Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tagada Jones - Les Sales Majestés - Ratel
Le Fil  (Sint-Etienne)  samedi 18 novembre 2017

Je ne vais pas te mentir, c’est le cœur lourd que je me suis rendu à ce concert. Dans l’après-midi, je reçois un SMS d’un de mes meilleurs amis, SMS laconique : R.I.P. Malcolm (Young pour les ignorants). Un pan supplémentaire de ma jeunesse tumultueuse qui partait dans les limbes.

Je ne vais pas te mentir, c’est aussi le cœur plein d’allégresse que je me suis rendu à ce concert. D’une part parce que j’allais y retrouver un chouette bonhomme (Jil de The Off-Keys dont je t’ai déjà parlé ici) mais aussi parce que j’allais revoir en live un des groupes qui m’a marqué cette année et qui, on peut le dire, est phénoménal sur scène.

En première partie de ce concert, Ratel. Le régional de l’étape qui a eu la lourde charge de chauffer la salle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur rock énergique et bien lourd (dans le bon sens du terme) a fait le job. Un chanteur imposant physiquement et vocalement, un rock puissant.

Seul bémol, à mon goût, un guitariste bien statique, mais néanmoins efficace. Une très belle découverte.

Viennent ensuite Les Sales Majestés, groupe phare de la scène punk française. Et crois-moi, des punks j’en ai vus. Des jeunes, des moins jeunes, des filles, des mecs, des couples et un nombre assez incroyable de crêtes…

Sur scène, Les Sales Majestés sont intransigeants, entre harangue vindicative et musique punk. Pour te dire la vérité, je ne connaissais pas le groupe plus que ça (oui, j’ai un peu honte et je me suis moi-même lancé des pierres !) mais quel bon, très bon concert même.

Dans la fosse ça pogote, le public scande les paroles et le groupe s’éclate. On voit l’équipe technique, le sourire aux lèvres assurer les chœurs. Une très belle découverte pour moi et encore des achats d’album à programmer !

Arrive enfin le moment tant attendu. Noir. Fond sonore. Le public commence à se chauffer et boouuum "Envers et contre tous" qui ouvre le bal et crois-moi que moi qui adore cette chanson, j’ai pris une belle claque.

Ensuite c’est un déchaînement de pogo, de slam, j’ai même vu des gosses de 7, 8 ans slamer sous le regard béat de leur père. Un public comme toujours très attentif et bienveillant dans ce cas là et j’avoue que ça change des gaillards qui se balancent sur toi, c’est que je ne suis plus tout jeune…

Les Tagada Jones enchainent les titres du dernier album, des plus anciens, tout y passe et ça se déchaine dans la fosse. Pas le temps de respirer, Niko et sa bande nous mettent à rude épreuve, mais qu’est-ce que c’est bon !

La dernière fois que Tagada Jones est passé par chez nous, c’était dans un ancien cinéma porno. Un bail pour les fans. Niko s’en souvient et annonce une bonne nouvelle : ils vont revenir bientôt dans une autre salle !

Niko est cash, pas de rappel, pas de perte de temps à aller derrière, s’essuyer et flatter son ego en entendant le public scander leur nom. De l’ego les Tagada Jones n’en ont pas un démesuré. Ils se sont baladés dans le public, se sont pliés sourires aux lèvres aux séances de dédicaces et photo. On voit qu’ils sont heureux d’être là.

Et petite cerise sur le gâteau punk rock, un morceau pas prévu sur la set list, et là tu vois le professionnalisme des techniciens qui gèrent ça de mains de maître. C’est avec ce morceau, "Cargo", que j’avais redécouvert ce groupe.

Enfin, histoire de ne pas oublier, la dédicace à l’un des groupes qui les a incités à jouer avec le medley de titres de Parabellum et un pogo démentiel sur le final de "Cayenne", il faut dire que les Tagada Jones ne semblent pas fatigués.

Je te disais que le groupe est génial avec son public, j’en veux pour preuve cette réaction de Stef, le guitariste qui, à la fin, va vers un gosse qui a passé tout son concert sur le bord de la scène et lui a fait essayer sa guitare.

Voilà, Tagada Jones c’est ça : du rock, de la rage, de la colère, de l’engagement (comme celui de Niko pour une asso qui ouvre le sport à tous) et de l’ouverture d’esprit, des sourires, des rires, des échanges !

Je ne vais pas te mentir, je suis reparti à 1h du mat’ avec un sourire béat aux lèvres, parce que oui, parfois, malgré la peine, la colère je suis aussi une vraie midinette.

Guette bien si les Tagada ne passent pas loin de chez toi et fonce, c’est dément !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Descente Aux Enfers de Tagada Jones
La chronique de l'album La peste et le choléra de Tagada Jones
Tagada Jones dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album TRNT (best of 1993-2023) de Tagada Jones
L'interview de Tagada Jones (avril 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Tagada Jones
Le Facebook de Tagada Jones
Le site officiel de Les Sales Majestés
Le Bancamp de Les Sales Majestés
Le Facebook de Les Sales Majestés


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=