Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alexis HK
Comme un ours  (La Familia)  octobre 2018

En plus d’avoir un nom de famille imprononçable à qui a le muscle buccal mal entraîné, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme est prolixe. Alexis HK s’est talentueusement mesuré à Brassens dans Georges & moi, a écrit pour les plus petits Ronchonchon et Compagnie et a fait chavirer nombre d’amateurs de phrases chaloupées. Comme un ours est son neuvième album.

Les plus cyniques diront que la qualité n’égale pas la quantité (parce qu’il faut bien dire quelque chose de désagréable pour être craint – donc respecté – dans leur monde du qu’en dira-t-on…). Chacun son point de vue.

J’aime retrouver le timbre grave et profond d’Alexis HK, sa façon de fredonner en sourdine, pas de colère dans sa voix, pas de résignation dans ses propos. Seul reste le simple constat poétique des paradoxes humains pas si simples. Ses silences éloquents ne culpabilisent pas. Ses paroles ne pointent pas les comportements. Il est un chansonnier du quotidien, suffisamment blasé pour ne pas paraître trop enthousiaste, un poète solitaire friand de collaborations.

C’est presque tout seul qu’il façonna cet album tendre et lucide. Comme un ours incarne le désarroi de la bonne grosse bêtise humaine, humains désappointés puisant le courage dans l’amour et la nostalgie.

"Méchant bobo parisien, crypto gauchiste de malheur, responsable du déclin de la famille et des valeurs, se prépare vos grands retours des fossoyeurs qui fascisent […] Tant de responsables aux misères du peuple offusqué, les bouc-émissaires risquent d’être assez surbookés" ("Les pieds dans la boue"). Il chante les cicatrices que les conflits armés laissent, nostalgie du temps des cerisiers fleuries d’antan ("Le cerisier") et la solitude des êtres sommés de se socialiser : "Ils n’étaient pas les seuls à faire de leur lit une base arrière à la mélancolie" ("Comme un ours").

Tendres, les textes d’Alexis HK ont la bienveillance des sourires sincères, "les fruits vermeils qui nous poussent aux enfantillages et que j’accroche à ton oreille" ("Le cerisier") et l’inexplicable amour quasi filial entre les hommes et leur chien : "C’est un ami qui te guérit de la défaite, qui te suivra même si tu finis malhonnête, qui a dans les yeux une étincelle plus généreuse que beaucoup de déclarations d’amour douteuses, Je veux un chien, un vrai, un chien qui sert à rien […] J’en ai assez de tous ces chats égocentriques qui te méprisent entre deux siestes" ("Je veux un chien").

Non sans humour, Alexis HK vit le moment présent, un air de passé pour un instant de futur. L’auteur est de ces doux rêveurs, un peu poète, un peu ascète, tenant toujours par la main l’enfant qui le regarde de son œil serein. Le musicien, lui, use de la délicatesse des cordes frappées et de la mélancolie des cordes frottées, maniant l’un et l’autre en mélodies trotte menues s’insinuant sur le bout de la langue.

Des conséquences du sucre massacreur de silhouette ("Sucré") aux grands carnages de la bêtise humaine ("Marianne"), l’auteur-compositeur-interprète a tout des chansonniers dont on aime fredonner les airs et paraphraser les tournures. Chaque titre raconte une histoire, il est là le Brassens du siècle, n’attendons pas son trépas pour le couvrir d’éloges.

Non, Alexis HK n’est pas un ours mal léché, grinçant des dents et grognant sans vergogne, il n’a d’ours que la voix et la douceur à l’intérieur, faut pas le chercher, voilà tout…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Belle ville de Alexis HK
La chronique de l'album L'homme du moment de Alexis HK
La chronique de l'album Les Affranchis de Alexis HK
La chronique de l'album Le Dernier Présent de Alexis HK
La chronique de l'album Comme un ours (Live) de Alexis HK
La chronique de l'album Bobo Playground de Alexis HK
Alexis HK en concert à l'Espace Vauban (29 avril 2005)
Alexis HK en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Alexis HK en concert au Festival Les Inrocks 2005
Alexis HK en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Alexis HK en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
Alexis HK en concert au Festival des Oreilles en Pointe 2011 (21ème édition)
Alexis HK en concert au Casino de Paris (mercredi 19 juin 2013)
L'interview de Alexis HK (29 avril 2005)
La conférence de presse de Alexis HK (9 juillet 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Alexis HK
Le Soundcloud de Alexis HK
Le Facebook de Alexis HK


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=