Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel
Hôtel de Ville  (Paris)  Du 25 juin au 28 septembre 2019

Une affiche haute en couleurs avec le portait de Divine, l'explosive et plantureuse drag queen platine égérie du réalisateur américain John Waters photographiée par Greg Gorman, annonce l'exposition-rétrospective "Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" retraçant l'histoire du cinéma dédié à la thématique homosexuelle présentée - en accès gratuit - à L'Hôtel de Ville de Paris.

"Champs d'amour" en hommage homonymique au film "Un chant d’amour" de Jean Genet et "100 ans" parce que l'année 2019 marque le centenaire du "cinéma arc-en-ciel" dont l'Histoire commence en 1919 en Allemagne avec le film allemand "Autre que les autres" de Richard Oswald.

En sa juste mi-temps, après un demi-siècle de vicissitudes, les émeutes étasuniennes de Stonewall scellent le début du militantisme identitaire avec le choix de l'emblème "arc-en-ciel" qui résulte de l'adoption pour hymne de la chanson de "Over the Rainbow" du film "Le magicien d'Oz" interprété par l'actrice Judy Garland décédée cette même année.

Organisée en collaboration avec la Cinémathèque française et la Mission Cinéma de la Ville de Paris, la(dé)monstration est assurée par le commissaire général Alain Burosse, historien d'art, journaliste et réalisateur, et les co-commissaires Jean-Baptiste Erreca, auteur et réalisateur, Michèle Collery, cinéaste et essayiste, Laurent Bocahut, producteur, et Didier Roth-Bettoni, journaliste et historien du cinéma.

Avec de nombreux extraits de films, affiches, scénarios, photos et archives inédite, ils ont judicieusement élaboré un parcours chrono-thématique éclairé, érudit et sensible - valorisé par la très réussie scénographie de Pascal Rodriguez.

Le cinéma arc-en-ciel, de la marginalité au foisonnement et de l'invisibilité à la reconnaissance officielle

La '(dé)monstration commence, en mezzanine, avec une frise chronologique synthétique et didactique mise en résonance avec les évènements socio-politico-culturels qui scandent la militance LGBTQI+* et l'évolution des moeurs qui surplombe l'immense salle Saint Jean en alcôves et colonnades, dans laquelle se développent, telles des stations christiques, douze sections thématiques placées sous l'égide d'une galerie photographiques de figures notoires du monde du cinéma.

L'enjeu du cinéma arc-en-ciel reflète les préoccupations et revendications des personnes dont l'orientation sexuelle et l'identité de genre ne correspondent pas à celle de la majorité des individus dans une société hétéronormée. Le besoin de visibilité et de reconnaissance, parfois doublée d'une quête identitaire, s'est heurté à la répression sociale avec l'interdiction légale de l'homosexualité auquel correspond la pratique de la censure cinématographique qui a la vie dure, tel pour récemment pour le film "Boy Erased" de Joël Edgerton.

L'implicite transgressif et le registre de caricature et/ou du travestissement avec son panorama de folles, travestis et drag-queens constituaient des procédés "acceptables" pour en détourner les foudres avant que "toutes les amours du monde" accèdent à la libre expression dans le 7ème art.

Du chef d'oeuvre au navet, du commercial à l'expérimental en passant par le militant, du long métrage au court, du documentaire à la fiction en passant par le biopic, de l'undergound au salles ayant pignon sur rue, le cinéma arc-en-ciel investit tous les genres cinématographiques.

Ces "champs d'amours" s'expriment du drame à la comédie en passant par la romance, du réalisme à l'évanescent et au trash en passant par l'érotico-pornographie présentée dans une salle "Enfer" avec trois oeuvres originales conçues spécialement pour l'événement réalisées par la plasticienne et auteure de bande dessinée française Olivia Clavel membre fondatrice du groupe Bazooka qui collabore au mensuel féministe satirique Siné Madame.

Les années 60 et l'évolution des moeurs annoncent un foisonnement créatif sans précédent, tant de jeunes réalisateurs tel Rainer Werner Fassbinder que de cinéastes reconnus dont la triade transalpine Visconti/Fellini/Pasolini.

Et depuis les années 2000, les films arc-en-ciel s'inscrivant résolument au box-office s'illustrent dans les compétitions généralistes nationales et internationales, ainsi avec en 2013, "La vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche récompensé par Palme d’Or à Cannes, en 2017 la césarisation et le Grand Prix du Festival de Cannes pour "120 battements par minute" de Robin Campillo en 2017 et le triplement oscarisé "Moonlight" de Barry Jenkins, et la palme du scénario à Cannes en 2019 pour "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma.

Le cinéma arc-en-ciel est également devenu un cinéma de genre qui fait l'objet de festivals et de récompenses dédiées dont le Teddy Award décerné depuis 1987 dans le cadre de la Berlinale, qui a été attribué à "Tomboy" de Céline Sciamma en 2011 et au multi-récompensé "Une femme fantastique de Sebastian Lelio en 2017, et depuis 2010 avec la Queer Palm du Festival de Cannes.

L'exposition propose également, et entre autres, un focus sur le "Gai Paris" capitale des plaisirs, ainsi que de bienvenus mini focus sur des artistes tels Coccinelle et Joe Dallesandro, acteur fétiche d'Andy Warhol et Paul Morrissey, des cinéastes à l'oeuvre plus confidentielle comme les anglo-saxons Derek Jarman et Kennet Anger.

Ainsi que sur la première vague de réalisatrices traitant des thématiques féministes et lesbiennes avec Barbara Hammer, versée dans la recherche formelle, Ulrike Ottinger, la "reine de l'underground berlinois" et Chantal Akerman, et la comédienne Delphine Seyrig à l'affiche de plusieurs films des deux dernières.

Indispensable à ne pas rater.

 
* acronyme de lesbien, gay, bisexuel, transgenre, queer, intersexe et + pour autres

Crédits photos : MM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=