Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wind River
Taylor Sheridan  août 2017

Réalisé par Taylor Sheridan. Etats Unis. Thriller. 1h30 (Sortie le 30 août 2017). Avec Elizabeth Olsen, Jeremy Renner, Kelsey Asbille, Jon Bernthal, Julia Jones, Gil Birmingham, Graham Greene (II) et Teo Briones.

Ce fut en traquant une famille de pumas sauvages que Cory Lambert trouva le corps de Nathalie. Il avait écarté doucement la chevelure noire de la jeune femme, et l’avait tout de suite reconnue. Ses pieds nus étaient bleuis par le froid et le sang. Elle avait dû marcher pendant des kilomètres avant que ses poumons torturés par l’air glacé n’explosent.

Jane ne pensait pas qu’il pouvait faire si froid. Envoyée en urgence par le FBI pour enquêter, elle ne connaît rien au Wyoming enneigé, ni à la vie des familles indiennes qui survivent tant bien que mal dans la réserve de Wind River.

Elle ne sait pas les rites de deuil qui accompagnent une disparition, ni ce que deviennent les jeunes gens qui grandissent sans héritage et sans avenir. Elle n’est pas comme Cory, qui a sillonné chaque montage et chaque vallée. Mais tous les deux veulent savoir ce qui s’est passé.

Ce duo vieux briscard-jeune flic n’est bien sûr pas une nouveauté au cinéma. Toutefois, il fonctionne ici à merveille. Taylor Sheridan préfère jouer la carte de la relation père-fille au lieu d’imposer une histoire d’amour qu’on imagine possible.

Peu à peu, Jane (Elizabeth Olsen) devient la fille que Cory a perdue, morte dans des circonstances proches de de Nathalie. Bien qu’on sente que c’est surtout Cory qui a l’attention du cinéaste, le personnage féminin, par sa lutte pour exister dans un univers masculin et hostile, parvient à exister sans jamais tenir le rôle d’ingénue ou de faire-valoir.

Cette dimension intime - la mort de la fille de Cory - n’est pas l’aspect le plus abouti du film. Trop tire-larmes, peut-être, elle apporte au film une dimension symbolique dans la recherche de rédemption du personnage principal, mais contrecarre la belle sécheresse qui se dégage du reste de "Wind River".

Le film précédent de Taylor Sheridan, "Comancheria", tenait déjà du western. Il y faisait une chaleur accablante, on y braquait des banques et on luttait pour avoir un chez-soi. Dans "Wind River", on retrouve cette description d’un monde de laissés pour-compte, abandonnés par le gouvernement et prêts à régler eux-mêmes leurs affaires.

Cory (Jeremy Renner) a tout du cow-boy : un attirail traditionnel (chapeau, cheval), une connaissance intime de la terre qu’il parcourt. Mais cette fois, les Indiens ne sont pas les ennemis.

En effet, sous des dehors de film noir efficace, Taylor Sheridan nous fait rencontrer une communauté presque dissoute. Les Indiens ont perdu leurs racines, et le père de Nathalie ne sait pas quelle peinture convient à son deuil ; leurs enfants ne trouvent pas leur place dans le monde : alcooliques, drogués, criminels, ils sont l’envers du rêve américain. Ils sont porteurs de la mauvaise conscience d’une Amérique qui refuse de les voir ou de les entendre.

"Ici, on grandit dans le silence", s’écrie l’un des personnages. Et c’est effectivement la plus grande réussite du film, cette neige et ce silence. Si on regrette que Taylor Sheridan propose un montage parfois trop rapide lors de ces scènes d’exploration, le spectacle n’en est pas moins fascinant.

Cory, le cowboy qui maitrise aussi les techniques de pistage des Indiens, sait seul lire les étendues blanches, déceler les passages des animaux et des hommes. Lui-même se fond dans son environnement, se camouflant en un instant. Patient et efficace.

Son visage buriné, son intransigeance morale évoquent alors le personnage incarné par Robert Ryan dans "La Chevauchée des banni"s, magnifique surwestern enneigé d’André de Toth auquel on ne peut s’empêcher de penser devant cette belle réussite de Taylor Sheridan.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 juin 2022 : Voilà l'été

Paul McCartney a 80 ans, La Mare aux Grenouilles vient de fêter ses 2 ans, il fait (trop) chaud : pas de doute, c'est bientôt l'été. En attendant une actualité plus légère sur juillet et août, voici de quoi découvrir et aiguiser votre curiosité !

Du côté de la musique :

"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy
et toujours :
"L'innocence" de Lisa Portelli
"Le syndrome de Goteborg" des Fatals Picards
Rencontre avec Laurent Honel des Fatals Picards
"Jokers" de Vincent Peirani
"Paris n'existe pas" de Son Parapluie
"The pleasure is goldmine" de Olivier Rocabois
"Les démons familiers" de Mathias Lévy
"Prince de plomb" de Marcia Higelin
"La dynastie du chouchou" de Listen In Bed à écouter en ligne
Festival Art Rock 2022 avec Kim Gordon, Flore Vesco, Pete Doherty ...
"Social Kaleidoscope" de Boris Maurussane
"Lost in confusion" de Amy Lee & the Loco Project Band
Cosse, Bukowski et Flor Del Fango dans une sélection de clips

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Believers" au Théâtre Lepic
"Ceci n'est pas une Framboise Frivole" à la Piccola Scala
"Hop-là !" au Théâtre Essaion
en avant-première du Festival Off d'Avignon :
"Une nuit avec Monsieur Teste"
"Je m'appelle Adèle Bloom"
"Second souffle"
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
derniers jours pour "Boilly - Chroniques parisiennes" au Musée Cognacq-Jay
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Jungle rouge" de Juan José Lozano et Zoltan Horvath
en streaming gratuit avec :
"Une femme fantastique" de Sebastian Lelio
"La tourneuse de pages" de Denis Dercourt
"Frost" de Sharunas Bartas
"Lady Chatterley" de Pascale Ferran
et le cinéma asiatique en 7 films

Lecture avec :

"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter
et toujours :
"Unfollow" de Luka Juliger
"Traquenoir" de Ed Lacy
"Reste près de lui" de Emily Koch
"Leonard de Vinci" de Jean Yves Boriaud
"Elle est le vent furieux" de Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Flore Vesco, Cyndy Van Wilder & Coline Pierré

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=