Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Devendra Banhart
Ape in Pink Marble  (Nonesuch Records)  septembre 2016

Le dernier week-end de septembre a été marqué par le retour de l'enfant sauvage du folk (devenu un gentleman bohémien et sympa) : Devendra Banhart.

Quand on parle de Devendra, on parle de plusieurs univers, la musique se mélange à ce personnage venu de loin, à sa personnalité, à des aventures beatnik.

Parti de Caracas, arrivé au succès avec sa grosse barbe, ses tenues néo-hippy et l'album Rejoicing the Hands (sorti en 2006 et classé par la bible de l'indé Pitchfork dans les 200 meilleurs albums des années 2000), après avoir voyagé et joué partout dans le monde dans des pubs, des restos et à chaque occasion qui se présentait à lui. Devendra a été aussi un des protagonistes du documentaire The Eternal Children réalisé par David Kleijwegt qui lui fait monter sur l'Olympe du néo-folk avec Cocorosie, Antony Hegarty et Vashti Bunyan.

Ape in Pink Marble sort sur le même label que Mala (Nonesuch Records, 2013), avec les même producteurs - et amis - Noah Georgeson et Josiah Steinbrick et réunit tous les univers de Devendra, son voyage personel, la simplicité d'un sac à dos, avec l'essentiel, une guitare, un koto (harpe japonaise traditionnelle), sa voix aérienne et ses inspirations, la délicatesse du folk et l'energie colorée de ses origines sud-américaines.

L'album s'ouvre avec une ballade qui nous fait fondre, "Middle Names", dédicace à son ami musicien disparu trop tôt, Asa Ferry (frontman des Kind Hearts and Coronets) : "Don't know where you're going / Don't come back, please come back tonight /(...) I wonder where you are". La voix cotonneuse, presque tremblante continue sur "Good Time Charlie", morceau aux faux airs des années 60, qui nous prépare à un hommage à Jonathan Richman (leader de Modern Lovers), "Jon Lends a Hand" : "Oh Jonathan, Jonathan / These are your chords / I’m borrowing them".

Une atmosphère reggae nous rejoint avec "Mara", un delay et des touches afro inspirées par le musicien culte nigérian William Onyeabor, et on vire vers "Fancy Man", qui sonne comme un classique des années 80 avec ses synth rythmés. Il ne manque plus que des touches disco / funk 70's, comme dans "Fig in Leather", un morceau sur lequel on danserait toute la nuit. Les origines sud-américaines de Devendra sont bien représentées par la bossa nova de "Theme for A Taiwanese Woman in Lime Green", un tropicalisme qui fait croire que l'on est au Brésil pour quelques instants, une romance exotique qui sent le sud du monde.

Dans une interview, Devendra raconte avoir été très touché un jour à Los Angeles par l'image d'un homme qui poussait sa femme en feuteuil roulant, et c'était là qu'il a écrit "Souvenirs", les souvenirs de ses propres amours passées, revues grâce à un amour présent : "Because when love shows it’s face / the rest falls into place". Un morceau folk minimaliste et ouaté où il rend aussi un drôle hommage aux Eagles ("Hotel California") dans la phrase de début "Welcome to the hotel in California".

Un synth nostalgique aux tonalités presque sombres ouvre "Mourner's Dance" nous transporte, comme dans un rêve mystique, vers la célèbre bande originale de Twin Peaks, le culte de Badalamenti. L'electro pop "Saturday Night" est enrichi par les arpèges de koto, qui crée plutôt une atmosphère de déception du samedi soir.

Tous ces morceaux sont des microcosmes qui cachent, pas très bien, leur histoires secrètes. C'est le cas de "Linda", ballade mélancolique écrite après la perte de son père, où il s'identifie à cette lonely woman : "I'm a lonely woman / Alone in the world / (...) I was once a loved woman / Once was all that I knew" et avec la conscience de ne vouloir souhaiter plus que de la sérénité.

"Lucky", c'est l'annonce bouleversante de la conclusion qui arrive avec "Celebration", morceau épuré qui repète que le mot "Celebration". La célébration d'un album vulnérable, mâture et rêveur qu'on approuve les yeux fermés.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nino Rojo de Devendra Banhart
La chronique de l'album Cripple Crow de Devendra Banhart
La chronique de l'album Smokey Rolls Down Thunder Canyon de Devendra Banhart
Devendra Banhart en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
Devendra Banhart en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
Devendra Banhart en concert Place de la Bourse (28 septembre 2005)
Devendra Banhart en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Devendra Banhart en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Devendra Banhart
Le Soundcloud de Devendra Banhart
Le Facebook de Devendra Banhart


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=