Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce One Self (DJ Vadim, Yarah Bravo et Blu Rum 13)
Interview  (Festival Les Nuits Secrètes)  13 août 2005

Alors que le l'album Children of Possibility (Ninja Tune) du projet One Self, salué par la critique, a connu un succès surprenant (mais relatif, on ne parle pas encore de centaines de milliers d'exemplaires !), les membres qui le composent, Dj Vadim, Yarah Bravo et Blu Rum 13 nous ont accordé une interview en marge du festival les Nuits Secrètes d'Aulnoye-Aymeries (Nord).

Dan laquelle ils nous racontent l'importance de la musique et des mots dans leur vie, et les sources de leur inspiration.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui s'est passé à Montréal lors de votre rencontre ?

Dj Vadim : J'ai effectivement rencontré Blu Rum à Montréal en 1998, on faisait un set Dj. A l'époque, nous ne savions pas que nous allions faire ça, One Self. Là où nous en sommes aujourd'hui, ça fait partie d'une progression, d'une aventure vécue ensemble. On a tout de suite ressenti qu'un courant passait quand on s'est rencontré, et depuis, on a fait toute une série de concerts et de shows terribles…

Qui a d'abord eu l'idée de faire ce projet One Self ?

Yarah Bravo : C'est moi. Nous en étions à un point où, tu vois, il manquait quelque chose pour que nous puissions chacun aller de l'avant, et on a pensé qu'en combinant nos esprits, on pourrait y parvenir. Vadim est un producteur génial, nous, on a notre propre style, et être ensemble, c'est encore meilleur ! J'ai pour ma part rencontré Vadim à Londres en 1999, alors que je finissais l'école. Ensuite j'étais membre des Russian Percussions , le précédent projet de Vadim. Blu Rum, je l'ai rencontré par Vadim.

Vadim, comment t'es venue l'idée d'inviter Yarah sur ton premier disque ?

Vadim : C'est venu naturellement. Le procédé de création musicale, pour moi, c'est naturel, sans stress. Et pour Yarah, c'est pareil. Du coup, on se retrouve aujourd'hui à faire One Self ensemble parce que nos conceptions de la musique sont identiques. C'est aussi la même chose avec Blu Rum…

Et tu aimerais collaborer avec d'autres artistes?

Vadim : Ouais, il y a toujours des artistes avec qui tu veux collaborer ! Mais pour l'instant, c'est sur One Self que je me concentre… Nous avons tous travaillé sur différents projets, j'ai eu les miens. Mais à l'heure actuelle, One Self est celui dans lequel on place le plus d'énergie. C'est un nouveau nom, un nouveau concept. Ce sont des choses qui ont déjà été faites par le passé, mais qui sont encore relativement nouvelles pour le public, ceux qui ont découvert le rap avec Eminem. Nous voulons vraiment montrer aux gens ce que nous faisons, notre album… Le monde est grand, on a encore du boulot !

Tu as déclaré à Hip hop magazine que le single extrait de One Self a été plus joué par les radios que tous tes singles précédents réunis. Cela fait-il de One Self un projet plus commercial ?

Vadim : Ca dépend de ce qu'on entend par commercial. Si on entend plus rentable, viable, alors oui. Mais à l'origine faire un album commercial n'est jamais un objectif.

Yarah Bravo : Nous faisons de la musique, nous ne pensons pas à faire de la musique pour les radios. Nous sommes cependant surpris par les réactions des médias à propos de l'album, on ne s'y attendait pas.

Blu Rum : Le disque je pense est arrive à un moment où l'expérimentation hip hop était à ses balbutiements. Mais le public hip hop a l'habitude d'entendre des nouvelles choses. Nous, on était au bon moment avec le bon esprit défricheur.

Ressentez-vous une affiliation avec des labels américains de hip hop expérimental comme Anticon?

Vadim : Pas particulièrement. J'écoute de la musique, mais je ne me proclame pas part d'une communauté, d'un label… Dj Vadim a toujours été un producteur indépendant, travaillant seul… Jamais dans une "équipe". JE suis chez moi et je fais ma musique, puis je parcours le monde pour la jouer live. Je ne ressens pas le besoin de faire partie d'un mouvement…

C'était logique de signer Anticon sur Ninja Tune ?(label anglais, spécialisé dans les musiques électroniques et Dj-ing, sur lequel Dj Vadim a sorti ses albums)?

Vadim : C'était surtout une opportunité, une structure. Ninja Tune a été pour nous une plateforme de décollage.

Yarah : Ninja Tune est très respecté. Ils nous ont beaucoup aidé.

Est-ce que One Self est un projet qui va aller de l'avant, évoluer vers un second album, ou allez-vous partir sur d'autres projet, même ensemble ?

Vadim : Je pense qu'on va reculer, ou aller sur les côtés…

Yarah Bravo : De nos côtés respectifs, on a tous d'autres projets. J'ai les miens, Vadim et Blu Rum aussi. Mais étant donné la tournure des choses, on va définitivement rempiler !

Blu Rum : On a fait plus de chansons que n'en comprend le disque.

Vadim : Je pense que, musicalement parlant, on a même pas atteint le quart de notre potentiel. Quand on a fait cet album, on est parti de rien, et le résultat pour nous était surprenant. Pour la suite, on peut travailler encore plus…

Le travail et la créativité semblent être les mots qui te caractérisent… Je me trompe ? Est-ce que tu as besoin de travailler pour être créatif, ou es-tu créatif et tu travailles parce que tu aimes ça ?

Vadim : Certains disent que je suis un alcoolique du travail.

Yarah Bravo : Tu pourrais en faire plus. Je pense que tu dors trop, quatre heures par nuit, c'est trop ! ( rires )

Blu Rum : Je pense qu'il a besoin de travailler pour être créatif. Du moins ce que j'en sais, je ne sais pas à quel point je connais Vadim pour le psychanalyser… Quand il n'a pas grand-chose à faire, il en fait encore moins. S'il a 20 choses à faire, il en fera 26. Si tu lui demandes une seule chose, alors tu peux toujours attendre…

Yarah : Ouais, c'est le genre de type qui devient fainéant s'il n'a rien à faire. Avant de la rencontrer, j'étais beaucoup plus cool. Maintenant, c'est boulot, boulot, boulot !

Vadim : C'est pas non plus du travail de merde comme être serveur au McDo. On aime ça !

Yarah, où trouves-tu ton inspirations pour écrire tes poèmes ?

Yarah : Mes deux parents sont musicens, et ils m'ont toujours encouragée à m'exprimer musicalement, que cela soit par un instrument ou par les poèmes. J'écrivais des poèmes avant d'être Emcee, puis j'ai découvert le hip hop. Je me suis dit : " Wow, c'est exactement ce que je fais mais avec des rythmes !"».J'ai mis mes poèmes sur des beats, et je suis devenu Yarah MC.

Et toi, Blu Rum ?

Blu Rum : Mes paroles viennent de sources variables, et la principale est dans ma tête, une voix qui me parle. Depuis que je sais écrire j'ai toujours été créatif. J'ai eu des profs qui m'encourageait dans cette vois, qui l'autoriser à écrire des essais en format rap… Tout m'inspire, de cette feuille qui tombe à un accident de voiture.

Chez moi, les mots s'assemblent d'eux-mêmes. On devrait passer une journée ensemble, tu comprendrais…

Yarah : On s'inspire aussi des musiques qu'on écoute. Vadim par exemple nous donne des canevas, nous sommes les pinceaux.

Comment cela se passe-t-il sur scène?

Blu Rum : On essaye de maintenir un contact visuel entre nous… ! Et ça marche …

Yarah Bravo : J'aime rester sur scène. Si je ne suis pas monté sur scène après 4-5 jours, je deviens folle…

 

Crédits photos : Xavier


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=