Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Etre soldat de Hitler
Benoît Rondeau  (Editions Perrin)  mai 2019

Quelques semaines seulement après avoir chroniqué son ouvrage Alarm ! consacré au débarquement, je me retrouve de nouveau avec un ouvrage de Benoît Rondeau entre les mains. Celui-ci, un bon pavé de 430 pages est consacré aux soldats de l’armée d’Hitler avec pour titre Etre soldat de Hitler. Publié aux éditions Perrin, il nous offre un éclairage inédit sur ces soldats allemands qui ont servi Hitler.

De nombreux ouvrages ont été consacrés aux campagnes et batailles menées par l’armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il restait à étudier la manière dont cette guerre a été vécue par les soldats allemands, et ce, quel que soit le corps auquel ils appartenaient. De nombreuses questions se posent. Quel était leur quotidien ? Dans quelles conditions ont-ils servi au front ou à l’arrière ? Etaient-ils avantagés par rapport à leurs adversaires ?

Dans cet ouvrage, la question des compromissions de l’armée avec le régime nazi est centrale. Etre un soldat de la Wermacht ou de la Waffen-SS au service d’Hitler, est-ce être un soldat comme les autres ? L’ouvrage accorde ainsi une place importante au degré de nazification de cette armée, à la questions des relations avec les populations civiles et à son rôle dans les crimes du troisième Reich.

Après une courte introduction dans laquelle il nous précise la diversité des situations quand on est soldat d’Hitler, Benoît Rondeau nous présente la formation et la discipline régnant dans l’armée d’Hitler. Les futurs soldats sont formés dès leur plus jeune âge, ils entrent dans la vie militaire en intégrant la Kaserne puis doivent faire face à une discipline de fer une fois la Wermacht intégrée. Le premier chapitre est aussi l’occasion pour le lecteur de découvrir les entraînements des soldats, d’y voir le rôle des officiers et des sous-officiers, de s’intéresser à la place des femmes dans cette armée et de voir la place de l’idéologie nazie à l’intérieur de cette armée.

Les deux chapitres suivants sont consacrés à la guerre sur terre avec dans un premier temps une partie consacrée aux conditions matérielles et à la vie quotidienne au front. Le texte est précis, étudiant l’alimentation des soldats, s’interrogeant sur l’utilisation de drogues, sur l’organisation des soins et le moral des soldats. Evidemment, les conditions ne sont pas les mêmes que l’on soit sur le front est ou en Afrique du Nord. Traiter la guerre sur terre, c’est aussi nous raconter les conditions de combat, objet du chapitre 3. Evidemment, Benoît Rondeau nous parle de la Blitzkrieg qui fit ses preuves pendant la première phase de la Seconde Guerre mondiale, nous montre l’importance du panzer dans cette armée, pourtant faiblement motorisée.

Le chapitre 4 est consacré à la guerre aérienne, aux hommes d’Hermann Goering et à cette Luftwaffe qui joua un rôle prépondérant dans la Blitzkrieg. Il est alors l’occasion de parler des radars qui furent une des grandes innovations de la Seconde Guerre mondiale, avec une Allemagne située à l’avant-garde de cette technique à l’époque. Benoît Rondeau, enfin, nous montre que la luftwaffe disposait de forces de combats terrestres très importantes.

Un chapitre est ensuite consacré à la guerre sur mer au travers de la Kriegsmarine, l’auteur nous montrant sa difficile coopération avec la luftwaffe. Plus d’un million d’Allemands vont servir au sein de cette Kriegsmarine qui en 1939 aligne 57 U-boote. Un individu incarne l’arme sous marine allemande, l’amiral Dônitz qui jouit de la confiance d’Hitler qui en fera son successeur dans un Reich en pleine agonie en avril 1945.

Le chapitre six est consacré aux soldats de Hitler et aux civils. Particulièrement intéressant, ce chapitre nous montre les liens entretenus entre les soldats et les civils grâce aux courriers. Ces courriers permettent aux soldats de garder le moral et apporte du réconfort à leurs familles. Benoît Rondeau évoque ensuite les permissions des soldats allemands qui deviennent de plus en rares au fil de la guerre. Etre soldat de Hitler, c’est aussi être au contact de populations civiles dans des pays occupés. L’ouvrage nous montre le quotidien de ces soldats avec les civils, notamment à Paris, la ville lumière pour les soldats allemands. Il nous montre les situations différentes selon l’endroit, avec des tensions sur le front Ouest, des relations un peu plus amicales en Afrique du Nord et un racisme important sur le front est.

Le chapitre sept s’intéresse aux crimes perpétrés par les soldats de Hitler. L’armée a pris une part directe dans les crimes sans précédent commis au nom de l’idéologie nazie. Ils ont accepté les entreprises génocidaires du troisième Reich. Partout en Europe, ces soldats ont œuvré et semé la mort sur leur passage. Le crime le plus important imputable à la Wermacht est celui perpétré à l’encontre des prisonniers de guerres soviétiques. Les civils soviétiques n’ont pas non plus été beaucoup épargnés, au nom de l’idéologie nazie. Les soldats enfin, ont été les complices de la shoah en Union soviétique. Dans ce chapitre, Benoît Rondeau, toujours aussi précis, aborde le cadre de méfaits inconnus de la Wermacht en Italie, après la signature de l’armistice avec les alliés.

Le dernier chapitre est consacré à l’après Hitler, à la postérité d’une armée controversée. L’auteur nous renseigne sur la façon d’encaisser et d’accepter la défaite. De nombreux soldats se retrouvent en captivité, d’autres retournent à la vie civile refoulant leur passé en niant toute forme de culpabilité.

Etre un soldat de Hitler est donc un ouvrage complet, extrêmement précis qui retrace de façon limpide les parcours diversifiés des soldats allemands, sous toutes les latitudes, du général au pilote, de l’administrateur au tankiste de panzer. C’est un ouvrage érudit et passionnant, fruit d’un travail de recherche important qui nous éclaire sur ces hommes qui prêtaient serment de fidélité absolue à Hitler lors de leur incorporation à l’armée allemande.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "L'Empire Britannique en guerre" du même auteur
La chronique de "Jour J, Bataille de Normandie" du même auteur
La chronique de "La préparation du Jour J" du même auteur
La chronique de "La guerre du désert" du même auteur
La chronique de "Chancellorsville" du même auteur
La chronique de "3 Minutes pour comprendre. La Seconde Guerre mondiale" du même auteur
La chronique de "L'épopée du désert" et de "L'armée australienne en guerre" du même auteur
La chronique de "Le soldat britannique" du même auteur
La chronique de "Alarm !" du même auteur
La chronique de "Patton" du même auteur
La chronique de "Rommel" du même auteur
La chronique de "L'armée d'Hitler" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Benoît Rondeau
Le Facebook de Benoît Rondeau


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=