Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Una costilla sobre la mesa - Padre/Madre
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2020

"Padre"
Spectacle conçu, écrit, scénographié et mis en scène par Angélica Liddell, avec Beatriz Alvarez, Katia Blevin Miryam Diego, Raquel Fernandez, Isaure de Galbert Laura Jabois, Elzbieta Koslacz Oliver Lax, Angélica Liddell, Blanca Martinez et Camilo Silva.

"Madre"
Spectacle conçu, écrit, scénographié et mis en scène par Angélica Liddell,avec Angélica Liddell, Gumersindo Puche, Niño de Elche et Ichiro Sugae.

Depuis 2014 avec "You are my destiny" en indiquant que le "le temps du sacré est venu", la comédienne et dramaturge espagnole Angelica Liddell prône le pardon des offenses qu'elle exerce par son appropriation de la prérogative déique et la pratique du concept théologique chrétien de la Rédemption.

Une nouvelle déclinaison a été générée par la mort successive de son père et de sa mère auxquels elle vouait une haine autodestructrice et pour laquelle elle a consigné son processus de deuil par écrit sous le titre "Una costella sobre la mesa" qui a généré un diptyque théâtral éponyme dont, également au "je/jeu", elle assure la conception, la scénographie et la mise en scène.

Un processus qui s'avère d'autant plus singulier qu'il aboutit certes à absoudre des parents "mal aimants" mais surtout à l'autoculpabilisation de la fille qui n'a pas su aimer de tels parents dans ce qu'elle indique être, outre un requiem, "une déflagration de la culpabilité et un besoin d’expiation à travers la beauté".

Angélica Liddell n'a jamais fait mystère de sa singularité dramaturgique et de sa conception de l'acte théâtral comme une catharsis personnelle, tendant à la transcendance en oeuvre d'art, qui se décline en usant d'un mysticisme, customisé jusqu'à l'iconoclastie, assorti de résonances et de rituels souvent abscons pour le spectateur et, en tout état de cause, peu propices à la mimésis même lorsque, tel en l'occurrence, sont abordées les thématiques universelles de la vieillesse, de la mort, de la réconciliation et de la résilience.

Donc ses dernières partitions en date se déploient à la lumière de c(s)es fondamentaux, de sa perpétuelle quête d'expiation et d'épiphanie et de son registre du théâtre de la cruauté et de la douleur qui repose sur la radicalité de la performance corporelle.

Pour le volet "Padre" qui se déroule pour l'essentiel dans l'espace blanc clinique qui constitue l'environnement du patient grabataire, incontinent et sénile en fin de vie, elle convoque des références philosophiques inéluctablement clivantes, non seulement en terme de références culturelles, avec l'essai de Gilles Deleuze sur le masochisme et les cours sur l'esthétique de Georg Wilhelm Friedrich Hegel.

Sous l'égide de la triangulation freudienne père-mère-enfant en miroir au dogme de la Trinité chrétienne ("A ma droite mon père mort, à ma gauche ma mère morte. L’amour tout en haut, sphérique et doré") et "au nom du Père", avec une mère-madone démultipliée en six jeunes femmes opulentes entre Vénus paléolithiques et femmes boteriennes plus souvent nues que vêtues aux couleurs mariales et la prière du "Notre Père", Angelica Liddell se confronte au père en renversant la Loi du Père au profit de la volonté du fils/fille qui lui impose la soumission en le représentant aux trois âges de sa vie, enfant, adulte (Oliver Lax) acceptant le contrat masochiste de Leopold von Sacher-Masoch et vieillard cacochyme (Camilo Silva).

Une confrontation violente, et sexualisée, aux inserts souvent sinon hermétiques du moins cryptées, qui prend une tournure différente dans "Madre".

Si l'opus comporte la même débauche imprécatoire contre la génitrice, la défunte, femme cruelle haïe devenue "mère sainte", n'est pas "incarnée" sur scène notamment dans son agonie qui fut similaire à celle du père, un père encore vivant. Elle ne sera matériellement présente que par les apparitions d'une innocente et inoffensive fillette et, surtout, un portrait photographique en son bel âge qui assistera à la cérémonie d'expiation de la fille indigne, celle qui n'a pas satisfait au devoir d'amour filial et qui demeurera à jamais une fille faute d'avoir enfanté..

Par ailleurs, il aborde la figure maternelle que dans son état de cadavre avec l'élaboration d'une partition placée sous le signe du le tropisme ibérique du dramatisme et du dolorisme inhérent au baroquisme, style de prédilection d'Angélica Liddell.

Elle consiste en un rite funéraire avec silhouettes ensevelies sous des tissus imprimés évoquant tant un linceul que la tenue des pleureuses et une abréaction de mortification purgatoire avec le simulacre de crucifixion emprunté aux processions des pénitents intervenant lors de la commémoration de la Passion christique du catholique triduum pascal qui perdure notamment dans l'Estramadure dont est originaire la mère d'Angélica Liddell.

Sur fond de chant liturgique et du fameux "Canon" de Pachelbel interminablement étiré, accompagné des vocalises et vagissements du chanteur de flamenco Niño de Elch et d'une grotesque danse de la mort interprétée par Ichiro Sugae, se combinent traditions ésotériques, coutumes folkloriques et avatars dogmatiques placés sous le symbole de l'oeuf comme symbole de perfection, de naissance et de fécondité, une citation de William Faulkner et de la parabole des démons et des pourceaux de l'Evangile selon Luc un dont le dernier verset est repris en épilogue.

Et ce, en une suite d'édifiants tableaux appréciés, selon les sensibilités, comme un indigeste fratras ou une sublime envolée mystique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=