Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lofofora
Vanités  (At(h)ome)  novembre 2019

Il est des artistes, des morceaux, qui te marquent à jamais. Lofofora fait partie, dans mon cas, des ces artistes là. Je ne vais pas faire dans le pathos, j’écoute Lofofora depuis longtemps et je les ai vus sur scène pour la première fois en 2003 et j’ai pris une claque.

Ce mardi soir de décembre 2019 à Riorges a une saveur particulière pour moi. C’est la dixième fois que je vais à un concert de Lofofora et chance supplémentaire, je vais les interviewer. Tu liras que Reuno est comme un gosse en recevant un album, moi j’étais comme un gamin (oui, même à 47 balais) en rencontrant le groupe. Et j’ai repris une claque !

Je vais procéder par ordre ! Le nouvel album est puissant. Du vrai bon Lofofora, même si pour moi ils n’ont jamais été mauvais, il y a des morceaux que j’aime moins, et là, cet album, comme d’autres, est un album où tous les titres me parlent, me font chanter et hurler !

Aucune Vanités chez Lofo, juste du plaisir. Je ne vais pas te faire un inventaire à la Prévert, mais dès l’ouverture "Bonne guerre" plante le décor : ça va envoyer sévère ! On retrouve une intro en colère, un chant énervé.

"L’exemple" te cloue sur place avec une intro à la basse démentielle. Et les titres s’enchaînent, la rage de Lofofora est toujours bien présente et qu’est-ce que c’est bon !

"Le venin" aborde le sujet d’internet et des trolls qui se font un malin plaisir, sous couvert d’anonymat, de venir balancer leurs ordures.

"Le mâle", lui, dénonce les violences faites aux femmes et j’espère que cela deviendra un hymne pour nos filles (oui, comme Reuno, j’ai deux filles et je souhaite qu’elles ne se laissent jamais faire !). L’album déroule et nous bouscule, nous renverse, nous retourne. Il y a de la rage, de la colère mais aussi de l’énergie, de l’espoir et quel plaisir !

"Désastre" est plus posé mais c’est pour mieux nous remettre à l’envers avec les trois derniers titres…

Un album de folie et j’avais hâte de voir ça sur scène. J’ai été servi. Nous nous sommes retrouvés un mardi soir, glacial, dans une chouette salle à Riorges et nous étions nombreux.

Lofofora a joyeusement fêté ses 30 ans de carrière. Nous n’avons pas eu droit à un set venu vanter le dernier album. On retrouve des titres du dernier album, bien sûr mais aussi de bons "vieux" morceaux du répertoire de Lofofora, et ils se mélangent parfaitement bien.

Nous avons eu droit à Lofofora. La soirée commence avec "Le fond et la forme" et Lofofora enchaîne ensuite un show plein d’énergie. Oui, je sais, c’est un terme que j’emploie beaucoup mais j’ai rechargé mes batteries avec ce concert et j’ai pris un sacré pied dans les pogo.

Pas de blabla avec Reuno, il est venu cracher ses tripes, chanter et nous faire danser à en perdre la tête. Et il a réussit au-delà de nos espérances.

Pour les néophytes, pas de rappel avec Lofofora, on balance la sauce non stop, on échange avec le public, on rigole beaucoup et on voit la bienveillance de tous quand un enfant slam (pour les ignorants, c’est le fait de se jeter de la scène dans le public qui te porte).

Voilà une magnifique soirée qui s’achève et je vais terminer cette chronique par une petite anecdote. Quand mon fils est né, je lui chantonnais la chanson "Bienvenue", dont les paroles étaient sur sa porte de chambre. Voilà c’est con, mais pour moi Lofofora est dans tellement de souvenirs.

Alors tu le sais, je vais t’encourager à aller les voir sur scène, à acheter ce nouvel album. Je serais forcément subjectif, mais j’espère sincèrement t’avoir donné l’envie, si tu ne connais pas, d’aller découvrir ce groupe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Simple appareil de Lofofora
La chronique de l'album Omnia Vanitas EP de Lofofora
Lofofora en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Lofofora en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Lofofora en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
L'interview de Lofofora (avril 2005)
L'interview de Lofofora (mardi 3 décembre 2019)
L'interview de Lofofora (mai 2022)

En savoir plus :
Le site officiel de Lofofora
Le Facebook de Lofofora


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=