Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'essence du mal
Luca d'Andrea  (Editions Denoël)  octobre 2017

L’essence du mal, publié aux éditions Denoël, est le premier roman de Luca d’Andrea, considéré comme le petit génie du polar en Italie. L’histoire se passe sur deux périodes. En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du sud, trois jeunes personnes sont retrouvées mortes, littéralement charcutées pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’œuvre d’un humain ou d’un animal.

Depuis, on se transmet de génération en génération cette histoire macabre. Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région entend cette histoire et décide, après un accident d’hélicoptère qui a failli lui coûter la vie, de partir à la recherche de la vérité.

Dans le petit village où il s’installe, les habitants font tout, parfois de manières menaçantes, pour que les recherches soient abandonnées. Même sa femme, inquiète pour sa sécurité et celle de sa fille, même son beau-père, celui qui a découvert les trois cadavres à l’époque, font tout pour le dissuader de continuer son enquête. Le triple meurtre est comme porteur d’une malédiction, comme si une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.

Ce livre, c’est bien simple, on ne le lit pas ! On l’avale, on le dévore. Juste deux jours pour ma part. On est happé dès le début par cette histoire hors norme puis l’écrivain a le talent pour faire monter la tension au fil des pages. Les pages défilent, on ne lâche plus le bouquin et on se régale.

Le personnage de Jéremiah Salinger est parfaitement écrit. Tourmenté par l’accident qu’il a subi, se sentant responsable de la mort des secouristes qui étaient avec lui, il va chercher sa rédemption dans l’enquête sur ces trois jeunes morts auparavant.

Les autres personnages sont aussi très travaillés par l’auteur. La femme de Jéremiah, son collègue Mike, son beau-père et sa fille mais surtout le shérif du village, qui reste aussi traumatisé par ce massacre. Salinger enquête, il piétine parfois, fait fausse route aussi, il entre en période de réflexion souvent, fait des pauses aussi (pour faire plaisir à sa femme qui souhaiterait qu’il arrête son enquête). Il enquête parfois en cachette, toujours à cause de sa femme. Salinger se trompe parfois et cela le met en danger. Et nous, lecteur, on l’accompagne dans sa recherche, avec l’envie qu’il découvre la vérité, avec aussi souvent des doutes qui naissent en nous sur certains personnages. On s’inquiète pour le personnage de Jérémiah, on s’inquiète aussi pour son couple qui se délite à mesure que l’enquête avance.

Dans ses dolomites, l’auteur construit une ambiance pesante pour donner encore plus de poids à son thriller et cela fonctionne parfaitement bien. Tout est parfaitement construit avec brio par Luca d’Andrea. Les incohérences, que l’on peut parfois trouver même dans d’excellents polars sont ici inexistantes. Il est en plus, à mon avis, quasi impossible de trouver avant la fin le dénouement de l’histoire.

Avec ce premier polar, on peut donc dire que Luca d’Andrea vient de frapper un très grand coup. L’essence du mal est un excellent polar, un livre passionnant, à l’univers glaçant que je vous conseille vivement de lire.

 
 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Au coeur de la folie" du même auteur


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=