Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ils inventèrent l'été
Jean Larriaga  (Editions l'Harmattan)  août 2016

Première surprise : "Ils inventèrent l'été", sous-titré "une escapade estivale sous l'Ancien Régime", n'est pas un essai, mais un roman historique.

Deuxième surprise : même si l'action se déroule en 1731, aucune allusion à Louis XV le roi bien-aimé, à Versailles, aux maîtresses royales et aux guerres en dentelles. Non, Jean Larriaga a pris pour héros une famille lyonnaise dont le chef de famille est Jean-François Thierry, un maître-compagnon, un ferronnier d'art.

Un anonyme, donc, qui n'a rien à voir avec les héros d'Alexandre Dumas et dont les préoccupations n'ont rien en commun avec celles des grands de ce monde d'antan. On dirait aujourd'hui qu'il est un objet de l'Histoire plutôt qu'un sujet, qu'il subit plus qu'il n'agit.

Mais, c'est justement ce qui intéresse Jean Larriaga, et qui fait la saveur de son roman : pour la première fois, et bien avant l'émergence de la bourgeoisie et du peuple dans l'histoire avec la Révolution française, un quintet de la petite-bourgeoise émergente va prendre son destin en mains.

Oh ! Il ne s'agira pas d'une décision pensée et mesurée, les Thierry et Mathias leur apprenti vont, par le fruit de circonstances indépendantes de leur volonté, être des précurseurs. Ils seront, en effet, les premiers à tremper leurs pieds dans l'eau de mer, à s'éclabousser joyeusement dans la grande bleue.

Jean Larriaga est un raconteur d'histoires. Il l'a prouvé au cinéma, à la télévision, au théâtre et à la radio. Il n'a pas d'autres ambitions, mais comme ses personnages, il a réussi quelque chose qu'il ne s'attendait peut-être pas à réussir : il a donné une forme populaire à l'histoire version école des Annales.

Cette histoire, tant décriée comme abstraite, s'incarne avec "Ils inventèrent l'été". Jean Larriaga est le Braudel du roman historique. Les grandes tendances qui vont faire le XVIIIe siècle se lisent dans son récit qui paraît pourtant terre à terre. Ainsi toute l'intrigue naît du départ de Luce, Madame Thierry, pour visiter ses deux enfants, Mariette et Nicolas, mis en nourrice à la campagne. Elle s'inquiète de leur santé et, là aussi, elle inaugure une nouvelle ère, celle où les enfants vont compter et la famille "nucléaire" commencer à se généraliser selon les thèses de Philippe Ariès.

Au cours de leur périple "pré-Nationale 7", les Thierry cherchent - sans trop se faire d'illusions- le secours d'une eau miraculeuse pour guérir leurs enfants. Mais, finalement, ils s'aperçoivent que le "grand air", et l'éloignement du chat de leur nourrice, est propice à la disparition de leurs rougeurs et de leurs démangeaisons.

A travers tout le roman, on sent les prémisses de la déchristianisation qui guette toute une partie de la population française. Quand la famille croise un prêtre, on ne peut pas dire qu'il leur donne une haute idée de sa fonction. Jean-François Thierry et Luce Thierry, même s'ils ont parfois encore des relents de religion, ne sont déjà plus très loin d'être agnostiques.

Tout au long du roman, on sent des petits signes annonçant l'ère des Lumières. En quittant leur milieu, les Thierry deviennent plus observateurs, plus astucieux, plus en communion avec la nature. En inventant l'été, ils découvrent aussi qu'il faut éviter les coups de soleil et avoir une tenue spéciale pour aller dans l'eau... Il leur faudra bien pour cela créer le nécessaire du vacancier, de la crème solaire au maillot de bains.

Evidemment, la société n'aime pas les précurseurs, surtout quand la société est régie par une monarchie absolue. Les Thierry n'ont pas théorisé la liberté qu'ils s'octroient. Ils l'ont appliqué en toute innocence. C'est bien trop pour une société où l'ordre règne...

S'ils seront punis, comme il se doit, Jean Larriaga a bien raison de ne pas exagérer leur châtiment. Car, une fois de plus, il a compris que ce qui fait peur ce n'est pas la nouveauté, c'est la répétition de la nouveauté. Entre se prendre des vacances à l'heure où cela ne veut rien dire en un temps encore volontiers pré-capitaliste, et revendiquer quelques semaines de congés, voire des congés payés de surcroît, il y a une sacrée différence.

En 250 pages rapides et pleines de surprises, Jean Larriaga a subtilement tracé le portrait d'une époque en pleine mutation et donné à lire un roman original, drôle et émouvant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=