Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - jeudi 22 août
Prince Miiaou - Julia Jacklin - Clara Luciani - Patti Smith - Jeanne Added  (Aérodrome Guéret-Saint Laurent)  22 au 24 août 2019

Jour 1 : Girl power !

Oserai-je dire que je l'ai attendue tout l'été, cette "première", comme on dit au théâtre, du Check-In Party ? A tel point que l'arrivée se fait langoureuse – lire : interminable. Je n'égrènerai pas ici les failles (microscopiques, pour un premier acte) qui ont entaché l'ouverture du rideau car il ne faut pas toujours se fier aux premières impressions. 

Car mon live report pourrait s'arrêter là. Car ensuite : rien à déclarer. Rien à reprocher. Tout à accueillir et à prendre. A commencer par ce Prince Miiaou qui sort subitement les griffes, devant un public miaulant de plaisir – au sens propre, si si. Ouvrir un festival n'est pas tâche aisée : les regards s'échangent entre Maud-Elisa Mandeau et Norbert Labrousse, qui en disent long sur ce mélange d'angoisse et de plaisir qui va faire toute la saveur de ce set pour tout dire bluffant, atypique, musicalement ingénieux, émotionnellement puissant et parfaitement à sa place pour fermer les yeux, se dire "on y est", et crier "Victoire" - un joli nom d'album à écouter en boucle, non ?

 

Après la fougue et la détresse, le doute et le cri, passons au calme olympien et impérial de Julia Jacklin et sa folk aussi lancinante que parfaitement juste – mention spéciale à la pureté cristalline et inégalée de la voix. Un grand moment de musique, indéniablement, durant lequel, on ne se refait pas, l'ennui pointe quand même bien souvent le bout de son nez. A l'écoute, le dernier album de Julia Jacklin, Crushing, est une pépite, mais scéniquement... 

La grande question du soir, qui taraude les festivaliers pourtant enchantés, sera de savoir si Clara Luciani, dont La grenade explose depuis des semaines les charts radiophoniques, était sincère. Parce que oui, Clara Luciani a fait un show plaisant, virtuose quand il s'est agi de chanter "Drôle d’époque" seule et donc sans filet, populaire en faisant chanter son public en lui lançant des "Fleurs", intime entre les morceaux dont on connaît désormais l'histoire, solide dans sa relation à ses musiciens, décalé aussi grâce à sa posture de grande fille souple et disco. Tout est peut-être "sprezzatura", c'est-à-dire apparences et travail pour donner l'illusion de la facilité et de la sympathie : j'ai personnellement voté pour la sincérité, adhérant pleinement au velours et à la suavité de la voix.

Comment une légende entre en scène ? Avec un bonnet, et un grand sourire, s'il s'agit de Patti Smith. La prêtresse commence par un salutaire "People have the power", enchaîne en critiquant violemment un certain président américain ("fucking idiot"), éructe un incontournable "I'm free to do what I want", puis nous engage à prier pour la forêt amazonienne, avant de commencer "To walk on the wild side". Pas de répit donc, ni pour Patti Smith ni pour le public, dans un état d'affolement qui en dit long sur son plaisir de danser et chanter sur des tubes, mythiques, encore et encore, de cette reprise de Neil Young, "After the gold rush" à ce final explosif avec "Gloria". En passant, merci au service "comm'" du Check-In Party qui a négocié âprement notre présence dans le pit – même s'il fallait choisir un côté, dont on espère toujours qu'il soit le bon.

Fallait-il programmer quelqu'un d'autre, et ce même s'il s'agit de Jeanne Added, après Patti Smith ? Pas sûre. Le public s'effiloche, ou reste gonflé d'énergie par le set précédent, si bien qu'il se révèle pas vraiment réceptif à ce qui se passe sur scène lors des premiers morceaux. Le set se montre très bien rôdé, très électro (un peu trop aussi, à chacun son virage musical), et le rapport à la danse qui habite le concert rappelle immanquablement la relation au corps de Chris. Beaucoup de présence, une voix parfaite, on ne peut rien reprocher à Jeanne Added qui ferme admirablement cette journée.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Check-In Party
Le Facebook du Festival Check-In Party

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
en reprise :
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=