Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La loi de la gravité
Comédie de Béthune  (Béthune)  octobre 2020

Comédie dramatique d'Olivier Sylvestre, mise en scène Cécile Backès, avec Marion Verstraeten, Ulysse Bosshard et le musicien Arnaud Biscay (en alternance avec Héloïse Divilly).

Olivier Sylvestre a moins de quarante ans et une œuvre déjà fournie. Dans son pays, "La loi de la gravité" est sa pièce la plus célèbre. Grâce à la curiosité de Cécile Backès, elle franchit enfin l'Atlantique pour qu'on découvre l'un des jeunes auteurs québécois les plus doués du moment.

Si l'on ne sait pas que Dom (Marion Verstraeten) et Fred (Ulysse Bosshard) cherchent un ailleurs, au-delà de leur "presque-ville", quelque part au-delà du pont et de l'autoroute, mais sur un autre continent, leur langue s'en charge. Car Cécile Backès n'a pas voulu "adapté en français" les expressions québécoises, ce qui fait dire dès sa troisième phrase à Dom "faut que je décâlisse" ("faut que je dégage").

Ici les amis sont des "chum" et les meufs des "plottes", ajoutant une petite touche de mystère à un texte qu'on sent d'emblée influencé par les grands "ancêtres américains" de la Beat generation et ses clochards célestes à la Kerouac, à la post-beat generation et ses gueules cassées de la vie quotidienne à la Sam Shepard.

En France, des jeunes gens comme Dominique et Frédéric au genre inaffirmé et à la vie sans certitude, sauf celle de ne pas avoir une vie toute tracée et toute normale, chercheraient à s'évader justement en prenant un ticket pour le faux "Nouveau-Monde". Dans "La loi de la gravité", ils y sont et l'Amérique ne peut les faire rêver ni s'illusionner.

Il faut donc aller au-delà ce décor no-man's land parfaitement reconstitué - ou fantasmé - par Marc Lainé et Anouk Maugein, avec ces tags, cette structure suspendue derrière laquelle est écrit "PRESQUE-LA VIL...".

C'est donc au-dessus du bas, où tout n'est que détritus et choses cassées que les deux nouveaux amis se retrouvent. Un bas où des phares d'auto peuvent éblouir le public et dans lequel un batteur (Arnaud Biscay ou Héloïse Divilly) accompagnent, sans les surligner ni les parapher, les deux ados de 14 ans en train de s'apprivoiser avant de partir peut-être au-delà de leur monde détesté.

Cécile Bakès a choisi deux comédiens très expressifs et très différents physiquement pour incarner les personnages d'Olivier Sylvestre. Dom, la casquette rivée sur la tête, tranche avec Fred et ses cheveux jaunes bouclés. La première parle beaucoup, avec un phrasé plus saccadé que son partenaire plus sur la retenue, moins assuré dans son discours comme s'il se sentait moins légitime pour venir hanter des lieux où Dom a élu domicile, où elle contemple son "paysage".

"La loi de la gravité", c'est l'histoire de la découverte de deux êtres qui apprennent à saisir leurs points communs et leurs divergences, à se jauger et à s'aimer pour justement trouver la loi fusionnelle qui les fera partir ensemble ou pas vers l'ailleurs, ultime point de leur unique chance de survie.

Le texte d'Olivier Sylvestre a d'abord une qualité rare : sa consistance. Chaque mot écrit compte. On ne parle pas jeune pour faire jeune. Sylvestre a une écriture radicale, sensée, lourde, sérieuse y compris quand il saupoudre son texte de l'ironie méchante des enfants trop vite grandis et qui cachent leur gentillesse et leur timidité en insolence.

Court mais dense, ce voyage au pays où les mots ont encore la force d'entraînement qui pousse aux actes est curieusement porteur d'espoir. L'autre côté des choses vers lequel les deux protagonistes sont attirés n'est pas forcément celui qui conduit à une chute mortelle. Il reste la possibilité d'un vrai départ au delà du pont. Comme dans une chanson de Capdevielle, même si l'auteur n'a jamais entendu "Au dessus des rues".

Un beau moment de théâtre où Cécile Bakès ne perd jamais le fil des voix en suspension de ces deux beaux personnages joliment composés par Marion Verstraeten et et Ulysse Bosshard.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=