Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Vibrants
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  mars 2017

Comédie dramatique de Aïda Asgharzadeh, mise en scène de Quentin Defalt, avec Aïda Asgharzadeh, Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss et Amélie Manet.

Des sirènes dans la nuit. C’est le début de la guerre de 14. Eugène Fontel, jeune soldat envoyé à Verdun, est défiguré par des éclats d’obus et hospitalisé au Val-de-Grâce. Son sort de "gueule cassée" croisera la route de la grande Sarah Bernhardt qui lui proposera de relever un extraordinaire défi.

Présenté pour la première fois au Off d’Avignon en 2014, "Les Vibrants" fût immédiatement un immense succès et c’est fort de ses centaines de représentations tout autour du monde que le spectacle vient enfin rencontrer le public parisien.

Pas évident pourtant d’imaginer une histoire dont l’essentiel de l’action se passe à l’hôpital. Aïda Asgharzadeh a néanmoins choisi de traiter du thème de ces gueules cassées de la première guerre pour écrire un sublime hymne à la vie et au théâtre.

Le long apprentissage d’Eugène et son ascension grâce à la rencontre de la célèbre comédienne et par elle, celle avec le théâtre est un extraordinaire destin dont l’auteure fait une sublime partition.

En scène courtes, l’histoire nous emmène à travers une ambiance volontairement sombre dans l’enfer de la guerre que la pièce dénonce avec une incontestable démonstration. Elle nous fait assister aussi à la longue remontée d’un homme au destin qu’on pensait brisé dispensant un formidable message d’espoir.

Mis en scène avec une grande délicatesse, un étonnant travail corporel et le sens parfait du timing par Quentin Defalt, ce texte résonne on ne peut mieux grâce aux quatre comédiens de la Compagnie Teknaï qui livrent un époustouflant travail de troupe, changeant de personnages et de costumes à la vitesse d’un tiré de rideau.

L’ingénieux dispositif de tulles blancs superposés de Natacha le Guen de Kerneizon offre un enchaînement de scènes comme des changements de plans dans une réalisation efficace aux scènes fondues ou enchaînées à la manière d’un film. Le bruit régulier des fins rideaux filant sur leurs tringles comme celui d’un train sur les rails semble porter l’action toujours vers l’avant, dans un rythme invariablement tumultueux.

Aidé par une bande sonore dense de Ludovic Champagne ainsi qu’une musique d’une émouvante délicatesse de Stéphane Corbin qui placent le spectacle dans les meilleures conditions, il bénéficie également d’un formidable travail sur les lumières signé Manuel Desfeux. Les masques de Chloé Cassagnes et les costumes de Marion Rebmann achèvent de conférer à ce spectacle de superbes qualités esthétiques.

Sur scène, Aïda Asgharzadeh est tour à tour une Blanche délurée et une très émouvante Sylvie. Matthieu Hornuss joue la plupart des rôles d’hommes avec de belles nuances, passant d’un colonel tyrannique au timide jeune ouvreur du théâtre avec aisance.

Amélie Manet compose une Sarah Bernhardt exceptionnelle de gouaille et de d’humanité. Sa prestation est absolument remarquable. Non moins exceptionnel, Benjamin Brenière est un Eugène déchirant dont le corps exprime toute la souffrance et les yeux, le bouleversement de tout son être au contact des conseils de Sarah Bernhardt, des mots de Rostand et de l’épreuve de la scène. Tous les quatre vibrent avec une rare flamboyance.

"Les Vibrants" est de ces spectacles qui vous hantent longtemps après les avoir vu et dont les images comme les mots restent conservés au plus profond du cœur.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=