Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fernand Khnopff - Le Maître de l'énigme
Petit Palais  (Paris)  Du 11 décembre 2018 au 17 mars 2019

Le Petit Palais présente, en collaboration avec les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, une exposition monographique consacrée au peintre, dessinateur, graveur et sculpteur Fernand Khnopff et figure majeure du symbolisme belge.

Les commissaires Michel Draguet, directeur des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Christophe Leribault et Dominique Morel, respectivement directeur et conservateur général au Petit Palais, ont sélectionné près de 150 pièces emblématiques pour esquisser un panorama significatif de son oeuvre qu'ils proposent sous le titre "Fernand Khnopff - Le Maître de l'énigme".

Ordonné de façon chrono-thématique, le parcours se déploie dans une judicieuse scénogaphie de Cécile Degos qui décline, notamment avec sa trilogie chromatique bleu-noir-blanc, les codes décoratifs de l'étonnante maison-atelier-sanctuaire de Fernand Khnopff.

Fernand Khnopff, déjouer le principe de réalité

L'oeuvre de Fernand Khnopff, passeur entre la tradition des primitifs flamands et l'avant-garde surréaliste, co-fondateur du Cercle des XX et peintre à la notoriété internationale en son temps, s'inscrit dans le mouvement du symbolisme tel que défini comme "un sublimé de perceptions et de sensations*" qui "n'est pas insensible à l'appel du mysticisme dans sa veine ésotérique, occultiste et maçonnique*" et constitue "la plus haute expression d'art et le plus spiritualiste*".

Effectivement elle s'avère en adéquation avec le symbolisme qui, entre le fantastique romantique et le merveilleux surréaliste, et dans une époque paradoxale connaissant simultanément l'émergence de la science positive, le développement des sciences occultes et la naissance de la pyschanalyse, repose sur une esthétique de la rupture avec le principe de réalité.

"Fuir la nature, refuser autant que possible les lois biologiques de l’espèce, se tenir à l'écart de la société...*" implique la rupture avec le réel, car la réalité visible n'est que trompeuse apparence, avec le présent, empreint du "soleil noir de la mélancolie" selon l'analyse de l'historien d'art et conservateur général du patrimoine Jean Clair, et avec la modernité, sous emprise d'une rationalité scientifique menant au pessimisme.

Et y substituer la quête métaphysique de l'essence des choses et la plongée dans les limbes de l'inconscient - en cultivant le rêve et l'imaginaire décadent stimulé notamment par le simulacre - en les plaçant sous le signe du pour créer "un réel à soi", un univers dans lequel président l'étrangeté et l'ambiguïté ,et et un avenir qui est dans le passé.

Chez Khnopff, le culte onirique est placé sous l'égide de Hypnos, le dieu du sommeil représenté comme un visage ailé par le sculpteur grec Scopas, qui devient une de ses figures récurrentes à titre principal ("Une aile bleue", "Blanc, noir et or") ou instillée sous forme d'une petite alie bleu dans ses tableaux "cryptés" tels "I Lock My Door Upon Myself" et "Who shall deliver me ?" dont les titres renvoient à ceux de poèmes de Christina Rossetti, la soeur du peintre pré-raphaélite.

Fernand Khnopff opère la rupture avec la réalité dans la peinture de paysage, conçue sur le modèle whislérien à effet de brouillard avec une palette chromatique de tons délavés, qui ne vise pas à la captation de la nature mais à sa sublimation mnésique comme reflet du paysage mental de son auteur, son introversion et son solipcisme, la devise de Khnopff étant "On n'a que soi" et son ex-libris "Mihi(Moi)". Tel est le cas des paysages d'enfance des années 1880-90.

Comme ceux de Bruges des années 1904-1905, ville d'élection, la Bruges-la-morte anthropomorphéisée du romancier Georges Rodenbach, qui se révèle de manière fantomatique et renvoie à l'âge d'or de la cité flamande du temps de Hans Memling, peintre primitif flamand qui figure au panthéon pictural khnopffien.

Rupture avec le réel également dans le genre du portrait. Portraitiste attitré de la haute société bruxelloise, Khnopff a commencé par peindre ses proches, dont deux figures majeures et signifiantes dont certains analysent le tropisme comme une recomposition féminine de la Trinité chrétienne autour du Fils artiste avec une déesse-mère et une amante spiritualisée.

Ces figures sont celles de sa mère et de sa soeur Marguerite figées dans une représentation théâtralisée identique et dans un cadre aussi fermé qu'indéterminé avec une robe stricte dépouillée de tout ornement ou fantaisie et une occultation de la chair ne laissant apparaître du corps, au mieux, le visage et les mains.

La figure maternelle est celle d'une mère en noir, solitaire, esthète ( ("En écoutant Schumann") et austère ("Portrait de Madame Edmond Khnopff" 1882) pour laquelle Fernand Khnopff éprouve un respect dévoué et un amour infini.

De même, et de manière qui laisse accroire à un amour incestueux, pour sa soeur Marguerite, modèle, muse, égérie, érigée en archétype idéal et idéalisé de la femme vertueuse, vestale séraphique et vierge inaccessible, en tout état de cause interdite, sur laquelle il calque le portrait d'autres jeunes femmes ("Portrait de Marguerite Landyut", "Portrait de Madeleine Mabille").

Silhouette longiligne toujours vêtue de blanc, couleur de l’innocence, de la pureté et de la chasteté, dans une tenue dépourvue de tout ornement ne laissant découvertes que les mains et le visage, et regard détourné à l'interprétation polysémique, de la simple pudeur à la dissimulation d'un sentiment secret.

De nouveau se retrouve l'influence whistlérienne et son expérience du blanc sur blanc avec ses Symphonies en blanc des années 1860 mais la différence tient au regard frontal de ces femmes représentées comme une allégorie de l'innocence avec une résonance mariale.

Les deux conduisent à une impasse du désir qui se modifie avec les deux événements - le mariage de l'une et le décès de l'autre - mettant le masculin à l'épreuve de la réalité de l'obscur objet du désir avec l'approche fantasmatique du corps érotique d'une femme charnelle, séductrice, tentatrice et destructrice pour laquelle Khnpff recourt à la translation mythologique.

Ainsi, la figure maternelle est revue à l'aune de la mère archaïque, des divinités primordiales telle la dévorante Méduse, et du mythe d'Oedipe avec le célèbre tableau "L'Art - Des caresses" et son étrange couple mimétique avec une tendre sphinge à corps de guépard qui reprend, dans une approche différente, l'iconographie symboliste telle que traitée à plusieurs reprises par de Gustave Moreau dont "Oedipe et le Sphinx".

L'influence de Gustave Moreau, chef de file du symbolisme décadent, son aîné comme lui dandy** et profondément attaché à sa mère, s'avère patente. Ainsi, par exemple, "La Tentation de Saint Antoine" de Khnopff entre en résonance avec "L'Apparition" de Moreau.

Ce tableau dans lequel le diable se fait femme pour tenter l'apôtre dans sa chair et l'entraîner dans la chute, porte le thème de prédiclection du symbolisme celui de la femme fatale, source ambivalente d'attirance et de répulsion qui taraude Khnopff et traduit dans son triptyque inspiré de la pièce "La Reine des Fées" de Edmond Spenser, avec "Solitude" encadrée de "Acrasia", la débauche, et "Britomart", la chasteté.

Pour la femme fatale, femme idole, cruelle et destructrice, Khnopff décline le visage stérotype codifié par les peintres pré-raphaélites, chevulure rousse et machoire carrée, qui devient un masque propice au simulacre, tel "Le Masque au rideau noir" repris pour l'affiche, et qui introduit le deuxième thème symboliste, celui polysémique de l'androgynéité.

Ce qui correspond à la rupture non seulement avec les codes sociaux mais identitaires, en permettant tant le dépassement de la sexuation que la fusion des contraires que le fantasme d'un troisème genre idéalisé qui renvoie à d"ancestrales représentations théogoniques et/ou cosmogoniques.

La monstration incite à d'autres apparentements tels l'influence réciproque de la Sécession viennoise avec des compositions à la Klimt et l'emploi de rehauts dorés.

Elle met également l'accent sur l'utilisation de la photographie par Fernand Khnopff comme outil de création d'une part, en reprenant la théorie du dessin photogénique, et d'autre part, pour illustrer la trahison des qui sera développée par le surréalisme. Sur ce deuxième aspect, la monstration présente une animation graphique autour du monumental pastel "Memories" représentant Marguerite Khnopff déclinée en septet .

Ne pas rater la mise en résonance avec l'oeuvre d'artistes contemporain, tels le "Peacock Vanitas" du plasticien belge Hans Op de Beeck qui use d'un rappel avec le paon qui ornait le seuil de la maison de Khnopff, ou "Ladock Abbey" vue par le photographe jaonais Hiroshi Sugimoto.

A noter également, outre la salle convertie en salon symboliste pour une pause érudite entre livres, photographies et animations littéraires, théâtrales et musicales, l'inventif dispositif de médiation qui comprend quatre stèles audio-olfactives offrant des bulles immersives dans l'eouvre de Khnopff en résonance avec les arts de son temps.

 

* Emile Verhaeven
** Emile Verthaeven décrit Fernand Khnopff comme "un clergyman devenu dandy dont la vie est une claustration perpétuelle"

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 juin 2022 : Voilà l'été

Paul McCartney a 80 ans, La Mare aux Grenouilles vient de fêter ses 2 ans, il fait (trop) chaud : pas de doute, c'est bientôt l'été. En attendant une actualité plus légère sur juillet et août, voici de quoi découvrir et aiguiser votre curiosité !

Du côté de la musique :

"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy
et toujours :
"L'innocence" de Lisa Portelli
"Le syndrome de Goteborg" des Fatals Picards
Rencontre avec Laurent Honel des Fatals Picards
"Jokers" de Vincent Peirani
"Paris n'existe pas" de Son Parapluie
"The pleasure is goldmine" de Olivier Rocabois
"Les démons familiers" de Mathias Lévy
"Prince de plomb" de Marcia Higelin
"La dynastie du chouchou" de Listen In Bed à écouter en ligne
Festival Art Rock 2022 avec Kim Gordon, Flore Vesco, Pete Doherty ...
"Social Kaleidoscope" de Boris Maurussane
"Lost in confusion" de Amy Lee & the Loco Project Band
Cosse, Bukowski et Flor Del Fango dans une sélection de clips

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Believers" au Théâtre Lepic
"Ceci n'est pas une Framboise Frivole" à la Piccola Scala
"Hop-là !" au Théâtre Essaion
en avant-première du Festival Off d'Avignon :
"Une nuit avec Monsieur Teste"
"Je m'appelle Adèle Bloom"
"Second souffle"
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
derniers jours pour "Boilly - Chroniques parisiennes" au Musée Cognacq-Jay
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Jungle rouge" de Juan José Lozano et Zoltan Horvath
en streaming gratuit avec :
"Une femme fantastique" de Sebastian Lelio
"La tourneuse de pages" de Denis Dercourt
"Frost" de Sharunas Bartas
"Lady Chatterley" de Pascale Ferran
et le cinéma asiatique en 7 films

Lecture avec :

"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter
et toujours :
"Unfollow" de Luka Juliger
"Traquenoir" de Ed Lacy
"Reste près de lui" de Emily Koch
"Leonard de Vinci" de Jean Yves Boriaud
"Elle est le vent furieux" de Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Flore Vesco, Cyndy Van Wilder & Coline Pierré

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=