire Orchestra de Micah P. Hinson
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Pioneer Saboteurs de Micah P. Hinson
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Nothing de Micah P. Hinson
Micah P. Hinson en concert au Festival International Benicàssim 2008
Micah P. Hinson en concert au Café de la danse (17 septembre 2009)
Micah P. Hinson en concert à Théâtre Marigny (dimanche 17 octobre 2010)
L'interview en VO de Micah P. Hinson(29 avril 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Micah P. Hinson
Le Bandcamp de Micah P. Hinson
Le Facebook de Micah P. Hinson


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Micah P. Hinson (25 mai 2010)


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=