Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Profil bas
Liz Nugent  (Editions Denoël)  février 2017

Le premier roman de Liz Nugent porte le (doux) nom de Oliver ou la fabrique d’un manipulateur… voilà qui augure une tripotée de vilains pas beaux à l’horizon… Et puisqu’elle est douée pour décrire ce que l’humain est de plus sombre, elle rempile dans Profil bas, welcome la noirceur dans les chaumières.

1980, Lydia et James tuent (plus que moins) accidentellement Annie Doyle. Sans préméditation. Et peut-être que si. Ou non. Pas facile de savoir au début. La voix de Lydia débute le roman. Les autres s’alternent au fil des pages, nous guident dans la perception du personnage. La femme, le mari, le fils, sa petite amie, la famille d’Annie Doyle, sa sœur… Ils pourraient être nos propres voisins.

L’humain a cela de paradoxal qu’il cache (volontairement ou non) de sombres desseins dans les tréfonds de son inconscient. Liz Nugent plonge dans ce marais putride pour tirer les personnages de son roman. Du coup, ça sent un peu le cadavre en décomposition sous les massifs fleuris du fond du jardin… Profil bas soulève la lourde tenture cachant les apparences d’une famille aisée, à priori heureuse, attirant même spontanément la sympathie.

Chez les Fitzsimons, il y a Lydia, la mère qui n’arrive pas à faire un second enfant, Andrew, le père dépouillé par son ancien ami, et Lawrence, le fils grassouillet au visage ingrat. Bon, l’histoire commence direct par l’assassinant d’Annie Doyle par le couple. Oui mais ce n’est pas de leur faute, cette fille dépravée les faisait chanter, il arrive un moment où il ne faut pas exagérer non plus, la pression prend le dessus et les gestes sont irréversibles, c’est ainsi.

Et oui, mais non. Carrément pas non. Place au machiavélisme dans toute sa splendeur : manipulation et perversion, voilà la famille Fitzsimons. A se demander comment tout cela a commencé ? Quand le prétendu ami dilapide la fortune du couple dans de mauvais placements ? Enfin, à supposer que ses poches aient le don de faire fructifier la monnaie ? (Je veux bien le même pantalon à ce moment là…) Ou alors les malheurs du coupe ont commencé quand ils décidèrent d’avoir un second enfant. Qui ne vint jamais. Ils sont prêts à tout. Difficile de ne pas les comprendre. Et ça dégénère doucement. La frustration engendre la frustration, l’amertume et l’aller simple.

L’auteur fait de rapides retours en arrière pour positionner judicieusement les pièces du puzzle pour un final en feu d’artifice. Le genre de final qui stoppe la lecture d’un "Non ? Sérieux ? Non !". Ce qui est dingue dans Profil Bas, c’est que l’auteur est capable de nous faire éprouver une empathie pour ce couple, à être en haleine avec eux. Jusqu’à ce qu’une voix venue de notre conscience (parce que nous en avons une, nous) stoppe notre chemin empathique d’un brusque "hé, ho, tu te calmes là ?".

Parce que cette Lydia, franchement Lydia, tu es une vraie slut. Oui, parfaitement, une authentique vraie de vraie slut en Prada. Gare aux radiations égoïstes qui émanent de ce personnage. Et malgré tout, nous essayons de comprendre comment elle en est arrivée là. Et le retour à son enfance se termine d’un cinglant "tu vas te calmer oui ?".

L’écriture de Liz Nugent a le style brillant des auteurs à suivre. Sa plume est fluide, décrivant avec justesse ce que nous pensons au premier abord être la tragique descente aux enfers d’une famille ordinaire, et qui se révèle être l’enfer même depuis le tout début, avant même les premiers mots…

Sombre et jubilatoire. Glaçant. Faisant osciller notre propre condition d’humain plus ou moins altruiste comme Suzette la crêpe. Un délice psychologique euphorisant.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 janvier 2023 : La culture ne bat pas en retraite !

La 59ème MAG à revoir, un concert et interview de Julie Gasnier en fin de semaine et des tas de découvertes à faire au travers de nos articles de la semaine, c'est le programme qui vous attend en ce début d'année mouvementée !

Du côté de la musique :

"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker
et toujours :
'The big swim" de Augenwasser
"Rendez-vous"de Julie Cherrier-Hoffmann, Lucienne Renaudin Vary, Pierre Arditi, Frédéric Chaslin & Arièle Butaux
"C'est la vie qui veut ça" c'est la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Remember we were waiting for the snow" de Lunt
"Ecrans plats" de Monsieur Lune
"A.P.P. (Accumulation of Profit & Power)" de Muyiwa Kunnuji's Osemako
"Carnaval sauvage" de Nicolas Jules
Not Scientists, Bilbao Kung Fu, Grandma's ashes et Paradis minuit à découvrir
"Brutal pop II" de Sun

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Fin de partie" au Théâtre de l'Atelier
"Delphine et Carole au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Grief and Beauty" au Théâtre de la Colline
"Je pars sans moi" au Théâtre de la Colline
"Le syndrome de l'oiseau" au Théâtre du Rond-Point
"La Chambre des Merveilles" au Théâtre des Variétés
"Dans ce jardin qu'on aimait" au Théâtre de la Bastille
"La (nouvelle) Ronde au Théâtre des Abbesses
"Du bonheur de donner" au Théâtre Le Lucernaire
"Presque égal" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"NYX" au Théâtre Les Déchargeurs
"Rosemary Lovelace fait ça dvant tout le monde !" au Théâtre Montmartre-Galabru
les reprises :
"Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Top Secret" à la Cinémathèque de Paris
dernière ligne droite pour :
"Le Chic ! Arts décoratifs et mobilier de 1930 à 1960" à la Galerie des Gobelins
"L'amour en scène ! - François Boucher du théâtre à l'opéra" au Musée des Beaux-Arts de Tours
"Face au soleil - Un astre dans les arts" au Musée Marmottan Monet
"Walter Sickert - Peindre e transgresser" au Petit Palais
"L'encre en mouvement - Une histoire de la peinture chinoise du 20ème siècle" au Musée Cernushi
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Cutland - Le secret de Jens" de Govinda Van Maele
"The Singing Club" de Peter Cattaneo
"La Jeune fille à la perle" de Peter Webber
Les contes des quatre saisons d'Eric Rohmer
le cinéma de Wim Wenders en 4 films
et pour les cinéphiles "Le Mystère Méliès" d'Eric Lange
en salle pour le jeune public : "Neneh Superstar' de Ramzi Ben Sliman

Lecture avec :

"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
C'est bientôt le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #50
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia
et toujours :
"Petites dents, grands crocs" de Emilie Guillaumin
"Partout les autres" de David Thomas
"Nein, nein, nein !" de Jerry Stahl

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=