Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daniel Blumberg
Minus  (Mute / PIAS)  mai 2018

Les plus téméraires d’entre nous ont l’audace de comparer Daniel Blumberg à une tripotée d’artistes plus élégiaques les uns que les autres. Bravo à eux, tant il ne ressemble à personne et à tant de monde à la fois. Ce premier album en solo voit le jour après moult tribulations musicales, il est donc le fruit d’un long chemin, et autant vous prévenir, Minus est loin d’être anodin.

A première vue, des pianos jouent l’émotion d’une atmosphère feutrée, des petits pas sur la moquette et des gestes mesurés, de la douceur. Et puis le piano se déglingue et déverse ses entrailles fumantes sur le parquet ciré et les souliers lustrés. Scandalous.

Il y a ces tentatives ahurissantes d’accoucher les grincements en mélodies, tel le mister Hyde combattant le Jekill inside, les sonorités frôlant dépassant parfois l’entendement logique de la mélodie. Et puis on s’immisce dans la tête de l’artiste, les acoustiques saturés de distorsions sataniques et l’âme en convulsion totale.

L’âme à vif, Daniel Blumberg puise dans ses démons familiers l’encre de ses titres. C’est torturé qu’il faut l’imaginer, aux abords d’une contrée fleurant le musc et la faucheuse. L’artiste termine ce qu’il commence, quand les vocalises montent, elles vont se briser sur les lames des cristaux trop fragiles pour les supporter et explosent en une myriade de petits éclats reflétant la lumière.

C’est ainsi que chaque instrument est poussé à son ultime souffle, Daniel Blumberg les torture jusqu’à leur briser les os, à la limite du supportable pour les mélodistes immatures que nous sommes, n’est-ce pas. Et c’est exactement dans ces dépassements que Minus est fondamentalement attachant, parce qu’il résonne à l’intérieur de nos propres expériences, précisément quand notre souffle s’est heurté à la fin de ses capacités, jusqu’au bout.

Daniel Blumberg joue et chante avec talent les limites ultimes du champ des possibles, c’est en musique qu’il déroule les histoires de nos sentiments jusqu’à la déchirure. Il dérange et bouleverse à la fois, il est l’expérience ultime de la vie après la mort.

Damned, c’est magnifiquement lugubre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Daniel Blumberg en concert au Festival Rockomotives #26 (édition 2018) - Vendredi

En savoir plus :
Le Soundcloud de Daniel Blumberg
Le Facebook de Daniel Blumberg


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=