Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pikku
5, 3, 2, 1  (Lafolie Records)  novembre 2019

Le disque d’une artiste à l’imagination féconde et libre

Sans doute n’avez-vous jamais entendu parler de Pikku. C’est tout à fait normal car cette jeune musicienne d’origine polonaise, âgée de 22 ans (et qui a eu la chance - ou pas ! - de grandir dans la ville de naissance de Klaus Kinski) publie son premier album : album où son imaginaire enchanté est chanté en polonais, anglais, français ou japonais.

Pleine de fantaisie, les chansons de Pikku sont sans exubérance aucune ; non, rien n’est farfelu ici, ni gratuit.

Si sa voix comme son chant enfantin, dont le caractère clivant doit être souligné, évoquent Cocorosie, Björk, Mùm ou Kate Bush la musique, quant à elle, bien que puissant sans trahison ni excès prendre place dans ce sillage, échappe à tout qualificatif. La forme des morceaux, les différentes directions esthétiques, les choix de productions comme les très nombreux instruments donnent à sa musique une singularité certaine : kalimba, ukulélé, basson, balle de ping-pong, guitares, percussion électroniques ou organiques, marimba, piano, synthé, entrelacs de voix, violons, sons aquatiques, percussions aux résonnances de verre, boîte à rythmes, etc.

Bref, cet album est doté d’une riche palette de sons mais sans fourmillement sonore, tant chaque morceau semble épuré, nul effet ici, nulle démonstration. Car oui, le risque, lorsqu’on est doué, presque virtuose comme Pikku et que l’on a une imaginaire libre et fécond, est d’en faire démonstration, d’aller vers la surcharge (coucou les jazzeux) d’étaler et de s’étaler. Au contraire ici, les morceaux sont riches mais modestes et précis.

L’album s’ouvre discrètement ("As your arms unfold") au son du kalimba, d’un clair arpège de guitare électrique et d’un chant céleste. L’on se dit tout de suite que Pikku est notre amie, enfin qu’on aimerait bien qu’elle le soit !

Rupture de ton avec "Eggshells" et sa fanfaresque rythmique au basson - les rebonds d’une balle de ping-pong nous rendent tout guilleret.

Puis vient le délicatement mélancolique "Heartbreak". Les percussions de verre y brillent comme brill sur un lac gelé un soleil froid dans un ciel nappé de cordes ; un petit quelque chose d’un morceau de post-rock ambiant.

Dans la même veine romantico nostalgique, il nous faut mentionner l’exquis "J’ai connu la neige" et "Nuku nuku ii" dont le piano au minimalisme coulant évoque un peu Sakamoto.

Le sensuel "Pillow sessions" aux sons et percussions organiques, aux expressifs et délicats arrangements de cordes réchauffent un peu tout ça.

Les morceaux plus électroniques - le percussif "Madame Raymonde", "Niewiniatko", boîte à rythmes, violons et sons aquatiques et le planant "Daj Mi Tego Jednego" et ses entrelacs de voix - ponctuent le disque.

Cette musique est d’une féerie enchanteresse, d’une poésie naïve et sobrement lyrique. Une musique qui, bien que semblant évidente, étonne. Evidente elle l’est, à une nuance près : évidente comme 5, 3, 2, 1.

5, 3, 2, 1 est un album de forêt, de sous-bois hanté par les lutins, les fées, les elfes que l’on surprend dans leur habitat et qui nous veulent du bien. C’est tout juste si ils ne nous invitent pas à les suivre.

Pikku a un talent fou et tout aussi fou et incontestable que sa compatriote et aînée Ela Orleans.

Parions gros (c’est sans risque) que ce disque vous enchantera et que Pikku (petit en finnois) deviendra grande, mais pas trop.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Pikku
Le Soundcloud de Pikku
Le Facebook de Pikku


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=