Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Action Dead Mouse
Cascata (version française)  (Autoproduit)  avril 2016

Le génie de Joseph Beuys a inspiré leur nom et l'eau s'est inflitrée dans leur dernier album. C'est ça Action Dead Mouse, le trio du nord-est italien, qui aime se presenter comme Post Something Loop Orchestra (from Bologna).

Filippo Dionisi (voix), Luca Bianconi (batterie) et Emanuele Giordano (guitare) ont monté leur projet en choisissant pour leur premiers albums (Pets and Nerds Attack Planet Earth ! en 2008 ; Revenge of Doormats and Coasters en 2009) la langue des cousins d'outre-Manche pour revenir ensuite à leur langue maternelle.

Filippo, dans notre dernière interview, nous explique que la voix n'est pour lui qu'un instrument qui ne ment pas et accompagne les autres dans leur délire post-hardcore / screamo / post-rock et pourquoi pas post something loop.

Cascata (ndlr : "Cascade" en italien) arrive après Perché questa cosa ci esplode negli occhi (ndlr : "Pourquoi cette chose nous explose aux yeux") sorti en 2013. La voix de Filippo explose vraiment sur des riffs agités, presque violents, des rythmes énervés d'un post hard-core déjà connu en Italie avec Fine Before You Came et Death of Anna Karina.

Un album humide, avec de l'eau partout, même dans les titres ("Gymnastique dans l'eau", "Inondations", "Est-ce que c'est un dégel ou un cours de natation ?") à écouter à très fortes doses, pendant une promenade dans le bois, une course rapide, sous la pluie, contre les souvenirs.

Le premier morceau, "Ginnastica nell'acqua" (ndlr : "Gymastique dans l'eau"), s'ouvre avec un cri de rage ("Je suis bien juste à rire de rien / à être immobile et flotter avec du chlore dans la bouche / à regarder les autres faire de la gymastique dans l'eau") et se transforme en une tristesse pas trop masquée dans le deuxième morceau "Unghie" ("Ongles" : "J'ai lu quelque part / qu'à force de bien frapper on apprend à ne pas laisser de bleus / La douleur reste").

On se demande si c'est "un dégel ou cours de natation" qui arrive justement dans le titre du troisième morceau, "E' un disgelo o un corso di nuoto ?", dominé par la batterie ("Est-ce que tu dors toujours ou tu fais juste semblant d'être mort ?").

On est tous victimes des inondations de la vie, toute cette eau qui échappe à notre contrôle, elle reste là à nous noyer ("ça sert à rien de prévoir les jours de pluie / les marquer sur un calendrier / ou pour fermer les chambres des enfants morts" – "Alluvioni" – ndlr : "Inondations").

Et si toute la première partie de l'album est dominée par l'eau, les quatre derniers morceaux marquent la prise de conscience d'avoir encore de la terre sous les pieds ("Là où nous irons / il y aura que des tremblants de terre" - "Cantieri" - ndlr : "Chantiers"). La musique est plus forte, monte avec violence, comme une déflagration sonore, avec une guitare puissante et une batterie à la rythmique locomotive.

Dans "Muraglia Cinese" (ndlr : "La Grande Muraille"), on trouve la solution avec la fin ("Se termine bien ce que termine / la fin est un luxe") et on reste avec l'enigme des vêtements propres sur "Come lavare i vestiti puliti" (ndlr : "Comment laver les vêtements propres") : "Aujourd'hui, j'ai apporté au nettoyage à sec un manteau gris / Je voulais faire une chose mature / comme laver les vêtements propres que personne ne met depuis longtemps". Et le dernier morceau se termine, encore une fois, avec des vêtements : "Pour ne pas condamner des saisons entières / nous brûlons les vêtements d'hiver" ("Helvetica").

Au recto de la pochette, Cascata montre le dessin d'un monsieur en train de recevoir un bouche-à-bouche ; au verso il est allongé, tout seul. C'est un album concept, où le concept s'annule, c'est un album qui ne veut rien apprendre, rien expliquer, juste envie de tout sortir, exorciser la tristesse, déclarer la guerre aux mensonges.

On ne va pas savoir si le monsieur a été sauvé ou non : comme dans la vie, on a essayé...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Revenge of Doormats and Coasters de Action Dead Mouse
La chronique de l'album ä de Action Dead Mouse
La chronique de l'album Cascata (versione italiana) de Action Dead Mouse
Action Dead Mouse en concert à La Chimère (mercredi 25 novembre 2009)
Action Dead Mouse en concert à Rigoletto (samedi 28 novembre 2009)
L'interview de Action Dead Mouse (avril 2016)
Une 2ème interview de Action Dead Mouse (avril 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Action Dead Mouse
Le Bandcamp de Action Dead Mouse
Le Soundcloud de Action Dead Mouse
Le Facebook de Action Dead Mouse


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=