Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vincent Delerm
A Présent  (Tôt ou Tard)  octobre 2016

Bonsoir,

Je vais faire une chronique sur un disque de Vincent Delerm, alors commençons par évacuer et faire plaisir aux haters en vrac, en clichés et en mot clé : "Delerm le garçon qui est sur France inter, le garçon qui n’a pas de voix, c’est Télérama, bobo, parisien (il est de Rouen du con), name dropping, le garçon qui endort, le garçon qui… hahaha c’est nul". Oui sans doute, voilà c’est fait merci, bisou...

Bonsoir,

Sur son nouveau disque, Vincent Delerm explique que les chanteurs sont tous les mêmes, nous y reviendrons, mais en fait ça va plus loin que ça, nous sommes tous les mêmes, et une fois de plus il met des mots sur ce que nous sommes. En fait, je ne connais pas personnellement ce monsieur Delerm fils, mais c’est juste quelqu’un comme moi, nous avons les mêmes références, nous avons Vincent Delerm et moi écouté les mêmes disques, vu les mêmes films moi et Vincent Delerm, nous parlons la même langue. Voilà, ça c’est dit, parlons du disque.

Vincent Delerm signe un des plus beaux disques de chansons de cette année, vraiment. Tout est réussi, les textes, la musique, les arrangements. Voilà ça aussi, c’est fait.

Musicalement, Vincent Delerm réussit un parfait mélange entre ses petites obsessions pour François de Roubaix et la musique de films en général, et la chanson plus souchonienne, il réussit également à mélanger programmation, boucle, acoustique, cordes et cuivres en petites couches successives, s’éloignant du piano-voix qui fut longtemps sa marque de fabrique. Il signe un disque ambitieux, mais sans jamais se perdre, il réussit enfin la transcription de ses spectacles en disque c’est-à-dire ajouté à ses chansons des éléments de contexte grâce à des extraits de son de l’INA ou de films, utilisés avec parcimonie, il rajoute une touche assez intemporelle au disque.

Les textes sont emprunts d’une certaine mélancolie, plus que le name dropping, c’est dans la référence, dans des clins d’œil que beaucoup s’inscrivent, à noter d’ailleurs qu’il n’est pas obligatoire d’avoir les références en question pour les comprendre, ou pour être sensible aux morceaux. "Je ne veux pas mourir ce soir" par exemple, comme la suite fantasmée de "Je ne veux pas mourir" de Mendelson, une chanson que j’avais découvert comme beaucoup en septembre 1997 sur une compilation des Inrockuptibles "Une Rentrée 97". Sur ce CD "offert avec le N°118", il y avait Portishead, Björk, Silvain Vanot, Jean Bart, Alpha, Robert Wyatt, Ait, Craig Armstrong… Toute une époque, tout autant d’influences que l’on retrouve ici. Tout un bagage musical que Vincent Delerm possède également, il est de son époque, il est plus moderne que l’image de chanteur sépia que certains veulent lui coller.

Plus qu’un chanteur autocentré, il ose le "nous sommes", sur la chanson qui donne son titre à l’album, A Présent, comme par besoin de se reconnaître, et de se retrouver "Nous sommes... la vie qui continue son cours", avant de se tourner vers l’avenir d’un enfant qui grandit. Et même quand il ose la chanson que l’on pourrait croire autocentrée sur sa condition de chanteur, il invite Benjamin Biolay pour un duo, et Camille au chœur, dans la tradition de Souchon ("Le P’tit Chanteur"), il semble non seulement répondre à Dominique A pour qui les chanteurs sont ses amis, mais aussi à Murat pour qui tous les chanteurs sont malheureux, avec beaucoup d’humour il montre, rit de sa propre caricature et où à 20h dans la loge, il reste juste l’homme qui chante.

On pourrait analyser et disserter sur chaque morceau, tant ceux-ci sont des petits concentrés de vie, de gens, de moments touchants, des moments importants, des moments anodins, il touche l’intime, il appuie sur le cœur sans jamais être larmoyant ou tomber dans la facilité. On peut évidemment ne pas être sensible à sa voix, à sa manière de chanter, à ses arrangements, mais ça me semble hautement improbable de pas se retrouver dans ce qu’il dit, car il parle moins de lui qu’il ne parle de nous. Parce que, que nous le voulions ou pas, nous aussi nous sommes tous les mêmes.

Et moi aussi, je suis le garçon qui aime écouter France inter, qui n’a pas de voix, qui lit parfois Télérama, je suis un bobo parisien (je suis de Besançon du con), et comme le disait Jean d’Ormesson "le name dropping c’est bath", et j’aime m’endormir doucement, le corps collé contre elle, en racontant de vieux souvenirs… Je suis le garçon qui aime Vincent Delerm.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Favourite Songs de Vincent Delerm
La chronique de l'album Quinze chansons de Vincent Delerm
Vincent Delerm en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Vincent Delerm en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - mercredi 20 juillet
Vincent Delerm en concert à Théâtre Anne de Bretagne (11 mars 2017)
La conférence de presse de Vincent Delerm (10 juillet 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Vincent Delerm
Le Tumblr de Vincent Delerm
Le Facebook de Vincent Delerm


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=