Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'affaire Mayerling
Bernard Quiriny  (Editions Rivages)  janvier 2018

J’ai découvert Bernard Quiriny et son univers, il y a quelques années, sur les conseils d’un ami proche, en lisant son recueil de nouvelles, Une collection très particulière. Assez hermétique au départ vis-à vis de ce format d’écriture, il est celui qui m’a fait aimer les recueils de nouvelles. Depuis, j’en lis souvent, celles de Joyce Carol Oates notamment ou les superbes Microfictions de Régis Jauffret.

Avec L’affaire Mayerling, sorti le mois dernier aux éditions Rivages, je me lance dans mon premier roman de cet auteur belge à l’imagination débordante. L’affaire Mayerling est encore en course, il fait partie des 5 finalistes, pour obtenir le grand prix RTL-Lire 2018.

Mayerling est le nom d’une résidence de standing construite dans la petite ville de Rouvières. Etages, 25 appartements du T2 au T5 avec des propriétaires triés sur le volet. Le narrateur et son ami Braque sont des passionnés de l’immobilier et de son jargon si particulier. Ils vont au cours de la première partie du livre s’amuser à décrire les catalogues publicitaires sur ces résidences immobilières que l’on vend sur plan, décrire l’avancée des travaux et ses péripéties et présenter le syndic qui gérera la résidence Mayerling.

Assez rapidement, avec la seconde partie, le livre va se centrer sur cette résidence et ses occupants. Des faits étranges et loufoques se sont déroulés. Le narrateur et son ami Braque vont donc effectuer une enquête après ces faits qu’ils nous narrent. On retrouve alors l’imagination débordante de l’auteur, sa précision dans les descriptions au travers des problèmes successifs et nombreux qui vont toucher les habitants de cet immeuble de standing. Les conflits et les accidents se succèdent. Un couple se déchire, en faisant profiter par le bruit ses nombreux voisins. La très pieuse Madame Camy se retrouve nymphomane. M Paul rêve d’assassiner son voisin trop bruyant. Une odeur pestilentielle s’échappe du logement de Madame Meunier. Madame Choppard a des hallucinations voyant le fantôme de sa mère dans l’immeuble.

Assez rapidement, les rêves de ses copropriétaires se transforment en cauchemars. Les nombreux dysfonctionnements techniques de l’immeuble ont des conséquences sur les comportements des habitants. Assez vite tout tombe en panne, l’immeuble se dégrade très rapidement et les habitants commencent à tomber malade. Les habitants ont alors pour unique solution que de déclarer la guerre à leur immeuble et se retrouvent alors pris dans un tourbillon de destruction de leurs biens qui est l’objet de la troisième et dernière partie du livre.

Vous l’avez donc compris, le dernier livre de Bernard Quiriny est une satire de l’urbanisme actuel, de ses résidences qui fleurissent à tout bout de champs dans toutes les villes françaises, dans lesquelles les gens s’entassent avec plaisir sans se parler entre eux. L’auteur se moque avec beaucoup d’humour de cette vie citadine dans laquelle les habitants se retrouvent prisonniers de leur rêve de béton.

Ce qui fait le charme de ce livre, qui le rend si plaisant à lire, c’est encore une fois l’humour et l’originalité dont fait preuve Bernard Quiriny. Imaginez un immeuble qui décide de s’en prendre à ses occupants et des occupants qui décident de lui casser la gueule. Et bien oui, c’est bien ça que nous propose Bernard Quiriny.

Bernard Quiriny manie l’absurde et le cocasse avec un talent immense pour nous conter le naufrage d’une communauté de copropriétaires. Il le fait avec une grande intelligence en posant d’abord ses personnages (on a même droit dès la première page à la liste détaillée des copropriétaires étage par étage, comme celle qu’on trouve au rez-de-chaussée des immeubles sur le panneau du conseil syndical) pour finir par une fin délirante, dans le bon sens du terme.

L’affaire Mayerling est donc un roman savoureux que l’on lit avec délectation.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Portrait du baron d'Handrax" du même auteur
La chronique de "Vies conjugales" du même auteur


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=