Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'art du tailleur - Adrian et Alaïa
Galerie Azzedine Alaïa  (Paris)  Du 21 janvier au 23 juin 2019

Dans la verrière reconvertie en galerie d’exposition de la Maison Alaïa sise au 18 rue de la Verrerie à Paris, l'Association Azzedine Alaïa poursuit la présentation d'expositions initiée du vivant du couturier et ouvre l'année 2019 avec une monstration thématique inscrite dans le corpus "Azzedine Alaïa Collectionneur".

Azzedine Alaïa a toujours collectionné les oeuvres d'art dont celles ressortant aux arts de la mode en constituant une collection des Maîtres de la Couture, et il a acquis, entre autres, le fonds des modèles de Adrian, célèbre costumier de l'Age d'or du cinéma hollywoodien puis couturier réputé sous sa propre marque.

L'association propose donc avec l'exposition "Adrian et Alaïa - L’'art du tailleur" une mise en résonance autour d'une pièce centrale de la garde-robe féminine que constitue l'ensemble tailleur.

Présentée dans une scénographie "white cube" de l'artiste et designer américain Kris Ruhs sous une lumière zénithale rouge de Thierry Dreyfus, elle a été conçue sous la direction d'Olivier Saillard, historien de la mode au fait de l'oeuvre du couturier, qui en 2014, inaugurait la réouverture du Palais Galliera dont il assurait la direction, avec une exposition monographique dédiée au couturier simplement intitulée "Alaïa".

Adrian et Alaïa : le tailleur qui sublime le corps de la femme

L'expression "L'art du tailleur" fait référence non seulement au talent créatif pour renouveler et sublimer cette pièce du vestiaire mais également à la technique qui caractérise le métier de tailleur d'habits qui doit en connaître et exécuter toutes les phases d'élaboration, de la fabrication du patron à l'assemblage en passant par la coupe ce qui exige un savoir-faire dont l'exigence a été reconnue et inscrite à l'Inventaire du patrimoine culturel français.

Une exigence à laquelle, en l'espèce, satisfaisaient Adrian et Alaïa dont, par ailleurs, les créations appariées mettent en évidence la similitude des sources d'inspiration et la continuité entre le premier et le second dans ce qui caractérise l'éternelle modernité.

Et ils partagent des conceptions identiques pour sublimer le corps féminin. D'une part, celle de la beauté sensuelle empruntant aux canons universels et intemporels de la représentation de la femme, de la Grèce antique à l'Inde ancienne, exaltant ses courbes : épaules galbées, taille fine soulignée et mise en relief de l'arrondi des hanches.

Costumier légendaire et directeur de la mode à la Metro Goldwyn Mayer, Adrian a repris ces codes pour façonner la silhouette glamour des stars du cinéma des années 30, bien évidemment pour les tenues du "grand soir" mais également pour le vêtement de ville, le tailleur érigé en "power suit" dans les années 40.

Tout comme Alaïa, le couturier "body liner", qui va entreprendre leur novation des les années 80.

D'autre part, le florilège de modèles sélectionnés, les modèles griffés des Années Couture 1942-52 d'Adrian et les créations de Alaïa sur trois décennies, rend compte d'une conception quasi architecturale du vêtement héritée de Madeleine Vionnet.

Par ailleurs, la majorité de pièces de couleur noire révèle une influence commune aux deux couturiers, celle de Balenciaga surnommé "le maître des couturiers", référence incontournable de la ligne et de l'exploration obsessionnelle de cette couleur pour laquelle il usait du façonnage du tissu et de l'apposition d'ornements à des fins vibratoires, et le boutonnage, l'appliqué, l'ornement et l'empiècement figurent tant dans le vocabulaire d'Adrian que celui d'Alaïa.

Et en épilogue, le visiteur retrouve également réunis les deux créateurs par le biais de l'image avec les films "Femmes" de George Cukor datant de 1939 dont la pléthore de vedettes est habillée par Adrian et un des films de la série des James Bond, "Dangereusement vôtre" de John Glen, pour lequel Alaïa a conçu les tenues de son égérie Grace Jones.

 

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation de l'Association Azzedine Alaïa


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=