Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Loïc Lantoine - CocoRosie - The Bravery - Ghinzu - Garbage  (Evreux)  25 juin 2005

Le jour se lève sur Evreux, certains vont se coucher (ou pas), d'autres se lèvent, les visages sont fatigués, cernés, mais le fait est là, le sourire est omniprésent sur chacun des visages !

Cela est sûrement dû à une journée du vendredi qui a tenu toutes ses promesses et à un samedi qui s'annonce passionnant !

Le beau temps toujours au rendez-vous, les aficionados aussi et… les coups de soleil !

Les premiers à entrer dans le bain sont les résidents éphémères du camping.

Aux alentours de 13H00, le "Air Guitar" est lancé. Il s'agit d'un concours de guitariste…. sans guitare !

Cette activité semblerait être destiné à nos chers nombrilistes, narcissiques et autres mégalos qui s'entraîne à gratter sur des morceaux d'anthologie "guitaristique" devant leur miroir ! "Miroir miroir qui est le plus grand guitariste de tous les temps ?".

Et bien si vous pensez çà, il est temps que vous retiriez cet objet très utile au ménage qui scouatte votre postérieur, parce que le "Air Guitar" ce n'est autre qu'un grand défouloir, libérateur des pulsions nerveuses dictées par le son chatoyant des guitares, c'est de l'expression corporelle artistique !

 

Et on peut dire que parmi ces néophytes certains sont dotés d'une assurance, d'un sens du rythme et d'un jeu de scène à faire pâlir les plus grands.

Ils s'éclatent durant une précieuse minute de bonheur sur un air qui les a fait vibrer, et pendant ce temps on s'éclate à les voir gratter dans le vide et se vautrer sur le sol après s'être jeté dans une foule imaginaire, tout çà malheureusement rythmé par un animateur qui fait son poids…. si vous voyez ce que je veux dire.

Les deux gagnants se retrouveront dans un Battle sur la grande scène vers 23h.

Place aux concerts, avec des instrus cette fois !

On démarre à 15h30 sur la scène A avec Black Moutain, groupe canadien, venu faire virevolter les plus ponctuels d'entre nous au son de la soul et du blues.

Pendant ce temps à la Papa Mobile , ce sont les havrais de Aminima qui rentre en ébullition et qui viennent galvaniser les festivaliers avec leur ska-reggae-rock. Un bon préparateur physique pour la suite.

16h15, arrivée de Loïc Lantoine sur la scène B , vous savez, le monsieur qui forme Mon côté punk avec La rue kétanou, mais si le mec qui chante "Y faut pas dire du mal de Johnny !". Non… ben moi non plus je vois pas trop qui c'est et apparemment le public non plus ! Une mince partie du public a été séduit par ses chansons à texte, peut-être de peur de se refroidir en voyant un ciel qui devient menaçant !

Arrive 17h en même temps que… Personne ! La scène A pleure sa solitude avec le désistement de Morgan Heritage. On dirait que les héritiers de Denroy Morgan ne font pas leur taf comme il faut.

Alors pas de temps à perdre, on retourne à la Papa Mobile. Et là c'est du bon, du très bon ! Une guitariste chanteuse, un guitariste, une bassiste, un batteur, un double mixte qui à fier allure !

Des airs "soniquiains" planent sur la Papa Mobile, et même si l'influence de Fugazi est également présente, Améthyste n'en assurément pas un (De fugazi*). Véritable bijoux de noise-rock paradoxal, entre calme et volupté et frénésie troublante, ce groupe de tous les extrêmes emporte tout sur son passage, ils se donnent corps et âme dans leur interprétation trépidante et terriblement frissonnante. Cette générosité prend d'autant plus forme au moment de leur lancer de CD dans le public. Un concert qui va nous laisser quelque peu étourdis.

17h50 le retour des canadiens sur la scène B , mais cette fois avec CocoRosie. Place à la douceur et à la sensualité avec une entente charnelle et fusionnelle entre ces muses, sur fond de blues et d'électro. Musique lancinante, vocalises envoûtante. Inspirateur d'évasion, le calme plane sur Evreux. Paisible, aérien, mystique et revigorant.

On reprend ses esprits sur la scène A , mais pas avec Cake comme il était prévu. Beaucoup regretterons sûrement leur absence mais franchement on est pas là pour çà.

Alors place à The Bravery.

Simple, efficace, carré, consciencieux, pas de chichis pour ces messieurs.

Le public commence à véritablement prendre forme, à se dégourdir avec leurs riffs entraînants. Un concert interactif, et une vigueur que le public leur rend bien.

19h30 : Direction scène B, je commence à avoir le tournis, heureusement qu'il n'y a qu'une centaine de mètres qui sépare le point A du point B.

La grosse découverte de la soirée, du moins, MA découverte, j'ai nommé Balkan Bit Box.

Leur musique électro festive du monde nous emmène tout droit dans leur univers euphorique.

Riche et variée, leur musique possède effectivement toute l'explosivité des Balkans.

Sur scène ça bouge dans tout les sens, les artistes, pluridisciplinaires, nous offrent un très large panel de leur talent aux multiples facettes, les cuivres renforçant la festivité du moment, et tout cela fait fuir le mauvais temps, on n'en demandait pas tant !

 

On essaiera de faire fi des quelques incidents techniques en fin de prestation (retour de son), qui ont pourtant gâché un final croustillant. Je reste un peu sur ma faim …alors allons manger.

On retourne à beaucoup plus classique, avec le set des belges de Ghinzu.

Ils ont le mérite de ramener beaucoup de public à leur contrebas, mais tout ça manque un peu de pêche, de créativité et de magie à mon goût….

On ne peut pas tout aimer !

Vers 21heures place à la mélancolie, non pas que ce beau festival touche à sa fin, loin de là, mais avec l'arrivée du mythique Devandra Banhart Band. De la folk et du blues, en veux-tu en voilà, c'est ce qu'ils savent faire de mieux alors….

22h10 : Le devant de la scène A est surpeuplé, la plus grande affluence du festoch et pour cause, une grosse, très grosse tête d'affiche est au diapason, les anglos-américains de Garbage.

Venus nous réciter, dans un concert quasi orgasmique pour certains, leurs plus grands hits et nous faire part de quelques titres de leur dernier opus.

Ils ont fait ce qu'ils avaient à faire, ce n'est plus tout à fait ce que c'était, mais au moins ils ont fait des heureux.

A présent un petit tour, du côté du Banana Club pour égayer un peu ma soirée, sinon je vais continuer de casser du groupe à tour de bras.

Orgie de punk hardcore jungle techno hip-hop bien poisseux (un beau melting pot) avec I.Y.M (Important Youth Movement), on délivre notre corps de ces chaînes de fatigue, et on attrape une petite suée, même une grosse.

 

On enchaîne avec Interpole, qui du haut de ses platines mène la danse, pousse à l'exubérance et nous met en transe.

Pour ceux qui s'inquiétaient, leur mutation s'est bien passée. Ils nous bombardent, avec légèreté et improvisation, de breakbeats et drum&bass.

Un Banana club, agité, convivial mais exténuant.

Un p'tit tour qui fait du bien et on repart pour le grand final en plein air.

L'heure de la révolte a sonné avec le ska-Punk de Ska-P !

Petite rectif : LA plus grande affluence de ce soir ! C'est le paroxysme du délire de façon péremptoire au son du clairon de clôture.

C'est avec la joie et l'entrain qu'on leurs connaît qu'ils allient toujours aussi bien humour et critique sociale.

Les espagnols qui ont apparemment décidé, pour une de leur dernière prestation, de mettre le paquet, de mettre leurs tripes à l'air et de nous prendre les nôtres. La saga Ska-P continuera de résonner longtemps dans nos têtes, avec "Legalisaciòn", ou le redondant "Mass hysteria" qui ravive le public. La mise en scène nous en mets plein… la vue (Echassier, faux CRS qui jump…). Pour cette dernière communion du festival, ce n'est pas une triste gaîté, mais bien la joie qui laissera son empreinte.

C'est l'heure à présent de faire un choix : Le Banana Club avec Modeselektor (Techno/Hip-Hop germanique) et ensuite Sean Kosa (Post-punk/techno/Acid house), ou le camping… Désolé mais perso j'en ai déjà pris plein les tympans donc…

Ce 22 ème festival du Rock dans tous ses états aura donc tenu toutes ses promesses. L'éclectisme, cette programmation si riche et variée, pleine de découvertes, a vraiment eu le don de nous faire décoller. Les dieux ne nous ont pas trahis avec le temps !

Une organisation sans faille ou presque (un phénomène de file d'attente : billet, accès camping et bracelet camping) assez pénible… mais bon).

J'espère qu'Evreux aura le bonheur de pouvoir reconduire ce théâtre de bon vivre et de convivialité, puisque certaines personnes voudraient que cela prenne fin !!!

Longue vie Au Rock dans tous ses Etats et merci public.

 

* Fugazi = Bijoux en toc

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Badaboum de Loic Lantoine
La chronique de l'album Tout est calme de Loïc Lantoine
La chronique de l'album Nous de Loïc Lantoine & the Very Big experimental Toubifri Orchestra
La chronique de l'album Fiers et tremblants de Marc Nammour & Loic Lantoine
Loïc Lantoine en concert au Thabor (11 avril 2005)
Loïc Lantoine en concert à l'Olympia (18 septembre 2006)
Loïc Lantoine en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Loïc Lantoine en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - dimanche
Loïc Lantoine en concert au Transbordeur (vendredi 19 novembre 2010)
L'interview de Loic Lantoine et François Pierron (30 avril 2005)
La chronique de l'album The Adventures Of The Ghosthorse And Stillborn de CocoRosie
CocoRosie en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
CocoRosie en concert au 106 (28 juin 2007)
CocoRosie en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
CocoRosie en concert à L'Aéronef (mercredi 12 juin 2013)
La chronique de l'album Blow de Ghinzu
La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)
Garbage en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Garbage en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Garbage en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Garbage en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Garbage en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Garbage en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Garbage en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche

Avec la participation de Cyril et Théo

Crédits photos : Baba et Locky


Locky         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 janvier 2023 : La culture ne bat pas en retraite !

La 59ème MAG à revoir, un concert et interview de Julie Gasnier en fin de semaine et des tas de découvertes à faire au travers de nos articles de la semaine, c'est le programme qui vous attend en ce début d'année mouvementée !

Du côté de la musique :

"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker
et toujours :
'The big swim" de Augenwasser
"Rendez-vous"de Julie Cherrier-Hoffmann, Lucienne Renaudin Vary, Pierre Arditi, Frédéric Chaslin & Arièle Butaux
"C'est la vie qui veut ça" c'est la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Remember we were waiting for the snow" de Lunt
"Ecrans plats" de Monsieur Lune
"A.P.P. (Accumulation of Profit & Power)" de Muyiwa Kunnuji's Osemako
"Carnaval sauvage" de Nicolas Jules
Not Scientists, Bilbao Kung Fu, Grandma's ashes et Paradis minuit à découvrir
"Brutal pop II" de Sun

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Fin de partie" au Théâtre de l'Atelier
"Delphine et Carole au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Grief and Beauty" au Théâtre de la Colline
"Je pars sans moi" au Théâtre de la Colline
"Le syndrome de l'oiseau" au Théâtre du Rond-Point
"La Chambre des Merveilles" au Théâtre des Variétés
"Dans ce jardin qu'on aimait" au Théâtre de la Bastille
"La (nouvelle) Ronde au Théâtre des Abbesses
"Du bonheur de donner" au Théâtre Le Lucernaire
"Presque égal" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"NYX" au Théâtre Les Déchargeurs
"Rosemary Lovelace fait ça dvant tout le monde !" au Théâtre Montmartre-Galabru
les reprises :
"Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Top Secret" à la Cinémathèque de Paris
dernière ligne droite pour :
"Le Chic ! Arts décoratifs et mobilier de 1930 à 1960" à la Galerie des Gobelins
"L'amour en scène ! - François Boucher du théâtre à l'opéra" au Musée des Beaux-Arts de Tours
"Face au soleil - Un astre dans les arts" au Musée Marmottan Monet
"Walter Sickert - Peindre e transgresser" au Petit Palais
"L'encre en mouvement - Une histoire de la peinture chinoise du 20ème siècle" au Musée Cernushi
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Cutland - Le secret de Jens" de Govinda Van Maele
"The Singing Club" de Peter Cattaneo
"La Jeune fille à la perle" de Peter Webber
Les contes des quatre saisons d'Eric Rohmer
le cinéma de Wim Wenders en 4 films
et pour les cinéphiles "Le Mystère Méliès" d'Eric Lange
en salle pour le jeune public : "Neneh Superstar' de Ramzi Ben Sliman

Lecture avec :

"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
C'est bientôt le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #50
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia
et toujours :
"Petites dents, grands crocs" de Emilie Guillaumin
"Partout les autres" de David Thomas
"Nein, nein, nein !" de Jerry Stahl

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=