Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack White
Boarding House Reach  (Third Man Records)  mars 2018

On ne peut pas dire sur ce coup que Jack White nous serve le même menu que ses précédents albums, on ne peut pas dire non plus qu’il se repose sur les lauriers acquis par les White Stripes, mais peut-être peut-on dire que sur certains titres, il se fout un peu de notre gueule.

Car si les fans ne sont pas forcément contre une certaine évolution, beaucoup sont assez frileux aux r-évolutions. Pour Boarding House Reach sorti fin mars sur son label Third Man Records, c’est une révolution à la sauce bidouillages de sons et de voix, saupoudrée de sons distordus à l'extrême, avec effets futuristes et autres bizarreries sonores pour épicer cet album, soit par petites touches, soit en reversant carrément la salière dans le plat. Soyons honnêtes, 1 ou 2 titres sont presque immangeables à la première écoute, mais commencent à devenir intéressants passée la surprise de ce changement radical.

On débute malgré tout par du rock plutôt classique plein de reverb, "Connected by Love" met en avant la voix de Jack White enveloppée par des choeurs gospel et un solo d’orgue et de très bons riffs de guitare dont il a le secret. On continue la promenade toujours avec orgue et guitare mais plus calmement avec "Why Walk a Dog ?". Posons-nous enfin les vraies questions existentielles, pourquoi diable un chien doit-il être promené et obéir à nos cris ?

Dans "Corporation", les paroles ne viennent qu’après de longues minutes instrumentales de ce qui s’apparente à un jam entre potes, chanson funky, percussions sauvages au djembé, très maîtrisé techniquement, entrecoupé de cris qui s’enchaînent.

"Abulia and Akrasia" pourraient faire de beaux prénoms, si on ignore que ce sont des troubles mentaux affectant la volonté. Ce programme médical nous est proposé sur des sonorités des balkans et des paroles parlées plutôt que chantées, qui font assez penser à un extrait de film.

On continue de parcourir le Larousse médical avec "Hypermisophoniac". La misophonie (littéralement haine du son) est un mal qui se caractérise par une panique, une colère ou un excès de rage à l’écoute de certains sons (comme une craie frottée sur un tableau noir par exemple). Les personnes atteintes de ce mal risquent effectivement de ne pas supporter longtemps ce titre et de passer rapidement au suivant. Les autres pourront entendre se détacher du brouhaha initial les sons robotiques de jeux vidéo se mêlant au fur et à mesure à un piano, une guitare électrique, une batterie, et des voix plus ou moins trafiquées.

Arrêtons-nous quelques instants à la "Ice Station Zebra" sur un style plutôt hip-hop, pour une ancienne collaboration avec Jay-Z qui n’avait finalement jamais vu le jour, que Jack White a finalement décidé de remettre au propre en solo. Pas forcément une très bonne idée au vu du résultat pas vraiment original, ni vraiment réussi.

Le train quitte donc sans regrets cette station pour attaquer la suite du voyage avec "Over and Over and Over". On y retrouve enfin de bons gros riffs de derrière les fagots et la voix non-trafiquée de Jack White. Les choeurs scandent "Over and Over and Over" et sont passés sous différents filtres vocaux, ce qui fait l’originalité de ce titre abrasif à la limite du métal par moments.

Une voix robotique nous accueille dans "Everything You’ve Ever Learned" et soudain, tout s’active au rythme des percussions avec, en fond sonore, le discours d’un homme haranguant la foule et une musique militaire stressante. Le titre s’interroge sur les connaissances, la mémoire, la volonté ou non d’en savoir plus (sur le monde, sur soi-même ?).

"Respect Commander" est l’une des réussites de cet album, la guitare électrique et une grosse basse ronde tiennent une place de choix dans une longue intro instrumentale, et se laissent aller au bout de deux minutes à une vraie chanson rock où l’électricité est palpable.

Un petit interlude parlé d’à peine deux minutes avec une voix doublée avec une sorte d’écho robotique font de "Ezmeralda Steals the Show" une petite respiration. On se croirait dans un livre-disque pour enfants.

Après ce repos rapide arrive "Get in the Mind Shaft" avec une intro type extrait de film, la suite est une explosion de funk futuriste nourrie par des voix de synthèse, l’ensemble est sublime et d’une grande fraîcheur. L’arrivée des choeurs en milieu de morceau est très judicieuse et montre toute la précision de Jack White dans le moindre détail. Encore une belle réussite !

On retourne dans du classique country avec guitare acoustique et orgue dans "What’s Done is Done" où un chant féminin se mêle à la voix si reconnaissable de Jack White. Ce titre permet de montrer qu’il aurait très bien pu refaire un album entier dans ce style qu’on pouvait retrouver dans Blunderbuss ou Lazaretto s’il avait pas voulu trop se casser la tête, ce titre contentera les fans d’origine mais ne suffira peut-être pas à sauver cet album à leurs yeux.

La petite balade tranquille "Humoresque" met gentiment un terme à l’album, tel un dernier jour de repos pour le Créateur Jack White.

Après sa rétrospective d’enregistrements acoustiques Acoustic Recordings 1998 - 2016, ce véritable troisième album, même si sa pochette reste dans les tons bleus et blancs, détonne par rapport aux deux précédents par son innovation dans les sons, par la modernité qui s’invite sur les bases originelles.

L’accompagnement au changement devrait être compliqué pour certains qui verront dans cet album le caprice d’un gamin qui se sent intouchable quoi qu’il fasse, les autres verront un infatigable artiste touche-à-tout qui se remet en question et n’hésite pas à explorer de nouveaux horizons, quitte à se mettre en danger et frôler l’accident de parcours.

Incorporés dans un set complet en live au milieu de chansons des Whites Stripes, des Raconteurs ou de The Dead Weather (n’oublions pas qu’il a fait partie de tous ces groupes), ça devrait plutôt donner un mélange explosif dans la tournée débutée il y a quelques semaines. Par contre, aucun enregistrement sauvage ne risque de fleurir sur la toile l’usage du téléphone portable étant interdit à ses concerts, il faudra donc attendre début juillet pour le public français qui pourra seulement scruter les setlists pour se faire une idée du répertoire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blunderbuss de Jack White
La chronique de l'album Lazaretto de Jack White
La chronique de l'album Fear of the dawn de Jack White
Jack White en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
Jack White en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Jack White
Le Facebook de Jack White


Emmanuel Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=