Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Colapesce
Interview (version française)  (Enoteca italiana CiaoGnari, Paris)  vendredi 16 septembre 2016

"Colapesce, l'avenir d'Italie" était le titre d'un article dans Le Monde l'année dernière.

Depuis un an, Colapesce alias le songwriter sicilien Lorenzo Urciullo, a beaucoup travaillé. Deux albums aux noms irrévérencieux, Un meraviglioso declino ("Un merveilleux déclin") et un néologisme qui dénonce la société du spectacle, Egomostro ("Egomonstre"), une tournée avec Alessandro Baronciani, son ami musicien et dessinateur de BD et de concerts dessinés. De la musique, des images, une tournée de 52 dates qui se conclut à Berlin et Paris.

On rencontre Lorenzo chez CiaoGnari à l'occasion du Concerto Disegnato et entre un sourire et un verre de vin, on discute de musique, des influences, des italiens et des distances...

Concerto Disegnato : Lorenzo, raconte-nous comment tout a commencé avec le dessinateur de BD Alessandro Baronciani ?

Lorenzo Urciullo : La première expérience était une tournée dans les théâtres occupés de la Sicile, il y a à peu près trois ans. Le concert n'avait pas de structure, c'était juste une expérimentation, on n'avait pas même une setlist.

On était déjà amis Alessandro et moi, mais là on eu l'occasion de devenir encore plus proches et on a pensé à écrire un livre, La Distanza (La Distance"), sorti chez Bao Publishing, une maison d'édition italienne qui s'occupe des romans graphiques, qui a nous proposé un contrat. Le livre a très bien marché et il est même devenu un petit phénomène littéraire.

Comment avez-vous réalisé La Distanza ?

Lorenzo Urciullo : Alessandro a réalisé les BD et moi j'ai écrit l'histoire. J'avais déjà des idées que l'on a développé ensemble après. C'est une approche de l'écriture différente par rapport à la composition de paroles, c'était la première fois pour moi. Cette expérimentation a bien fonctionné et nous a poussés à partir en tournée pour un concert dessiné. Au début, on avait prévu 20 dates, puis le public a porté beaucoup d’intérêt et on a joué 52 concerts.

Hier à Berlin, ce soir à Paris. Pourquoi ce choix de jouer à l'étranger et qu'est-ce que cela change par rapport à vos concerts en Italie ?

Lorenzo Urciullo : La tournée aurait dû se terminer avant l'été mais on a reçu des propositions pour d'autres dates, entre autres deux à Berlin et Paris. Les deux concerts à Berlin et à Paris étaient complets, on a eu beaucoup de public. La différence par rapport à l'Italie réside dans les lieux : en Italie, on a toujours joué dans des grandes salles, des théâtres, à l'étranger on a joué dans des petits bars.

Pendant le concert dessiné, tu joues aussi des morceaux de Un Meraviglioso Declino. Quels changements t'ont emmené à la réalisation de Egomostro ?

Lorenzo Urciullo : Les deux albums sont complètement différents. La production de Egomostro a été réalisée avec des arrangements plus electro, des instruments à vent, une atmosphère presque caricaturale déjà sur la couverture (ndlr : une petite statue de Lorenzo sur un fond rose). Egomostro est une espèce de concept album sur l'égo. J'ai beaucoup travaillé sur les paroles, qui sont assez lourdes, et l'écriture de Egomostro a plusieurs niveaux d'interprétation.

Pour Maledetti Italiani (ndlr : Sacrés Italiens), vous avez realisé une vidéo particulière : un enfant avec plusieurs armes détruit des photos de personnages italiens célèbres, de la politique, de la culture, du spectacle et de la télé trash. Est-ce que c'est une critique à la situation italienne actuelle ?

Lorenzo Urciullo : C'est tout simplement un morceau sur les italiens. Je ne voulais pas créer de polémique. On est tous des sacrés italiens, moi aussi, sans exception. Il y a beaucoup de personnages, une photo de moi et une photo de Barbara d'Urso (ndlr : présentatrice d'une émission trash italienne). C'est la représentation de l'attitude de l'italien moyen.

Tu as collaboré avec plusieurs artistes, et aussi comme producteur tu as connu d'autres musiciens. Est-ce qu'il y a quelqu'un avec qui tu aimerais bien collaborer ?

Lorenzo Urciullo : Battiato ! (ndlr : Franco Battiato, célèbre chansonnier italien). Je suis très fan depuis que j'ai dix ans et j'aimerais bien travailler avec lui. Depuis peu, je suis aussi compositeur pour d'autres musiciens, du coup j'aimerais collaborer avec des auteurs que j'apprécie. J'ai collaboré sur le single de Raphael Gualazzi (ndlr : L'estate di John Wayne, L'été de John Wayne) qui a été un tube en Italie. Cela a été une très belle expérience. Et j'attends d'autres confirmations...

Quelles sont tes influences ?

Lorenzo Urciullo : Les deux albums sont influencés par des films, des livres, de la nourriture, des lieux, c'est une synthèse de tout ce que j'aime bien. Dans un morceau, tu peux trouver Bufalino (ndlr : Gesualdo Bufalino, un auteur sicilien) et la fresque du Triomphe de la Mort à Palerme. Le challenge était de créer des morceaux légers avec des petits univers dedans.

Froggy's Delight a interviewé et fait des sessions avec Calibro 35, Be Forest, JoyCut. La musique italienne commence à bouger à l'étranger. Qu'est-ce que tu en penses ? Est-ce qu'il y a des musiciens que tu aimes particulièrement ?

Lorenzo Urciullo : C'est une période très positive pour la musique italienne. C'est bien d'exporter notre musique à l'étranger. Un de mes groupes préférés du moment est Iosonouncane (ndlr : Jesuisunchien en italien), Jacopo avec lequel on est aussi ami. C'est lui mon autre préféré du moment.

Merci beaucoup Lorenzo pour ta disponibilité.

Lorenzo Urciullo : Merci à vous ! Ciao !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Colapesce (vendredi 16 septembre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Colapesce
Le Soundcloud de Colapesce
Le Facebook de Colapesce

Crédits photos : Mirko Bosio


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=