Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fuck Yeah Le Renoncement - Episode 6
Renoncer à ne pas devenir folle  juillet 2016

Episode 6 : Renoncer à ne pas devenir folle

Mickaël : Vous connaissez le mythe littéraire de la Folle dans le grenier ? Les exemples sont légion, de Bertha dans Jane Eyre à La Prisonnière des Sargasses de Jean Rhys, l’histoire de cette prétendue folle, relue d’un point de vue féministe. Aucune ne l’est vraiment, au fond. En musique aussi, il y a des disques de Folles dans le grenier : "You’re not mad you’re just lonely" de Delphine Dora et Half Asleep, "White Chalk" de PJ Harvey, et tout un tas d’albums des soixante dernières années.

Dans son dernier album, Cate Le Bon va encore plus loin : "I’m a dirty attic", chante-t-elle. Autrement dit, elle dépasse la condition de Folle dans le grenier : elle EST le grenier. Deleuze aurait adoré. J’avais envie d’en discuter un peu avec Sing Sing, du groupe Arlt, parce que je vois une filiation assez évidente entre leur musique et la sienne. Voici notre échange (que je reproduis avec la syntaxe particulière de Sing Sing, parce qu’à le lire il me semble l’entendre parler) :

Mickaël : Le parallèle le plus évident à mes oreilles, entre Cate et vous, ce sont les "aaaaaaah". C'est primordial chez les Madwomen, les aaaaaah. Trish Keenan [de Broadcast] en avait fait tout un art ; et la grande prêtresse du genre, c'est Nico. Je voulais donc te demander ce que tu pensais de cette idée, si tu voyais ce que je veux dire.

Sing Sing : Je ne suis pas sûr. Les aaaah ? Vocaux ?

Mickaël : Vocaux, oui.

Sing Sing : Ah mais je ne sais pas. Tu as des exemples de aaaah dans Arlt à me pointer ?

Mickaël : La fin de "Nue comme la main"...

"Château d'eau"...

("Château d'eau", dans ma tête, ça pourrait être une chanson de Cate Le Bon, par exemple. Enfin, je veux dire que ce n'est pas difficile pour moi de l'imaginer la chanter)

"Sans mes bras", aussi (notamment en concert)...

"Je voudrais être mariée", chanson “Madwoman in the attic” par excellence...

Sing Sing : Ah ok. Bon les aaaah, c'est Eloïse qui fait ça, qui élabore ça, je ne sais pas trop, moi, pourquoi ni comment. Ouais, ça sent le truc instinctif, c'est sûr. C'est comme une ponctuation naturelle.

"Je voudrais être mariée", oui, c'est un traditionnel et comme tu sais Eloïse est nourrie de chansons traditionnelles remplies de veuves, de mal mariées, de jeunes femmes sacrifiées, de suicidées. Oui pour la ponctuation naturelle. Pour "Château d'eau" merci du compliment. Je crois voir ce que tu veux dire.

Ce à quoi Sing Sing a ajouté :

J'aime chez Cate Le Bon quelque chose qui m'intéresse moi-même beaucoup, un sentiment d'enfance un peu déviant, des ritournelles et des comptines fracassées sur des guitares anguleuses, des arrangements lunatiques, des soli dissonants, absurdes et joyeux y compris dans le trouble, y compris dans la violence.

Voilà. Il a du discernement, Sing Sing.

Flavien : Et puis il a choisi les bon mots : "traditionnel" + "instinctif". Parce que l'alliance musicale des deux tend souvent à apporter du réconfort, une paire de bras et une invitation à se sentir rassuré. Il y a de ça chez Cate Le Bon. Et comme elle est extrêmement passionnante, il y a aussi l'exact inverse. C'est cette complication qui me fait revenir à ses chansons sans cesse ; c'est ce qui me fait collectionner le moindre de ses faits et gestes consigné sur un support artistique. Je me souviens que la première chose qu'on a entendu d'elle, c'était un extrait de son premier véritable album, Me Oh My, la chanson éponyme.

A l'époque, le disque n'était pas sorti et la chanson s'écoutait en ligne dans le grand royaume des artistes émergents réunis, MySpace. Cate était une amie (virtuelle et réelle) de Megan Childs, fille de la fratrie des gallois Gorky's Zygotic Mynci. Facinants, traditionnels et rassurants eux aussi.

C'était une de ces chansons dont on a l'impression qu'on les a toujours connues ; instrumentation et contours traditionnels avec une voix blanche de maman spéciale. Une chanson de folle dans le grenier qui fredonne pour elle-même les mélodies de son enfance, quand tout allait encore pas trop mal.

Sauf que. Et là, on entre dans la définition même de la musique de Cate Le Bon : de la Sauf Que Music.

Sauf qu'après environ une minute vingt de comédie dramaturgique arrive une mélodie, certes médiévale, mais pilotée par un clavier qui joue le rôle du parfait anachronisme. La folle dans le vide-grenier, plutôt.

Ce n'était que le début, une bonne mise en jambes pour la dualité sévère qui va s'affirmer avec chaque sortie successive. Dans les autres grands amis nationaux de Cate Le Bon, il y a Gruff Rhys, champion du monde des trajectoires de carrière insondables. Encore un gallois capable de se vautrer dans le respect averti des traditions (comme pour Cate, le fait de chanter parfois en langue galloise aide à imposer le sérieux), dans la beauté profonde et dans la mise en scène grotesque.

Plus Cate va, plus elle joint les deux bouts entre l'instinct et l'acquis. En ce moment, elle consacre une partie de ces prestations scéniques à des instants d'improvisation totale, fardée de noir et installée dans des robes filmiques. C'est une autre point commun avec Trish Keenan, qui, avec le temps, semblait s'être construit un personnage public solennel et imposant, mis en valeur par un cortège de projections, de jeux de lumières et de robes-costume d'un autre espace-temps.

Plus Cate va et plus elle opte pour le maquillage permanent et plus elle casse les limites. Ce n'est pas la problématique simpliste "Cate Le Bon : fausse folle, vraie folle ?"... c'est une question de source. Cate sait conjuguer la détermination et le contrôle d'une Trish Keenan (qui, à la fin de sa vie, cherchait plutôt à se débarrasser de ces qualités comme s'il s'agissait en fait de malédictions) avec le pur instinct naïf d'un Syd Barrett. C'est le mariage parfait de la pulsion et du savoir-faire.

Cate est effectivement le grenier de la folle plus que la folle dans le grenier. Elle encadre plus qu'elle ne déjante. Alors oui, elle joue avec le feu et ses résidentes sont loin de donner l'heure, mais elle maintient toujours un certain cap pour en extraire ce qu'il y a de beau et d'intéressant.

Avec son dernier album Crab Day, Cate Le Bon casse encore un peu plus fort. Il y a un côté journée portes ouvertes du grenier. Mais c'est en fait un sacré train fantôme. On y trouve toujours côte à côte les deux attractions principales qui ont fait le succès et le caractère unique de la marque : la belle jeune fille hantée qui joue de magnifiques chansons dans une librairie remplie de références impeccables,

suivie de la désaxée sans retenue et sans scrupules qui dégorge sa mère et tout le mal qu'elle lui a fait, à tue-tête.

Ce qui est pratique, c'est que les deux font "aaaah". La première pour nous attirer, l'autre pendant qu'elle nous enfonce le crâne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Fuck Yeah Le Renoncement - Episode 1 - Feindre le renoncement
Articles : Fuck Yeah Le Renoncement - Episode 2 - Renoncer à renoncer aux Beatles
Articles : Fuck Yeah Le Renoncement - Episode 3 - Renoncer à traduire
Articles : Fuck Yeah Le Renoncement - Episode 4 - Renoncer à Trish Keenan
Articles : Fuck Yeah Le Renoncement - Episode 5 - Renoncer à finir
La chronique de l'album La Langue de Arlt
La chronique de l'album One of us canno?t be wrong de Manuel Bienvenu & Arlt
Arlt en concert au Divan du Monde (14 mai 2008)
Arlt en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Arlt en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Arlt en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2011 (samedi 19)
Arlt en concert à La Péniche (vendredi 10 juin 2011)
Arlt en concert à L'Aéronef (jeudi 31 mai 2012)
Arlt en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
L'interview de Arlt (jeudi 31 mai 2012)
La chronique de l'album Reward de Cate Le Bon

Merci à Sing Sing de Arlt pour sa contribution.


Mickaël Mottet & Flavien Girard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Le Morceau Caché, Les Beatles, le renoncement (2 aout 2009)


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=