Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pikku
5, 3, 2, 1  (Lafolie Records)  novembre 2019

Le disque d’une artiste à l’imagination féconde et libre

Sans doute n’avez-vous jamais entendu parler de Pikku. C’est tout à fait normal car cette jeune musicienne d’origine polonaise, âgée de 22 ans (et qui a eu la chance - ou pas ! - de grandir dans la ville de naissance de Klaus Kinski) publie son premier album : album où son imaginaire enchanté est chanté en polonais, anglais, français ou japonais.

Pleine de fantaisie, les chansons de Pikku sont sans exubérance aucune ; non, rien n’est farfelu ici, ni gratuit.

Si sa voix comme son chant enfantin, dont le caractère clivant doit être souligné, évoquent Cocorosie, Björk, Mùm ou Kate Bush la musique, quant à elle, bien que puissant sans trahison ni excès prendre place dans ce sillage, échappe à tout qualificatif. La forme des morceaux, les différentes directions esthétiques, les choix de productions comme les très nombreux instruments donnent à sa musique une singularité certaine : kalimba, ukulélé, basson, balle de ping-pong, guitares, percussion électroniques ou organiques, marimba, piano, synthé, entrelacs de voix, violons, sons aquatiques, percussions aux résonnances de verre, boîte à rythmes, etc.

Bref, cet album est doté d’une riche palette de sons mais sans fourmillement sonore, tant chaque morceau semble épuré, nul effet ici, nulle démonstration. Car oui, le risque, lorsqu’on est doué, presque virtuose comme Pikku et que l’on a une imaginaire libre et fécond, est d’en faire démonstration, d’aller vers la surcharge (coucou les jazzeux) d’étaler et de s’étaler. Au contraire ici, les morceaux sont riches mais modestes et précis.

L’album s’ouvre discrètement ("As your arms unfold") au son du kalimba, d’un clair arpège de guitare électrique et d’un chant céleste. L’on se dit tout de suite que Pikku est notre amie, enfin qu’on aimerait bien qu’elle le soit !

Rupture de ton avec "Eggshells" et sa fanfaresque rythmique au basson - les rebonds d’une balle de ping-pong nous rendent tout guilleret.

Puis vient le délicatement mélancolique "Heartbreak". Les percussions de verre y brillent comme brill sur un lac gelé un soleil froid dans un ciel nappé de cordes ; un petit quelque chose d’un morceau de post-rock ambiant.

Dans la même veine romantico nostalgique, il nous faut mentionner l’exquis "J’ai connu la neige" et "Nuku nuku ii" dont le piano au minimalisme coulant évoque un peu Sakamoto.

Le sensuel "Pillow sessions" aux sons et percussions organiques, aux expressifs et délicats arrangements de cordes réchauffent un peu tout ça.

Les morceaux plus électroniques - le percussif "Madame Raymonde", "Niewiniatko", boîte à rythmes, violons et sons aquatiques et le planant "Daj Mi Tego Jednego" et ses entrelacs de voix - ponctuent le disque.

Cette musique est d’une féerie enchanteresse, d’une poésie naïve et sobrement lyrique. Une musique qui, bien que semblant évidente, étonne. Evidente elle l’est, à une nuance près : évidente comme 5, 3, 2, 1.

5, 3, 2, 1 est un album de forêt, de sous-bois hanté par les lutins, les fées, les elfes que l’on surprend dans leur habitat et qui nous veulent du bien. C’est tout juste si ils ne nous invitent pas à les suivre.

Pikku a un talent fou et tout aussi fou et incontestable que sa compatriote et aînée Ela Orleans.

Parions gros (c’est sans risque) que ce disque vous enchantera et que Pikku (petit en finnois) deviendra grande, mais pas trop.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Pikku
Le Soundcloud de Pikku
Le Facebook de Pikku


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=