Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Artemis Quartet
Chostakovitch  (Erato)  mai 2019

"Dans une certaine mesure, on peut donc affirmer que le régime de Staline a eu un effet sur la musique de Chostakovitch, le compositeur commençant à réagir, inconsciemment peut-être, d’une manière directe, bien que jamais explicite, au contexte culturel qui caractérise l’apogée du stalinisme. Il donne de la profondeur à ses créations, abandonnant la parodie, les effets dramatiques, l’humour et la satire qu’il affectionnait pour adopter un style plus complexe et, en même temps, plus ouvert à une diversité´ d’interprétations." Pauline Fairclough

Nous avions un peu peur pour l’avenir du Quatuor Artemis. Fondé en 1989, l’ensemble Allemand s’est imposé comme l’un des plus intéressants avec cette constante acuité expressive mais il a dû traverser une période depuis le suicide de l’altiste Friedemann Weigle, forcément douloureuse et tempétueuse, de changements de composition. Celle de ce disque avec Vineta Sareika (violon 1), Anthea Kreston (violon 2), Gregor Sigl (alto) et Eckart Runge (violoncelle) n’est déjà plus actuelle, Suyoen Kim remplaçant Anthea Kreston et Harriet Krijgh, Eckart Runge, dernier des membres fondateurs du quatuor.

Le répertoire de ce disque est construit autour du quintette joué tout naturellement avec Elisabeth Leonskaja, depuis longtemps partenaire du quatuor. Ce quintette est l'un des très grands chefs-d’œuvre de la musique de Chostakovitch avec cette voix moderne dans une lignée traditionnelle et ce sens aigu de la composition et des dynamiques entre ses moments de tensions et de détentes.

Les quinze quatuors écrits entre 1938 à 1974 forment comme le cycle de ses symphonies une ligne esthétique évolutive mais sont également comme un journal intime du compositeur. Ces quatuors occupent une place importante au sein de la musique de chambre du XXème siècle et sont sans aucun doute l’un des sommets de l’œuvre de Chostakovitch. Leur cohérence stylistique, leur rapport aux symphonies, le rythme de composition soutenu entre 1938 à 1975 interroge forcément sur la liaison entre ces œuvres et le compositeur. La musique de Chostakovitch est inséparable de ce qu’était intimement le compositeur, qui n’hésitait à dire : "En écoutant ma musique, vous découvrirez la vérité sur moi, l’homme et l’artiste", sur sa spiritualité, ses angoisses, ses devoirs de citoyens, ses aspirations et engagements esthétiques. Même si les quatuors ne visaient pas spécialement de messages définis.

Le quatuor n°5, contemporain de la symphonie n°10 achevé depuis la fin de 1952 mais resté dans le fond de tiroir jusqu’à la mort de Staline en 1953 est d’une très grande densité. Cette densité, grave, désespérée marque une certaine révolution par rapport aux quatuors précédents. On y remarque sa signature musicale dissimulée sous la forme DSCH (ré, mi bémol, do, si).

Le septième quatuor, dédié à son épouse défunte Nina Vazar, pensé presque comme un tombeau est assez court, en trois mouvements. Il pourrait commencer la troisième période des quatuors. On pourrait séparer les quatuors en quatre périodes : du n°1 au 4, le n°5 et 6, du n°7 au 10, et du n°11 au 15. Il reprend de nombreux éléments de son écriture avec de grands contrastes dramatiques, tranchants et la mort y est omniprésente et encore plus dans la fugue finale.

On trouve dans ce disque du caractère, des dynamiques diverses et des textures appuyées, beaucoup de précision dans les nuances et qui font de cette interprétation engagée et tendue parfois à l’extrême une superbe interprétation... Une force interprétative, rappelant celle du quatuor Eder, qui bouscule l’auditeur tout simplement.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Artemis Quartet
Le Facebook de Artemis Quartet


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=