Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Possession
Paul Tremblay  (Sonatine Editions)  mars 2018

Parvenir à faire trembler un certain Stephen King au détour d’une lecture n’est pas une mince affaire. Lui-même le dit très bien sur la couverture de Possession, "sachez que pour me faire peur, il faut se lever de bonne heure". Pari réussi donc, pour Paul Tremblay, que l’on annonce déjà comme le nouveau Stephen King avec son premier livre traduit en français, dont la page de couverture, particulièrement intrigante, donne envie d’aller lire ce qui a touché autant le King.

Beverly, banlieue de Boston, Massachussetts, une famille ordinaire, les Barett. Dans cette famille ordinaire, Marjorie, quatorze ans commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Des évènements de plus en plus angoissants se produisent, contraignant la famille, un peu désemparée face à cette situation, à solliciter l’aide d’un prêtre qui pense trouver la solution par l’exorcisme. Ses consultations chez un psy n’ont rien arrangé et la situation empire.

En manque d’argent, les Barett acceptent l’offre généreuse d’une chaîne de télé qui leur propose de suivre en direct les évènements. Très vite, l’émission de téléréalité rencontre un succès important jusqu’à son interruption sans explication, du jour au lendemain. Que s’est-il passé dans la maison des Barett ?

Le livre est franchement flippant, construit autour de personnages particulièrement inquiétants issus d’une famille désemparée. Paul Tremblay nous fait suivre l’histoire du point de vue d’une jeune enfant de 8 ans, Merry, la sœur de la fille "possédée". Sa construction est simple et efficace, autour de deux parties, une première digne des grands films d’horreur, dans laquelle l’auteur développe une atmosphère angoissante à souhait et une deuxième qui vire au thriller pour nous emmener vers un final incroyable.

Dans la première partie, on se retrouve véritablement plongé dans l’histoire de cette famille qui va connaître l’horreur. On est spectateur de cette descente aux enfers, un peu comme si l’on regardait un film. Il nous décrit un père qui sombre petit à petit dans le fanatisme religieux, une mère de plus en plus perdue et une sœur qui se transforme petit à petit en un personnage inquiétant. Face à cela, Merry est vite perdue et impuissante. Paul Tremblay arrive à donner une dimension visuelle à son écriture qui renforce les effets d’épouvante sur nous. Il en profite aussi pour parsemer des références à des films d’horreur que les amateurs reconnaîtront rapidement.

La deuxième partie, flippante aussi qui, pour moi, révèle la véritable qualité du livre, nous fait changer de camps. On ne vit plus la situation du côté de la famille mais de l’autre côté de la caméra, celle de l’émission de téléréalité. L’auteur décortique les mécanismes de ces émissions à la mode de façon très critique. On y découvre (au travers des extraits d’un blog) ses dessous, ses manipulations, la recherche d’audimat qui n’a que faire du malheur et de la détresse des familles. On comprend, même si on le savait déjà que, des images choisies, des témoignages découpés donnent une meilleure dimension sensationnelle à une émission.

On va, au final, comprendre au fil des pages ce qui s’est réellement passé dans cette maison, savoir si Marjorie est vraiment "possédée", tout cela de façon habile car l’auteur va prendre un malin plaisir à jouer avec nos nerfs, nous laissant croire, à un moment que le mystère est résolu avant de retourner la situation pour mettre à mal nos certitudes.

Avec Possession, Paul Tremblay parvient à jouer parfaitement avec notre rythme cardiaque en maîtrisant parfaitement le suspense de son ouvrage au sein d’une ambiance particulièrement oppressante et angoissante qui font que l’on comprend mieux pourquoi et surtout comment il a su faire hérisser le poil de Stephen King.

Possession est donc un livre qui mêle horreur et thriller avec perfection et intelligence, un livre incroyable et déconcertant qui embarque le lecteur dans un huis-clos angoissant dont la fin nous laisse dans un état de sidération absolue. Un vrai coup de cœur.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Paul Tremblay
Le Facebook de Paul Tremblay


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=